Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Solidarité > Etudes internationales

Études de l’OIE

Trois études économiques sur la Prévention et le contrôle des maladies animales dans le monde, financées par la Banque mondiale, ont été conduites par l'OIE en 2006 et en 2007.

Partie I : Analyse économique - Coûts comparés de la prévention et de l’éradication des foyers

Partie II : Étude de faisabilité - Un fonds mondial pour les urgences sanitaires dans les pays en développement

Partie III : Étude de pré-faisabilité – Appui aux assurances couvrant les pertes dues aux maladies

Ces trois études ont été présentées lors d’une conférence internationale co-organisée par la Banque mondiale (BM) et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), en collaboration avec l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Cette conférence intitulée « Initiative mondiale pour la santé animale : la voie à suivre » s'est tenue à Washington DC (États-Unis d’Amérique), au siège de la Banque mondiale, du 9 au 11 octobre 2007. Les conclusions de la manifestation ont validé les observations et les recommandations des trois études.

En 2008, après un appel d'offres international, l'OIE a confié au groupe Civic Consulting une étude sur le « Coût des systèmes nationaux de prévention des maladies animales et des zoonoses dans les pays en développement ou en transition ». Cette étude a été co-financée par la Banque mondiale et l'Union européenne. L'objectif initial était double : (a) estimer le coût, en temps de « paix sanitaire », de Services vétérinaires assurant la détection précoce et la prise en charge rapide des maladies émergentes ou ré- émergentes dans différents types de régions, d’économies, de systèmes zoosanitaires et d’écosystèmes ; et (b) développer des indicateurs économiques au sein de l'outil PVS de l'OIE. L'étude repose sur une revue de la littérature, sur les résultats de recherches approfondies conduites dans neuf pays Membres de l'OIE et sur une analyse détaillée des indicateurs économiques possibles.

En 2009, après un appel d'offres international, l'OIE a confié à PHYLUM une étude sur le « Recensement et la catégorisation des maladies animales prioritaires, notamment de celles qui sont transmissibles à l'homme ». Cette étude a été co-financée par la Banque mondiale et l'Union européenne. L'objectif était de faciliter la prise de décision par les autorités vétérinaires régionales/nationales en matière de priorités et de catégorisation de toutes les maladies animales et de toutes les menaces liées aux animaux.

 

Haut