Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Solidarité > Analyse des écarts PVS  > Outil d'analyse des écarts PVS

L’Outil d’analyse des écarts PVS

Les deux pierres angulaires de l'Outil d'analyse des écarts PVS sont : (i) les fiches de compétences critiques utilisées pour organiser et faciliter la discussion sur les priorités du pays, sur la base des résultats de l'évaluation PVS des Services vétérinaires du pays (rapport d'évaluation PVS, en utilisant l’Outil d'évaluation PVS de l'OIE) ; et ii) les fiches d'estimation des coûts (regroupées selon les 5 piliers de l'analyse des écarts PVS - voir ci-après) ; elles sont utilisées pour faciliter les calculs intermédiaires nécessaires à la préparation d'un budget annuel indicatif et d'un budget exceptionnel si nécessaire (pour les investissements particuliers), avec une consolidation permettant de proposer un budget indicatif sur 5 ans pour les Services vétérinaires du pays.

Les fiches de compétences critiques sont des documents Word destinés à être annexés au rapport d'analyse des écarts PVS. Les fiches d'estimation des coûts sont des documents Excel utilisés pour la préparation du budget sur 5 ans inclus dans le rapport d'analyse des écarts. Ces fiches sont également insérées dans ce rapport une fois qu'il est complété.

Dans le fichier Excel intitulé « Budget », les fiches d'estimation des coûts ne suivent pas l'ordre des quatre composantes fondamentales de l'Outil PVS de l'OIE mais sont organisées selon les 5 piliers de l'Outil d'analyse des écarts PVS.

L'organisation générale de cet outil repose en effet sur 5 piliers qui regroupent par thèmes les compétences PVS critiques applicables, présentées selon un ordre logique spécifiquement prévu pour la discussion avec le pays pendant la mission d'analyse des écarts PVS et pour la préparation du rapport d'analyse correspondant (dans l'ordre précisé ci-après) :

  • Les échanges commerciaux imposent aux Services vétérinaires certaines contraintes qui vont parfois au-delà des préoccupations nationales en matière de santé animale et de santé publique vétérinaire. Cela ne signifie pas que dans cet outil les échanges constituent le chapitre essentiel mais simplement que les priorités commerciales auront, dans la suite de la discussion, un impact sur les priorités de santé animale et de santé publique vétérinaire. C'est pourquoi les compétences PVS critiques applicables sont examinées en premier lieu dans le cadre de l'Outil d'analyse des écarts PVS. Il faut garder à l'esprit que les échanges commerciaux recouvrent aussi bien les exportations qui constituent une force commerciale que les importations susceptibles de représenter une menace potentielle pour le marché.
  • Il est universellement reconnu que la santé animale est au cœur de la mission de tous les Services vétérinaires. Lorsque les contraintes commerciales sont connues, les experts peuvent analyser les restrictions liées aux maladies animales. Dans les pays moins développés, il s'agit généralement de l'activité essentielle des Services vétérinaires. La question principale est de maintenir un réseau vétérinaire accessible qui soit conforme aux normes internationales de l'OIE et capable de mettre en oeuvre des dispositifs adaptés en matière de santé animale.
  • Dans le cadre de cet outil, la santé publique vétérinaire inclut  la sécurité sanitaire des aliments, les médicaments et produits biologiques à usage vétérinaire et les résidus. Les zoonoses sont traitées soit dans le cadre de la santé animale, soit dans celui de la santé publique vétérinaire, en fonction des activités mises en oeuvre et de l'organisation des services dans le pays concerné. La santé publique vétérinaire est un chapitre complexe très important. Elle correspond à l'orientation naturelle des Services vétérinaires après les questions de santé animale.
  • Les exigences applicables aux laboratoires vétérinaires dépendent des priorités fixées en matière de commerce, de santé animale et de santé publique vétérinaire. Il convient d'évaluer la demande correspondante en fonction de ces priorités.
  • Les départements chargés de la gestion et des questions réglementaires au sein des Services vétérinaires sont répartis en deux pôles principaux :

- le premier est chargé de l'organisation générale des Services vétérinaires, ce qui inclut la coordination (niveau central et autres niveaux), l'indépendance technique (important pour expliquer le niveau des recettes), la réglementation de la pratique vétérinaire et les règles de la délégation officielle ;

- le second suit toutes les questions transversales qui ne sont pas de nature purement vétérinaire : formation initiale, formation continue, gestion des opérations et des ressources, communication, consultation, représentation officielle, programmes communs et législation.

 

 

Haut