Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Les évolutions dans le domaine du bien-être animal

BIEN-ÊTRE ANIMAL

 

 

Les évolutions dans le domaine du bien-être animal

L’OIE est à la pointe des avancées dans le domaine du bien-être animal, tant pour ce qui a trait à l’élaboration des normes que dans d’autres activités connexes. Il est impératif que les normes reposent sur des bases scientifiques afin de poursuivre le travail normatif et d’assurer la continuité de la recherche appliquée, en particulier pour ce qui concerne certaines problématiques liées au bien-être animal dans les pays en développement. La mise en œuvre des normes est également soumise à un certain nombre de contraintes pratiques et économiques. Il convient de gérer ces évolutions en suivant un calendrier concerté et en prenant soin de consulter tous les groupes concernés par l’utilisation des animaux et par la problématique du bien-être animal.

Pertinence et importance du bien-être des animaux de laboratoire

 

 

Quel est le rôle de l'OIE dans l'élaboration des normes intergouvernementales sur le bien-être des animaux de laboratoire ?

Le Docteur Bernard Vallat répond à cette question :

 

En ce qui concerne l’utilisation des animaux de laboratoire pour l’enseignement et la recherche, les normes de l’OIE en la matière préconisent de se conformer aux dispositions appropriées de santé animale et de gestion du bien-être et de respecter la règle internationalement acceptée des « Trois R ».

En outre, il est important de mettre en place un cadre réglementaire national applicable au bien-être des animaux de laboratoire qui soit cohérent avec les normes du Code terrestre, afin de s’assurer des conditions de santé et de bien-être des animaux utilisés et de protéger ainsi la santé et la sécurité des personnes amenées à travailler avec ces animaux.

Le transport aérien des animaux de laboratoire, en particulier les chiens, les chats et les primates non humains, est un sujet très controversé ; à l’heure actuelle, de nombreuses compagnies aériennes commerciales refusent de transporter ces animaux essentiellement par crainte de représailles de la part des groupes extrémistes de défense des droits des animaux. Néanmoins, le transport aérien de ces animaux est indispensable pour mener à bien des programmes de recherche scientifique d’importance cruciale pour la médecine humaine et vétérinaire.

En 2013, l’OIE a préparé un document de discussion sur les différentes solutions envisageables pour fournir aux Services vétérinaires nationaux des éléments d’orientation spécifiques en matière de gestion de la santé et du bien-être des animaux en réponse à une situation d’urgence sanitaire. En 2014, le nouveau groupe ad hoc convoqué sur le sujet a tenu sa première réunion afin de préparer la rédaction de lignes directrices pertinentes. En 2016, l’OIE a publié les lignes directrices sur la gestion des catastrophes et la réduction des risques pour la santé et le bien-être des animaux et pour la santé publique vétérinaire, avec pour objectif de renforcer les capacités des Services vétérinaires des Pays Membres.

 

 

Veuillez cliquer ici pour télécharger les lignes directrices.

 


En conséquence, l’OIE a élaboré des normes applicables au transport aérien des animaux ainsi que des recommandations spécifiques pour le transport des animaux de laboratoire. L’OIE invite également ses Membres à se conformer aux réglementations de l’Association internationale du transport aérien (IATA), organisation avec laquelle l’OIE a signé un accord officiel. La conformité avec les recommandations de l’OIE et de l’IATA apporte de solides garanties en termes de sécurité publique et de protection de la santé et du bien-être animal.

 

Veuillez cliquer ici pour télécharger le document de discussion de l’OIE.

 

 

Protection du bien-être animal dans les situations de catastrophe

L’OIE joue un rôle de chef de fil reconnu dans la protection de la planète contre les catastrophes biologiques, que celles-ci soient d’origine naturelle ou causées par l’homme, grâce aux normes publiées par l’OIE sur le diagnostic, la détection précoce, la notification et le contrôle des maladies animales, y compris les maladies zoonotiques causées par des agents pathogènes susceptibles d’être utilisés comme armes bioterroristes.

Dans toute situation de catastrophe, la première des priorités est de préserver la vie et la santé des personnes. Néanmoins, le bien-être animal constitue une problématique importante qui ne doit pas être négligée. En effet, l’expérience a montré que les perspectives de récupération et de redressement durable des communautés sinistrées sont étroitement liées à l’état dans lequel se trouvent leurs animaux, que ceux-ci soient utilisés pour la production d’aliments, pour le travail, pour la sécurité ou en tant qu’animaux de compagnie.


En 2013, l’OIE a préparé un document de discussion sur les différentes solutions envisageables pour fournir aux Services vétérinaires nationaux des orientations spécifiques en matière de gestion de la santé et du bien-être animal dans les situations d’urgence. En 2014, le nouveau groupe ad hoc convoqué sur le sujet a tenu sa première réunion afin de préparer la rédaction de lignes directrices pertinentes.

 

 

Veuillez cliquer ici pour télécharger le document de discussion de l’OIE.

 

 

 

 

 


Veuillez cliquer ici pour télécharger les directrices de l'OIE

 

 

 

 

 

World Animal Protection, un important partenaire de l’OIE dans le domaine du bien-être animal, est très actif dans la gestion des catastrophes.

L’OIE a été consulté pour la préparation de la deuxième édition des Normes et directives pour l’aide d’urgence à l’élevage (LEGS), qui  sont issues du projet  LEGS, une initiative indépendante bénéficiant de l’appui de plusieurs parties prenantes, en mai 2015. Le projet LEGS constitue une source autorisée d’informations sur la gestion des animaux d’élevage dans les situations d’urgence
 
Son action s’adresse principalement aux agences et organisations ayant vocation à intervenir en première ligne dans les situations d’urgence et de catastrophes naturelles.

 

 

Haut