Regardez à nouveau votre

présentation préférée

Cliquez sur la vidéo et visionnez les présentations des 3 jours de la Conférence !

INTRODUCTION

L’aquaculture est reconnue comme le secteur de la production d’animaux destinés à l’alimentation au monde enregistrant la croissance la plus rapide, avec près de 50% de l’offre mondiale d’animaux aquatiques destinés à la consommation humaine provenant désormais de l’aquaculture. Des projections récentes indiquent que pour satisfaire la demande mondiale croissante d’aliments aquatiques, la production mondiale d’aliments aquatiques devra doubler d’ici 2030, la majorité provenant de l’aquaculture.

Toutefois, les épidémies de maladies d’animaux aquatiques continuent d’entraîner des pertes importantes de la production aquacole dans le monde entier et ont un impact négatif majeur sur les économies nationales de certains pays et régions. Ces épidémies menacent de limiter la durabilité de ce secteur en pleine expansion si la gouvernance des Services vétérinaires et des Services de santé des animaux aquatiques n’est pas renforcée afin que des politiques et des programmes efficaces de santé des animaux aquatiques conformes aux normes de l’OIE soient mis en œuvre pour prévenir ou contrôler ces épidémies.

Une très forte proportion de la production d’animaux aquatiques fait l’objet d’échanges internationaux, représentant 10% du total des exportations agricoles mondiales. En raison de la croissance rapide de l’aquaculture dans le monde et des risques de maladie liés à la mondialisation croissante du commerce des animaux aquatiques vivants et de leurs produits, les activités et les normes de l’OIE dans le domaine de la santé des animaux aquatiques et de la sécurité sanitaire des échanges mondiaux sont importantes et pertinentes pour tous. régions du monde. Une mise en œuvre efficace des normes de l’OIE contribuera à la mise en place d’un secteur durable pouvant constituer une source essentielle de protéines animales de haute qualité pour la population humaine croissante.

Cette conférence intéressera les pays ayant des industries aquacoles développées ou en développement; sera adaptée aux défis quotidiens rencontrés par les participants dans la gestion de la santé des animaux aquatiques, la mise en œuvre des normes de l’OIE et la facilitation des échanges; et fournira un format qui engage la participation du public.

OBJECTIFS

La quatrième Conférence mondiale de l’OIE sur la santé des animaux aquatiques mettra en lumière la contribution essentielle des programmes de santé des animaux aquatiques à l’amélioration de la productivité et de la durabilité de l’aquaculture et, partant, à la disponibilité de protéines de haute qualité pour nourrir le monde. La conférence contribuera à sensibiliser à la nécessité d’une bonne gouvernance des services vétérinaires et des services de santé des animaux aquatiques, y compris des secteurs gouvernemental et privé, en promouvant la collaboration entre les vétérinaires, les professionnels de la santé des animaux aquatiques et d’autres partenaires pour assurer une production aquacole sûre et durable.

Le programme de la conférence se concentrera sur quatre thèmes principaux:

Gestion transfrontalière et maladies

émergentes

Les maladies apparaissent régulièrement en aquaculture – certaines sont entièrement nouvelles et beaucoup ont des effets catastrophiques sur l’aquaculture, les pêcheries ou l’environnement.

La gestion des maladies émergentes présente des défis particuliers en raison du manque de
compréhension de leur épidémiologie, de leur distribution et de leurs impacts potentiels. un
manque de tests de diagnostic et d'outils de traitement; et la nécessité de prendre des
décisions de gestion en dépit de ces connaissances limitées. Au cours des dernières décennies,
les performances mondiales en matière de gestion des maladies des animaux aquatiques ont
été médiocres, de nombreuses épidémies s'étant propagées à l'échelle internationale. Cette
session traitera de la compréhension de la menace des maladies des animaux aquatiques; les
moteurs de la maladie émergente; les voies de propagation et les effets de la maladie; et des
approches améliorées de la réponse aux maladies émergentes. Il identifiera des actions pour
les Pays Membres de l’OIE et le programme de travail de la Commission des normes sanitaires
pour les animaux aquatiques de l’OIE.

Biosécurité en aquaculture

Les États membres de l’OIE ont demandé que des dispositions sur la biosécurité soient fournies dans le Code aquatique afin de soutenir la lutte contre les maladies des animaux aquatiques, mais également de soutenir d’autres normes de l’OIE telles que la compartimentation.



				
La mise en œuvre de normes de biosécurité est le plus efficacement possible grâce à des partenariats public-privé, reflétant la responsabilité partagée de la gestion des maladies transfrontalières. Cette session améliorera la compréhension des approches de la biosécurité fondées sur les risques pouvant être appliquées à différentes échelles et à différents systèmes; présenter les orientations de l’OIE sur la biosécurité; présenter des exemples d’application de la biosécurité à l’appui du commerce; et identifie les actions éventuelles à prendre en compte dans le programme de travail de la Commission des normes de l’OIE pour les animaux aquatiques.

Progrès dans la gestion de la maladie

De nombreuses nouvelles technologies se développent rapidement et sont déjà, ou sont susceptibles de fournir, des avancées dans la gestion de la santé des animaux aquatiques.

Cette session explorera de nouvelles approches et de nouveaux outils pour la prévention et le contrôle des maladies des animaux aquatiques, y compris des stratégies pour réduire l’utilisation d’agents antimicrobiens, des outils de surveillance, de diagnostic et de communication; et comment les nouvelles technologies sont utilisées et pourraient l’être à l’avenir.

Soutenir la mise en œuvre de Normes

Internationales de l’OIE

Cette session donnera un aperçu des dernières mises à jour du Code sanitaire pour les animaux aquatiques et du Manuel de tests de diagnostic aquatiques de l’OIE et des orientations futures, tout en soulignant l’importance de la mise en œuvre de ces dispositions afin de prévenir la propagation de maladies transfrontières des animaux aquatiques, en particulier l’importance de signaler l’apparition de maladies conformément aux obligations des Membres.

COMITÉS

Comité d’Organisation

DR. MONIQUE ELOIT

DIRECTRICE GÉNÉRALE, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

DR. MATTHEW STONE

DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

DR. ALAIN DEHOVE

DIRECTEUR FINANCIER, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

DR. OSCAR EDUARDO VIDELA PERÈZ

DÉLÉGUÉ DU CHILI À L’OIE – SERVICIO AGRÍCOLA Y GANADERO (SAG)

DR. ALICIA GALLARDO LAGNO

DIRECTRICE NATIONALE, SERVICIO NACIONAL DE PESCA Y ACUICULTURA – SERNAPESCA

DR. GILLIAN MYLREA

CHEF DU SERVICE DES NORMES, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

DR. STIAN JOHNSEN

CHARGÉ DE MISSION, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

DR. MARA-GONZALEZ-ORTIZ

CHEF DE L’UNITÉ DE COORDINATION DES EVENEMENTS, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

Comité Scientifique

DR. INGO ERNST

PRÉSIDENT, COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L’OIE POUR LES ANIMAUX AQUATIQUES

DR. EDMUND PEELER

VICE-PRÉSIDENT, COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L’OIE POUR LES ANIMAUX AQUATIQUES

DR. ALICIA GAGNO LAGNO

VICE-PRÉSIDENT, COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L’OIE POUR LES ANIMAUX AQUATIQUES

DR. KEVIN WILLIAM CHRISTISON

MEMBRE, COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L’OIE POUR LES ANIMAUX AQUATIQUES

DR. ATLE LILLEHAUG

MEMBRE, COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L’OIE POUR LES ANIMAUX AQUATIQUES

PROF. HONG LIU

MEMBRE, COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L’OIE POUR LES ANIMAUX AQUATIQUES

DR. GILLIAN MYLREA

CHEF DU SERVICE DES NORMES, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

DR. STIAN JOHNSEN

CHARGÉ DE MISSION, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

Comité d’Organisation

DR. MARA-GONZALEZ-ORTIZ

COORDINATEUR DU COMITÉ ORGANISATEUR, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

DR. LUIS BARCOS

REPRÉSENTATION RÉGIONALE DE L’OIE POUR LES AMÉRIQUES

DR. CARLA FERNANDA ANGUITA BÖHMWALD

SERNAPESCA

DR. MARCELA ALEJANDRA LARA FICA

SERNAPESCA

MS. NELLY DUBARRY

COORDONNATRICE D’ÉVÉNEMENTS, ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

MS. ESPERIA BONILLA

COORDINATRICE D’ÉVÉNEMENTS, SERNAPESCA

BIOGRAPHIES DES CONFÉRENCIERS

Tomoyoshi Yoshinaga
JAPON

Le Dr Tomoyoshi Yoshinaga est professeur au département de bioscience aquatique de l’École supérieure de sciences de la vie et de l’agriculture de l’Université de Tokyo. Après avoir obtenu son doctorat de cette université en 1987, il est entré au Ministère de l’agriculture, des forêts et des pêches, où il a travaillé à l’Institut national de recherche sur les sciences de la pêche et à l’Institut national de recherche en aquaculture. Il est retourné à l’Université de Tokyo en 2002 en tant que professeur après quinze ans de carrière au ministère. Le Dr Yoshinaga est toujours membre de plusieurs comités sur la santé du poisson et les médicaments vétérinaires au sein du ministère. Il est président de la Société japonaise de pathologie des poissons depuis le 1er avril 2019. Il a étudié principalement les parasites des poissons et des mollusques et crustacés et, au cours des dix dernières années, a développé son intérêt et son activité dans le domaine de la biosécurité des animaux aquatiques.

Edmund Peeler
VICE-PRÉSIDENT, COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L’OIE POUR LES ANIMAUX AQUATIQUES

Edmund Peeler graduated from Cambridge University in 1989 with a degree in veterinary medicine. After two years in farm animal practice he gained a master’s in veterinary Epidemiology from the University of Reading and worked for the UK Department for International Development on a livestock development project in Kenya, followed by a PhD at Bristol Veterinary School investigating the epidemiology of bovine mastitis. He has been employed at the Centre for Environment, Fisheries and Aquaculture Science (Cefas) -a UK government science agency – since 2001, where he has led development of aquatic animal epidemiology and risk in Cefas. Edmund has been involved in numerous UK government and EU funded research projects and has published over 50 peer-reviewed papers mainly on research into the application of epidemiology and risk analysis in aquatic animal health policy, including import risk analysis and drivers for disease emergence. Edmund provides advice to the UK government on aquatic animal health policy, notably contingency planning, surveillance and legislation. Edmund has been a member of EU, European Food Standards Authority and World Organisation for Animal Health (OIE) committees and panels. He is currently leading a programme to develop aquatic animal health capacity in the Omani Ministry of Agriculture. He is a former president of the Society for Veterinary Epidemiology and Economics (SVEPM) and is currently serving a second term as vice-president of the OIE Aquatic Animal Health Standards Commission.

Loc Tran
VIETNAM

Le Dr Loc Tran est le fondateur et le directeur du laboratoire ShrimpVet au Vietnam. Il dirige une équipe de plus de 70 chercheurs en gestion de la santé de la crevette, axée sur la génétique, la race, la production de semences, le diagnostic et la gestion des maladies, ainsi que sur les techniques et la gestion agricoles. Il a reçu son doctorat en pathologie aquacole de l’Université de l’Arizona, où il a étudié auprès du Dr Donald Lightner, pathologiste renommé en aquaculture. Tout en travaillant comme assistant de recherche à l’Université de l’Arizona, M. Loc a joué un rôle clé dans l’identification des EMS et le développement d’outils de diagnostic utilisés pour la gestion à la ferme. Le Dr Loc Tran est professeur adjoint au Département de pathologie aquacole du Collège des pêches de l’Université Nong Lam à HCMC, au Vietnam, et continue de collaborer avec l’Université de l’Arizona à plusieurs projets de recherche et de vulgarisation.

Henrique Cesar Pereira Figueiredo
BRÉSIL

Henrique César Pereira Figueiredo est docteur en médecine vétérinaire (1997) et docteur en microbiologie (2001), tous deux de l’Université fédérale du Minas Gerais, au Brésil. Professeur associé, titulaire de la chaire de santé des animaux aquatiques – Université fédérale de Minas Gerais, depuis 2009. Chef du laboratoire national de référence pour les maladies des animaux aquatiques (AQUACEN / Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de l’approvisionnement, Brésil) et membre du groupe de travail électronique ad hoc de l’OIE groupe sur le diagnostic et la validation du virus du lac Tilapia. Le Dr Figueiredo était également le coordinateur d’un projet de jumelage de l’OIE pour le diagnostic de l’anémie infectieuse du saumon et les infections virales émergentes des poissons tropicaux, entre Aquacen et l’Institut vétérinaire norvégien. Il a publié plus de 90 articles scientifiques dans le domaine de la santé des animaux aquatiques.

Marine Fuhrmann
FRANCE

Mme Marine Fuhrmann est titulaire d’un doctorat en biologie marine de l’Université de Brest en France, où elle a travaillé à l’Institut français de la marine pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Elle travaille actuellement en tant que chercheuse postdoctorale à l’Université de Sydney dans le groupe de la santé des animaux aquatiques. Ses recherches portent sur le syndrome de mortalité des huîtres du Pacifique. Plus particulièrement, elle étudie l’effet de l’environnement sur l’interaction entre l’huître creuse du Pacifique et le virus de l’herpès Ostreid Herpesvirus 1, qui étudie les réponses de l’hôte et du virus. Ingénieure en agronomie et chercheuse en biologie marine, elle s’intéresse à la façon dont les sciences appliquées peuvent être utilisées pour aider à gérer l’aquaculture.

Jonathan Kolby
USA

Jonathan Kolby est biologiste de la conservation chez National Geographic Explorer et directeur fondateur du Centre de sauvetage et de conservation des amphibiens du Honduras. Il a obtenu son doctorat à la James Cook University, où il a étudié la propagation internationale du champignon chytride amphibien et la crise mondiale d’extinction des amphibiens. Jonathan est impliqué dans le travail de terrain sur la conservation depuis l’âge de 15 ans, quand il a commencé à faire du bénévolat l’été pour enquêter sur la biodiversité des reptiles et des amphibiens en Chine. Il a maintenant effectué des travaux de terrain dans des endroits reculés du monde, notamment en République démocratique du Congo, à Madagascar et en Nouvelle-Calédonie. et au Honduras. Au Honduras, l’équipe de sauvetage des grenouilles de Jonathan s’emploie activement à protéger la biodiversité dans la forêt nuageuse du parc national de Cusuco et à préserver les espèces de l’extinction causée par la maladie. Il travaille également en tant que spécialiste des politiques CITES auprès du US Fish and Wildlife Service, contribuant à faire en sorte que le commerce international des plantes et des animaux soit légal et durable. Il est un expert en interprétation et en analyse de données sur le commerce d’espèces sauvages et cherche des moyens d’aider à contrôler la propagation mondiale des agents pathogènes des amphibiens. Jonathan est actif dans la communication scientifique par le biais des médias sociaux (@MyFrogCroaked) et a récemment commencé à produire des films sur les maladies des espèces sauvages et leur conservation.

Kerrod Beattie
AUSTRALIE

Kerrod Beattie est directeur du programme de lutte contre la maladie des points blancs de Biosecurity Queensland au ministère de l’Agriculture et des Pêcheries. Kerrod vit et travaille à Brisbane, en Australie. Kerrod est bien connu dans l’aquaculture et la gestion de la pêche dans le Queensland, avec plus de 20 ans d’expérience. Il a été responsable de la mise en œuvre d’importantes initiatives de développement industriel et de réformes de la gestion, notamment un meilleur accès aux zones de géniteurs de crevettes, des réformes de la pêche aux coraux et à la bêche-de-mer, des programmes d’assurance qualité des écloseries et des initiatives de zones d’aquaculture à grande échelle. Kerrod a été témoin de la décimation d’un certain nombre de fermes de crevettes à la suite de la maladie des points blancs, a été impliqué dans la destruction de stocks, y compris le déploiement de plus de six millions de litres de chlore, a géré les tests d’un grand nombre d’échantillons, de fermes assistées et d’autres les acteurs de la pêche concernés dans leur redressement et est maintenant témoin des exploitations reprenant leur production – sans maladie des points blancs à ce jour.

Katie Scutt
AUSTRALIE

Katie Scutt est une agente principale chargée des politiques en matière de santé des animaux aquatiques au ministère de l’Agriculture et des Ressources en eau, en Australie. Son rôle actuel consiste à élaborer un accord entre 18 secteurs public (gouvernemental) et privé (industrie) sur la manière dont les mesures prises pour faire face aux épidémies de maladies animales d’origine aquatique constitueront un avantage commun. Avant d’occuper ce poste, Katie a travaillé dans la politique d’intervention d’urgence en matière de gestion des pêches et de biosécurité. Katie étudie également la psychologie à l’Université nationale australienne. Elle a intérêt à tirer des enseignements de la psychologie, tels que comprendre comment différents groupes interagissent, ce qui favorise la coopération et l’économie comportementale pour améliorer la gestion de la santé des animaux aquatiques.

Victoria Alday-Sanz
ESPAGNE

Victoria Alday-Sanz est une vétérinaire avec une maîtrise et un doctorat. de l’Université Stirling. Elle a travaillé pendant plus de 30 ans sur divers aspects de la santé des crevettes et des poissons, couvrant la recherche sur les agents pathogènes et les maladies, le diagnostic, la législation sanitaire, la gestion de la santé, le développement des stocks de SPF et la biosécurité. Elle a collaboré en tant qu’experte pour des organisations internationales telles que la FAO, l’UE, l’EFSA, la Banque mondiale et l’OIE (membre du groupe ad hoc sur les antimicrobiens en aquaculture), ainsi qu’avec le secteur privé. Victoria a vécu et travaillé en Asie du Sud-Est, au Moyen-Orient et en Amérique latine. Elle a publié plus de 35 articles dans des revues à comité de lecture, plus de 50 articles dans des revues spécialisées et 5 chapitres de livre. Elle est co-auteur du CD-ROM Diagnostic des maladies de la crevette. éditeur de The Shrimp Book. Elle est actuellement directrice du développement durable pour le groupe national d’aquaculture d’Arabie saoudite, qui comprend la biosécurité, les programmes d’élevage, le contrôle de la qualité / l’assurance de la qualité et les certifications.

Nigel Gibbens
ROYAUME-UNI

Nigel Gibbens a obtenu son diplôme de chirurgien vétérinaire à la London University en 1981. Il a passé trois ans dans la pratique mixte (animaux de compagnie et de compagnie) à Derbyshire avant d’obtenir une maîtrise en médecine vétérinaire tropicale à l’Université d’Edimbourg en 1984. Nigel a travaillé au sein des Services vétérinaires gouvernementaux Belize (3 ans – contrôles à l’importation, travaux cliniques et supervision d’abattoirs exportateurs) et au Yémen (2 ans – campagnes d’éradication de la peste bovine et de la variole ovine et caprine et travaux cliniques) avant de rejoindre le service vétérinaire de l’État britannique en 1990 en tant qu’agent vétérinaire de terrain Il a rejoint le groupe central de la politique de santé animale en 1996 et a travaillé pendant 8 ans sur le commerce international, puis sur la politique de contrôle de l’ESB, la politique de protection des animaux et les relations internationales dans le secteur agricole, avant de devenir chef des services vétérinaires du Royaume-Uni en mai 2008. Nigel a démissionné de son poste. le rôle de CVO au Royaume-Uni en février 2018 et est maintenant administrateur de Itinerant Vets Ltd, qui fournit des services de politique de santé et de contrôle des maladies.

Marcela Lara
CHILI

Marcela Lara est vétérinaire et possède une maîtrise en épidémiologie. Elle était chargée du programme national de lutte contre l’infection par le virus de l’anémie infectieuse du saumon (ISAV) au Chili entre 2007 et 2013. Marcela a participé à la mise en œuvre de mesures de biosécurité et d’un modèle de gestion de la santé dans le pays, avant de prendre la direction du projet Animal. Département de la santé du Service national des pêches et de l’aquaculture. Elle est actuellement le point focal de l’OIE pour les animaux aquatiques et la sous-directrice de l’aquaculture.

Eduardo Rodriguez
ISLANDE

Eduardo Rodriguez has over 20 years of experience in molecular biology. After receiving his PhD. from the University of Lund in 1998, he moved to Iceland in 1999 to work for industry leading genomic company, deCode. In 2002 he jumped over the Atlantic ocean for a 3 year period working with Danish proteomics company ACE bioscience. He returned to Iceland in 2005 to join the Institute of Biology at the University of Iceland. Eduardo then joined the StofnFiskur team in 2008. As Head of Functional Genomics Eduardo is responsible for a myriad of projects such as SNP genotyping, triploid analyses, innate immunity and natural robustness research along with viral and bacterial screenings.

U Win Latt
MYANMAR

M. U Win Latt, directeur général et consultant en aquaculture chez Aqua Global Environs Co., Ltd. a plus de 30 ans d’expérience dans l’aquaculture dans la région Asie-Pacifique, notamment dans l’écloserie et l’élevage intensifs de crevettes, les systèmes de recirculation, la polyculture tilapia-crevettes, l’écloserie et programme de biosécurité de développement, d’assurance qualité et d’expertise étendus au renforcement des capacités, à la réhabilitation des mangroves et à la gestion de l’environnement.

Il a participé à plusieurs projets de la FAO, du PNUD, de la CESAP, de la DANCED et de la BAD entre 1995 et 2007 et a été vice-président de PT.Central Proteina Proteinma Tbk. Indoensia de 2007 à 2016, supervisant l’aquaculture et la R & D d’une exploitation aquacole à intégration verticale, dirigeait la Division de l’assurance de la qualité et développait et mettait en place la Division de l’audit technique.

Il a activement contribué au CdP FAO-NACA pour l’élevage de crevettes responsable, l’élaboration de BMP pour l’aquaculture de crevettes et l’aquaculture de poissons marins. Il a été l’un des principaux contributeurs au Document technique sur les pêches de la FAO 446 (Manuel d’amélioration des pratiques de écloserie de P. monodon, 2007). Il a développé et mis en œuvre commercialement un «Système de récupération et de réutilisation des déchets pour une culture intensive de la crevette» (1992-1994) dans le nord de Sumatra, dans le cadre d’une opération PT. IPC en Indonésie.

Récemment, il a achevé l’évaluation du secteur aquacole au Myanmar pour la Banque mondiale (2018) et a activement participé à l’élaboration du programme d’études sur les programmes de pêche et d’aquaculture de l’Université de Yangon, au Myanmar, et du programme de gestion de l’aquaculture et des ressources aquatiques (AARM) de l’Asian Institute of Technology de Thaïlande, en dont il est également conférencier invité.

Vishnumurthy Mohan Chadag
WORLDFISH

Chadag Vishnumurthy Mohan est scientifique principal à WorldFish. Au sein de WorldFish, le Dr Mohan dirige le groupe de recherche sur la santé des animaux aquatiques dans le cadre du programme phare d’aquaculture durable du programme de recherche du GCRAI sur les systèmes agroalimentaires pour poissons et il est également le responsable de la recherche pour l’Inde, un pays en expansion pour WorldFish. Il est titulaire d’un doctorat en pathologie des animaux aquatiques de l’Université de Stirling. Son expertise comprend l’aquaculture à petite échelle, le développement et la mise en œuvre de meilleures pratiques de gestion via une approche de gestion de groupe, la certification de groupe, la pathologie du poisson et de la crevette, l’épidémiologie, le développement et la mise en œuvre de stratégies nationales de santé des animaux aquatiques, la surveillance et la biosécurité. Il est issu d’une solide formation universitaire de 21 ans au College of Fisheries de l’Université des sciences de l’agriculture de Mangalore, en Inde. Avant de rejoindre WorldFish en avril 2014, il a travaillé pendant 11 ans au sein du Réseau intergouvernemental de centres d’aquaculture pour la région Asie-Pacifique (NACA) basé à Bangkok, au service de programmes de R & D sur l’aquaculture durable et la santé des animaux aquatiques dans 18 gouvernements de la région. Il a présidé la Section de la santé du poisson (FHS) de l’Asian Fisheries Society (AFS) pour la période 2011-2014 et le neuvième Symposium sur les maladies de l’aquaculture asiatique (DAA9) a été organisé sous sa direction en novembre 2014 à Ho Chi Minh City. , Vietnam. Il a publié plus de 100 articles de recherche dans les domaines de la santé des animaux aquatiques et de l’aquaculture.

Grant Stentiford
ROYAUME-UNI

Le professeur Grant D. Stentiford est responsable scientifique et responsable du Centre d’excellence international pour la santé des animaux aquatiques au laboratoire Cefas Weymouth. Il est co-directeur du Sustainable Aquaculture Futures Center de l’Université d’Exeter, au Royaume-Uni. Il a été directeur du laboratoire de référence de l’Union européenne (EURL) pour les maladies des crustacés pour le compte de la DG SANCO de la Commission européenne entre 2008 et 2018. Il est titulaire d’une licence en sciences de la vie de l’Université de Nottingham, au Royaume-Uni (1993-1993). 1997) et un doctorat en pathologie des invertébrés de l’Université de Glasgow (1997-2000). Il a été élu membre de la Royal Society of Pathology en 2014 et membre de la Linnean Society en 2016. Ses travaux portent sur la pathologie des animaux aquatiques et combinent des approches fondées sur l’histopathologie, la microscopie électronique à transmission et la systématique moléculaire pour la classification des substances nouvelles et émergentes. agents pathogènes chez les animaux aquatiques. Il possède une vaste expérience dans le diagnostic de maladies chez des animaux aquatiques expérimentaux, d’élevage et sauvages et dispose d’un vaste réseau de collaboration au Royaume-Uni, en Europe et dans le monde. Il a publié plus de 120 articles ISI, invité deux volumes spéciaux du Journal of Invertebrate Pathology (2010, 2012) et un volume spécial de maladies des organismes aquatiques (2012) sur les maladies des crustacés et la sécurité alimentaire. Il a un indice H de 38 (janvier 2018). Il a été rédacteur en chef pour les maladies des organismes aquatiques et est actuellement rédacteur en chef adjoint du Journal of Invertebrate Pathology. Il a créé une nouvelle division (maladies des invertébrés utiles) de la Society of Inverttebrate Pathology (SIP) en 2009 et a été le président inaugural de la division entre 2009 et 2012. À ce titre, il a présidé deux colloques sur les agents pathogènes de la chaîne alimentaire aquatiques financés par l’OCDE et a été conférencier des fondateurs SIP en 2015. Il a été invité à prendre la parole lors de conférences sur les maladies des animaux aquatiques en Europe, en Asie, au Moyen-Orient, dans les Amériques et en Australie. Il a présidé un comité ad hoc sur la susceptibilité des crustacés à la maladie pour l’OIE. Il a des projets en cours sur l’interaction hôte-pathogène invertébré et la systématique des agents pathogènes. Il est partisan de la pensée One Health, appliquée à la conception de systèmes alimentaires durables.

Jiun-Yan Huang
TAIPEI CHINOIS

Depuis 2005, les travaux de M. Huang ont porté sur l’étude du virus du syndrome des points blancs (WSSV), un agent pathogène qui continue de causer d’énormes dégâts économiques à l’industrie de la crevette. En 2012, il a obtenu son doctorat du laboratoire du Dr Grace Lo à l’Université nationale de Taiwan à Taiwan. En plus de son expertise sur la pathogenèse du WSSV, M. Huang a également défini les exigences générales en matière de détection de la PCR sur la base des réglementations ISO / IEC 17025 des laboratoires de référence WSD / AHPND. Il a également supervisé la construction du centre de sélection P. monodon du Centre international pour le développement scientifique de l’aquaculture de crevettes. Actuellement, M. Huang supervise la construction d’un autre système de culture de la crevette, entièrement en intérieur, avec une capacité de recirculation de 700 mètres cubes par jour. Il participe également à la construction de bassins de croissance extérieurs avec des systèmes de surveillance / contrôle de l’eau semi-automatiques qui maintiennent des conditions optimales dans le bassin de croissance.

Ben North
PHARMAQ

Ben North est le directeur de portefeuille de l’organisation de recherche et développement basée à Oslo du PHARMAQ. PHARMAQ est une réussite en matière d’innovation et est le leader mondial de la fourniture de vaccins pour les salmonidés d’élevage. En 2015, PHARMAQ est devenu une partie intégrante de Zoetis, la plus grande entreprise de santé animale au monde, qui a ouvert de nombreux nouveaux marchés aquacoles et accéléré l’expansion de PHARMAQ au sein des espèces aquacoles en eaux chaudes. Avant de prendre ses fonctions dans la recherche et le développement, Ben a occupé divers postes commerciaux et opérationnels au sein de PHARMAQ, dont 7 ans en tant que directeur général de la filiale britannique de PHARMAQ. Avant de rejoindre PHARMAQ, Ben a travaillé comme chercheur postdoctoral à l’Institut d’aquaculture de l’Université Stirling, où il a également mené un doctorat en bien-être du poisson.

Atle Lillehaug
COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L’OIE POUR LES ANIMAUX AQUATIQUES

Atle Lillehaug est chercheur principal à la Section de la santé du poisson et de la biosécurité de l’Institut vétérinaire norvégien. Il est également professeur II au département de biologie de l’Université norvégienne des sciences et technologies. Le Dr Lillehaug est membre de la Commission des normes sanitaires de l’OIE pour les animaux aquatiques, du groupe de travail du CIEM sur la pathologie et les maladies des organismes marins, et membre du groupe d’experts 15V sérums et vaccins vétérinaires, Commission européenne de pharmacopée. Il possède une expérience de recherche en épidémiologie, en vaccinologie et en biosécurité dans le domaine de la santé des poissons. Parmi les publications scientifiques, citons l’ouvrage scientifique «Fish Vaccination» (2014, co-éditeur et auteur de chapitre) et des articles relatifs à la pharmaco-épidémiologie et aux traitements antibactériens chez les poissons d’élevage.

Matthew Stone
DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, OIE

Atle Lillehaug est chercheur principal à la Section de la santé du poisson et de la biosécurité de l’Institut vétérinaire norvégien. Il est également professeur II au département de biologie de l’Université norvégienne des sciences et technologies. Le Dr Lillehaug est membre de la Commission des normes sanitaires de l’OIE pour les animaux aquatiques, du groupe de travail du CIEM sur la pathologie et les maladies des organismes marins, et membre du groupe d’experts 15V sérums et vaccins vétérinaires, Commission européenne de pharmacopée. Il possède une expérience de recherche en épidémiologie, en vaccinologie et en biosécurité dans le domaine de la santé des poissons. Parmi les publications scientifiques, citons l’ouvrage scientifique «Fish Vaccination» (2014, co-éditeur et auteur de chapitre) et des articles relatifs à la pharmaco-épidémiologie et aux traitements antibactériens chez les poissons d’élevage.

Árni. M. Mathiesen
FAO

M. Árni M. Mathiesen, Sous-Directeur général du Département des pêches et de l’aquaculture de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), est titulaire d’un baccalauréat en médecine et chirurgie vétérinaires de l’Université d’Edimbourg, au Royaume-Uni, et d’une maîtrise en sciences vétérinaires aquatiques. Université de Stirling, Royaume-Uni Après avoir terminé ses études, il a travaillé pendant dix ans en tant que vétérinaire spécialisé dans les maladies des poissons et a également été directeur général d’une entreprise d’aquaculture. M. Mathiesen a été membre du conseil d’administration de l’Association islandaise des vétérinaires de 1986 à 1987 et président du Conseil pour la prévention de la cruauté envers les animaux de 1994 à 1999. De 1990 à 1994, il a été membre du conseil la division de garantie des prêts à l’aquaculture et, de 1994 à 1998, membre du conseil d’administration de la Banque agricole d’Islande et du Fonds de prêts agricoles. En 1991, M. Mathiesen a été élu au Parlement islandais et a été ministre des Pêches de mai 1999 à septembre 2005, puis ministre des Finances jusqu’en février 2009. Avant de rejoindre la FAO en 2010, il était consultant pour la Confédération des employeurs islandais. ainsi que de travailler dans un cabinet vétérinaire général en Islande.

Ingo Ernst

Atle Lillehaug est chercheur principal à la Section de la santé du poisson et de la biosécurité de l’Institut vétérinaire norvégien. Il est également professeur II au département de biologie de l’Université norvégienne des sciences et technologies. Le Dr Lillehaug est membre de la Commission des normes sanitaires de l’OIE pour les animaux aquatiques, du groupe de travail du CIEM sur la pathologie et les maladies des organismes marins, et membre du groupe d’experts 15V sérums et vaccins vétérinaires, Commission européenne de pharmacopée. Il possède une expérience de recherche en épidémiologie, en vaccinologie et en biosécurité dans le domaine de la santé des poissons. Parmi les publications scientifiques, citons l’ouvrage scientifique «Fish Vaccination» (2014, co-éditeur et auteur de chapitre) et des articles relatifs à la pharmaco-épidémiologie et aux traitements antibactériens chez les poissons d’élevage.

Stian Johnsen

Atle Lillehaug est chercheur principal à la Section de la santé du poisson et de la biosécurité de l’Institut vétérinaire norvégien. Il est également professeur II au département de biologie de l’Université norvégienne des sciences et technologies. Le Dr Lillehaug est membre de la Commission des normes sanitaires de l’OIE pour les animaux aquatiques, du groupe de travail du CIEM sur la pathologie et les maladies des organismes marins, et membre du groupe d’experts 15V sérums et vaccins vétérinaires, Commission européenne de pharmacopée. Il possède une expérience de recherche en épidémiologie, en vaccinologie et en biosécurité dans le domaine de la santé des poissons. Parmi les publications scientifiques, citons l’ouvrage scientifique «Fish Vaccination» (2014, co-éditeur et auteur de chapitre) et des articles relatifs à la pharmaco-épidémiologie et aux traitements antibactériens chez les poissons d’élevage.

RESSOURCES DE LA CONFÉRENCE

Présentations

 

Les présentations sont accessibles via le lien ci-dessous.

 

Livre des Résumés

Le Livre des Résumés est accessible via le lien ci-dessous.

 

Recommandations

Les recommandations sont accessibles via le lien ci-dessous.

 

Prospectus

Le dépliant de l’événement est accessible via le lien ci-dessous.

 

 

 

INFORMATIONS

GÉNÉRALES

VISA

1. Pays et régions avec une représentation diplomatique du Chili: pour demander un visa de tourisme pour entrer au Chili, veuillez consulter le site officiel.

2. Pays et régions sans représentation diplomatique du Chili: les participants doivent obligatoirement envoyer dès que possible la copie scannée de leur passeport à l’OIE (events_secretariat@oie.int) en indiquant clairement s’il s’agit d’un passeport ordinaire, diplomatique, officiel ou de service. . Les participants doivent également fournir à l’OIE leurs itinéraires de vol. L’OIE se chargera de la procédure de visa. Si la demande de visa est acceptée, nous en informerons les participants et ceux-ci pourront obtenir une autorisation d’entrée à l’aéroport de Santiago.

Pour plus d’informations sur la procédure de visa pour le Chili, veuillez consulter les sites Web suivants:

 http://visados.com/en/visa-for-Chile

 https://chile.gob.cl/es/consulados

Lieu

Crowne Plaza Santiago

Hostelera Alameda SPA, Av. Libertador Bdo. O’Higgins 136, Santiago | 6513491 | Chile

HÉBERGEMENT

Il est suggéré aux participants de rester au Crowne Plaza Santiago, qui est également le lieu de la conférence:

Crowne Plaza Santiago (5*)

Hotelera Alameda SPA

Av. Libertador Bdo. O’Higgins 136

Santiago | 6513491 | Chile

Chambre

Prix en USD par nuit (chambres disponibles uniquement du 3 au 6 avril)

Tradtionnel

(Single)119 USD + taxes et/ou pourboiresTraditionnel (Double)125 USD + taxes et/ou pourboires

Pour réserver une chambre au Crowne Plaza Santiago, veuillez compléter le formulaire d’autorisation de carte de crédit et le renvoyer à Mme Ana María Painepán (Anamaria.painepan@ihg.com).

Le lieu de la conférence est également entouré d’une grande variété d’options d’hébergement pour tous les budgets. Veuillez trouver ci-dessous notre sélection:

Hotel Cumbres Lastarria (4*): à partir 189 USD par nuit (www.cumbreslastarria.com)

-Hotel Luciano K (4*): à partir 158 USD par nuit ( http://www.lucianokhotel.com/)

-Hotel Solace Santiago (4*): à partir 169 USD par nuit (www.solacehotel.cl/santiago)

-Hotel Neruda (4*): à partir 91 USD par nuit (https://www.hotelneruda.cl/)

-Hotel Montecarlo (3*): à partir 85 USD par nuit (http://homontecarlo136.wixsite.com/hmsantiago)

-Hotel Principado Express (3*): à partir 107 USD par nuit (http://www.hotelprincipadoexpress.com/)

-Hotel Principado (3*): à partir 96 USD par nuit (http://www.hotelprincipadosantiago.com/)

.

TRANSPORTATION

TAXI

Comment se rendre à l’aéroport de Santiago du Chili (Comodoro Arturo Merino Benítez International – SCL) aller / retour depuis le lieu de la conférence (Crowne Plaza Santiago)

Coût Moyen

environ 19,115 CLP par voyage
TEMPS: 30-45 minutes

Le trajet coûte environ 19 115 CLP par trajet entre l’aéroport et l’hôtel Crowne Plaza Santiago. Les véhicules (noir et jaune) sont disponibles à l’extérieur du terminal des arrivées.

Sachez que les chauffeurs de taxi essaient souvent de faire payer aux touristes étrangers un tarif très coûteux. Pour éviter tout inconvénient, assurez-vous de négocier et de vous mettre d’accord sur le prix final avant de monter dans le taxi.

TRANSPORT EN

COMMUN

TEMPS: 45 minutes

Les billets de bus peuvent être achetés à la billetterie ou à bord du chauffeur.

Option A: TurBus

COÛT:  1,700 CLP par voyage / 2,800 CLP par aller-retour

TurBus devient l’un des principaux services de bus disponibles à l’aéroport de Santiago. Il fonctionne de 05h00 à minuit toutes les 10 minutes (les horaires peuvent varier). La station TurBus de l’aéroport est située au 1er niveau, à côté de la sortie 5.

Pour accéder au Crowne Plaza Santiago, prenez le bus turbo et descendez à la station de métro Terminal San Borja – Estación. Ensuite, prenez le métro ligne 1 en direction de Los Dominicos et descendez à la station de métro Baquedano. Le Crowne Plaza Santiago est situé sur l’avenue Libertador Bernard O’Higgins, à environ 5 minutes à pied de la station de métro Baquedano (cliquez sur le bouton pour accéder au plan de métro de Santiago).

Pour plus d’informations: +56 2 2822 7741 / +56 2 2822 7748 / 600 660 6600

Option B: Centropuerto

COÛT:  1,800 CLP par voyage / 3,200 CLP par aller-retour

Centropuerto est l’autre compagnie de bus qui offre une connexion directe entre l’aéroport de Santiago et le centre-ville. Il fonctionne de 6h00 à 23h30 toutes les 10 minutes et toutes les 30 minutes de 23h30 à 5h40 (les horaires peuvent varier). La station Centropuerto de l’aéroport est située au 1er niveau entre les sorties 4 et 5.

Pour accéder au Crowne Plaza Santiago, prenez le bus Centropuerto et descendez à la station de métro Los Héroes. Ensuite, prenez le métro ligne 1 en direction de Los Dominicos et descendez à la station de métro Baquedano. Le Crowne Plaza Santiago est situé avenue Liberador Bernard O’Higgins, à environ 5 minutes à pied de la station de métro Baquedano (cliquez ici pour accéder au plan de métro de Santiago).

Pour plus d’informations: +56 2 2601 0883 / +56 2 2601 0549

DES PUBLICATIONS

Code Sanitaire pour les Animaux Aquatiques

Vingt et unième édition, 2018; ISBN 978-92-95108-69-1
29.7 x 21 cm, 300 pp. ; Ref.: A 247, Prix: 60 €

Le Code aquatique définit des normes pour l’amélioration de la santé des animaux aquatiques dans le monde. Il comprend également des normes de bonne gouvernance, de bien-être des poissons d’élevage et d’utilisation d’agents antimicrobiens chez les animaux aquatiques. Les autorités compétentes devraient utiliser les normes du Code aquatique pour élaborer des mesures de détection précoce, de notification interne, de notification et de contrôle des agents pathogènes chez les animaux aquatiques (amphibiens, crustacés, poissons et mollusques) et pour empêcher leur propagation par le commerce international d’animaux aquatiques et de produits aquatiques. produits d’origine animale, tout en évitant des barrières sanitaires injustifiées au commerce.

Manual of Diagnostic Tests for Aquatic Animals

Sèptieme éedition, 2016; ISBN 978-92-9044-887-7

29.7 x 21 cm, 589 pp. ; Ref.: A 204, Prix: 100 €

La 7ème édition du Manuel aquatique a pour objectif de fournir une approche uniforme de la détection des maladies répertoriées dans le Code sanitaire pour les animaux aquatiques de l’OIE, de sorte que les exigences en matière de certification sanitaire pour le commerce des animaux aquatiques et des produits dérivés être rencontré. Il comprend des références bibliographiques et une liste des laboratoires de référence de l’OIE pour les maladies des amphibiens, des crustacés, des poissons et des mollusques.

Le Rôle de la Santé des Animaux Aquatiques dans la Sécurité Alimentaire 

Ingo Ernst and Edmund Peeler, eds

Vol. 38 (2), Août 2019, Trilingue; ISBN 978-92-95108-82-0

29.7 x 21 cm, 589 pp. ; Ref.: R 38(2), Prix: 115 €

Les maladies des animaux aquatiques représentent une menace importante pour la production d’animaux aquatiques, des panzootiques ayant eu lieu fréquemment au cours des dernières décennies. Les conséquences de ces épidémies ont été graves pour les moyens de subsistance, les pauvres, la contribution à la nutrition humaine, les possibilités de développement des industries, la biodiversité, le bien-être des animaux et les ressources en animaux aquatiques sauvages. Alors que l’aquaculture et le commerce des animaux aquatiques continuent de croître, de nouveaux agents pathogènes vont apparaître, qui s’ajouteront aux défis actuels en matière de maladies. Si l’on veut protéger la sécurité alimentaire, il faut améliorer les taux de réussite en matière de prévention de la propagation des maladies des animaux aquatiques et d’atténuer leurs effets dans le monde entier.

Ce numéro explore le rôle de la santé des animaux aquatiques dans la sécurité alimentaire. Il considère l’importance de la production d’animaux aquatiques pour la sécurité alimentaire, fournit des études de cas sur les menaces de maladies qui ont affecté la production d’animaux aquatiques et explore les approches visant à protéger la production d’animaux aquatiques et la sécurité alimentaire contre les effets des maladies des animaux aquatiques.

Prévu en Septembre 2019.

Guide for Aquatic Animal Health Surveillance

2009; ISBN 978-92-9044-767-2

29.7 x 21 cm, 114 pp. ; Ref.: A 172, Prix: 50 €; In English

Des systèmes de surveillance efficaces et fiables génèrent des preuves solides de l’incidence, de la prévalence et de la distribution des maladies, ou de la démonstration de l’absence de maladies. Les décisions scientifiques concernant la santé des animaux aquatiques reposent sur les informations générées par les programmes de surveillance.

Ce manuel pratique sur la surveillance est destiné principalement aux Services vétérinaires ou aux autres autorités compétentes, à leur personnel et à leurs experts, pour la conception, la mise en œuvre et l’évaluation de systèmes de surveillance des maladies intéressant les animaux aquatiques dans leur pays.

Aquatic Animal Health: ‘Riding the Wave to the Future’

2016; ISBN 978-92-9044-999-7

29.7 x 21 cm, 120 pp. ; Ref.: A 235, Prix: 25 €; En Anglais

Actes de la troisème Conférence mondiale de l’OIE sur la santé des animaux aquatique, Hô Chi Minh – Ville, Vietnam

Ce compte rendu comprend 20 communications d’experts de renommée internationale qui ont présenté des exposés lors de la troisième Conférence mondiale de l’OIE sur la santé des animaux aquatiques. La conférence a abordé l’importance de la santé des animaux aquatiques dans l’aquaculture et a mis en exergue les progrès accomplis dans la mise en place d’un cadre mondial pour améliorer la détection, la prévention et le contrôle des maladies des animaux aquatiques.

Les présentations ont porté sur les normes de l’OIE visant à améliorer la santé des animaux aquatiques, en mettant l’accent sur la bonne gouvernance, la surveillance, y compris les tests de diagnostic, et des concepts facilitant les échanges, tels que le zonage et la compartimentation. Les activités de renforcement des capacités de l’OIE ainsi que les opportunités et les défis pour l’avenir de la santé des animaux aquatiques ont également été abordés.

Ces documents informeront les lecteurs sur la manière de mettre en œuvre les recommandations du Code aquatique et du Manuel aquatique de l’OIE, dans le but d’améliorer la santé des animaux aquatiques dans le monde.

Aquatic Animal Health Programmes: their benefits for

global food security

2012; ISBN 978-92-9044-897-6

29.7 x 21 cm, 114 pp.; Ref.: A 207, Prix: 25€; En Anglais

Actes de la Conférence mondiale de l’OIE sur la santé des animaux aquatiques, Panama (Panama)

Cette conférence était à la fois opportune et décisive, car l’aquaculture est l’une des industries dont la croissance est la plus rapide au monde et les aliments dérivés d’animaux aquatiques sont une source essentielle de protéines animales de haute qualité pour la population mondiale croissante.

Cette conférence a montré que l’OIE et la communauté internationale donnaient la priorité au renforcement de la gouvernance en matière de santé des animaux aquatiques et prenaient des mesures pour soutenir les efforts des pays en développement, en utilisant les outils les plus appropriés à leur disposition.

Ces comptes rendus, examinés par des experts du Comité scientifique, donnent un aperçu des connaissances disponibles sur la santé des animaux aquatiques et de leur contribution à la sécurité alimentaire mondiale.

CONTACT

Secrétariat de la Conférence

Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE)

12 rue de Prony, 75017 Paris

FRANCE

Tel: 33 (0) 1 44 15 18 65

Fax: 33 (0) 1 42 67 09 87

Email: events_secretariat@oie.int

LES DONATEURS

Cet événement est organisé avec le soutien financier de la République Populaire de Chine, de l’Union européenne, du Japon et du Norad. L’OIE souhaiterait également remercier le gouvernement du Chili pour son important soutien financier et logistique dans l’organisation de cette conférence.

SPONSORS

Cette conférence est également organisée avec le soutien financier de Cermaq, de la Norwegian Seafood Federation, de Zoetis, de Virbac-Centrovet, Aquachile, Elanco et l’université du Chili.

 

REMERCIEMENTS PARTICULIERS

Cette conférence est organisée avec la participation de l’université Mayor.