Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Expertise scientifique  > Informations spécifiques et recommandations > MERS CoV

Coronavirus responsable du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV)

Définition de cas pour la notification à l'OIE

(Mise à jour : mai 2017)

Introduction

Plusieurs études ont confirmé que les dromadaires étaient l'espèce réservoir de l'infection à MERS-CoV chez l'homme. Les transmissions zoonotiques du MERS-CoV des dromadaires à l'homme ont été signalées en de nombreuses occasions. Le MERS-CoV n’a jamais été notifié en tant que maladie chez les camélidés bien que, lors d’infections expérimentales, le MERS-CoV ait été associé à de légers signes au niveau des voies respiratoires supérieures. Des résultats positifs à la PCR au regard du MERS-CoV ou l'isolement du virus chez des camélidés doivent être signalés à l’OIE parce que le MERS représente une maladie émergente avec un impact important sur la santé publique.

Cas confirmé

Un dromadaire dont l'infection au MERS-CoV est confirmée par un laboratoire1 avec ou sans signes cliniques.

Cas suspecté

  • Signes cliniques observés d'infection respiratoire légère (rhinite chez les jeunes dromadaires) ; et
  • Lien épidémiologique direct2 avec un cas de MERS-CoV confirmé chez l'homme ou chez un camélidé ; et
  • Les tests du MERS-CoV ne sont pas disponibles, négatifs ou ne permettent pas de tirer de conclusion4 sur un seul échantillon non approprié3.

Remarques

  1. Un cas peut être confirmé par un laboratoire par isolement du virus ou par détection de l'acide nucléique viral. La présence de l'acide nucléique viral peut être confirmée par 1) un résultat positif à la RT-PCR sur au moins deux cibles génomiques spécifiques, 2) une seule cible positive avec le séquençage d'une seconde cible ou 3) une seule cible positive avec un résultat positif dans un test rapide MERS-CoV Ag. Les études sérologiques ne sont pas très utiles, étant donné qu'un fort pourcentage des dromadaires soumis à ces tests possède des anticorps contre le MERS-CoV.
  2. Un lien épidémiologique direct avec un cas confirmé de MERS-CoV chez un camélidé peut signifier un séjour ou des déplacements en étroite proximité avec les dromadaires infectés au MERS-CoV ou partager le même environnement.
  3. Un échantillon inapproprié peut être un échantillon n’ayant pas été correctement manipulé, considéré de mauvaise qualité par le laboratoire chargé de faire les tests ou qui a été prélevé trop tardivement dans le cours de la maladie.
  4. Des tests non concluants peuvent signifier un test positif de dépistage sur une seule cible de rRT-PCR sans autre confirmation. Les animaux dont le test intitial n’est pas concluant devraient être soumis à d'autres prélèvements et tests afin de voir si l'animal peut être classé comme un cas confirmé de MERS-CoV. Au niveau d’un troupeau, avoir des PCR à une seule cible positives chez plus d'un animal pourrait constituer une confirmation. Il serait préférable qu'il y ait un contre-échantillon nasopharyngé. D'autres types d'échantillons cliniques devraient également être pris en compte pour effectuer un test moléculaire, si nécessaire, y compris des échantillons de sang/de sérum ainsi que de selles ou des écouvillons rectaux. Ceux-ci ont généralement des titres de virus moins élevés que les échantillons issus des voies respiratoires mais ils ont été utilisés pour confirmer des cas lorsque d'autres échantillons n'étaient pas appropriés ou impossibles à obtenir.

Haut