Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Normes  > Code aquatique

Code sanitaire pour les animaux aquatiques

 

Le Code sanitaire pour les animaux aquatiques (le Code aquatique) établit des normes visant à améliorer la santé des animaux aquatiques et le bien-être des poissons d’élevage dans le monde et à garantir la sécurité sanitaire des échanges internationaux d’animaux aquatiques (amphibiens, crustacés, mollusques et poissons) et de produits issus d’animaux aquatiques. Les mesures sanitaires qui en découlent doivent être appliquées par les autorités compétentes des pays importateurs et exportateurs dans l’exercice de leurs activités de détection précoce, de déclaration et de contrôle des agents pathogènes pour les animaux aquatiques et afin d'éviter leur dissémination à la faveur des échanges internationaux d'animaux aquatiques et de leurs produits, tout en évitant l'instauration d'entraves sanitaires au commerce non justifiées.

Les normes figurant dans le Code aquatique sont adoptées d’une manière formelle par l'Assemblée mondiale des Délégués de l'OIE, qui constitue l'organe suprême de l'organisation. La vingtième édition intègre les amendements adoptés lors de la quatre-vingt cinquième Session générale tenue en mai 2017.

 

Dans cette nouvelle édition a été introduite quantité d'information enrichie comme suit :

– plusieurs définitions figurant dans le glossaire ont fait l’objet d’une révision ;

– le chapitre 1.2. intitulé « Critères d'inclusion des maladies dans la liste de l'OIE » a été profondément remanié pour en aligner le texte sur celui du chapitre correspondant du Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE ;

– une nouvelle maladie, Batrachochytrium salamandrivorans, a été ajoutée au chapitre 1.3. intitulé « Maladies listées par l'OIE », et les noms de plusieurs maladies ont été modifiés ;

– des amendements mineurs ont été apportés au texte des chapitres 4.3., 4.4. et 5.1. intitulés respectivement « Désinfection des établissements d'aquaculture et de leur équipement », « Recommandations pour la désinfection de surface des oeufs de salmonidés » et « Obligations générales liées à la certification » ;

– un certain nombre d'amendements horizontaux ont été apportés au texte de tous les chapitres portant sur les maladies des crustacés pour en améliorer la lisibilité. En outre, la liste des espèces sensibles figurant à l'article X.X.2. des chapitres 9.2., 9.3., 9.4., 9.5., 9.6. et 9.8. a fait l'objet d'une révision et a été modifiée, le cas échéant, en tenant compte des critères d'inclusion dans la liste des espèces sensibles à une infection par un agent pathogène spécifique énoncés au chapitre 1.5. ;

– un nouveau chapitre sur la maladie de nécrose hépatopancréatique aigüe (chapitre 9.1.) a été ajouté ;

– l'article X.X.8. figurant dans tous les chapitres spécifiques aux maladies a été révisé pour décrire de manière plus précise les exigences en matière d'importation d'animaux aquatiques à des fins d'aquaculture à partir de pays, de zones ou de compartiments non déclarés indemnes de maladie X ;

– la mention de l’année où le texte a été adopté pour la première fois et de celle de sa dernière révision a été ajoutée à la fin de chaque chapitre ; à cet égard, l'OIE s'est efforcée de vérifier l'exactitude de l'information fournie en se basant sur les données historiques disponibles.

L'élaboration des présentes normes et des présentes recommandations est le fruit d'un travail continu entrepris par la Commission des normes sanitaires pour les animaux aquatiques (la Commission des animaux aquatiques). Cette Commission, qui se compose de six membres élus et d’un observateur, se réunit deux fois par an pour mettre en œuvre son programme de travail. La Commission des animaux aquatiques fait appel à la compétence scientifique d’experts de renom international pour préparer de nouveaux projets de texte destinés au Code aquatique ou bien procéder à la révision des textes existants en fonction des progrès enregistrés dans le domaine de la santé des animaux aquatiques. Elle sollicite systématiquement l'avis des Délégués nationaux de l'OIE en faisant circuler les projets de texte, nouveaux ou révisés, deux fois par an. La Commission des animaux aquatiques exerce ses activités en étroite collaboration avec d'autres Commissions spécialisées de l'OIE, à savoir la Commission des normes sanitaires de l'OIE pour les animaux terrestres, la Commission des normes biologiques et la Commission scientifique pour les maladies animales, afin de s'assurer que les recommandations contenues dans le Code aquatique sont basées sur les informations scientifiques les plus récentes.

L'Accord sur l'application des mesures sanitaires et phytosanitaires (l'Accord SPS) de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) reconnaît formellement la responsabilité de l'OIE pour élaborer des normes et des recommandations qui ont valeur de référence internationale en matière de santé animale et de zoonoses. Selon cet Accord, les Membres de l'OMC doivent aligner les exigences à l’importation qu’ils déterminent sur les recommandations figurant dans les normes pertinentes de l’OIE. Lorsqu'il n'existe pas de telles recommandations ou que le pays choisit un niveau de protection requérant la mise en place de mesures plus contraignantes que les normes de l'OIE, les dispositions doivent être fondées sur une analyse des risques à l'importation réalisée conformément au chapitre 2.1. Le Code aquatique fait donc partie intégrante du cadre juridique établi par les règles de l'OMC régissant le commerce international.

Le Code aquatique fait l'objet d'éditions annuelles, et est publié dans les trois langues officielles de l'OIE (anglais, espagnol et français).

Le Guide de l'utilisateur, qui suit la préface, a pour objet d'aider les Autorités compétentes et les autres parties intéressées à utiliser les dispositions du Code aquatique.

Dans les titres 1 à 7 du Code aquatique figurent des chapitres relatifs à la notification, aux maladies listées par l’OIE et à la surveillance des animaux aquatiques, à l’analyse des risques, à la qualité des Services chargés de la santé des animaux aquatiques, à la prévention et au contrôle des maladies, aux mesures applicables aux échanges commerciaux, aux procédures d’importation et d’exportation et aux modèles de certificat sanitaire, à l’utilisation des agents antimicrobiens chez les animaux aquatiques, et au bien-être des poissons d’élevage.

Dans les titres 8 à 11 du Code aquatique figurent des chapitres traitant spécifiquement de maladies ; ils couvrent les maladies affectant les animaux aquatiques qui sont listées par l’OIE. Les recommandations sont destinées à éviter l'introduction, dans le pays importateur, des agents pathogènes inclus dans la liste des maladies de l'OIE. Chaque chapitre traitant d'une maladie comporte une liste des espèces reconnues à l'heure actuelle sensibles. Les normes prennent en compte la nature des marchandises commercialisées, le statut sanitaire au regard des animaux aquatiques du pays, de la zone ou du compartiment d'exportation ainsi que les mesures de réduction des risques applicables à chaque marchandise.

Le texte complet du Code aquatique peut être consulté gratuitement sur le site Internet de l'OIE.

Des exemplaires sur support papier peuvent être commandés auprès de la boutique électronique de l’OIE.

 

Code aquatique 
20e édition, 2017
Format : 21 x 29,7 cm
ISBN : 978-92-95108-46-2

Prix : 45 euros
Réf. : F244

 

Contact : publications.dept@oie.int

Haut