Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Normes  > Commissions spécialisées et groupes de travail & ad hoc > Commission des animaux aquatiques et rapports

Animaux aquatiques

Santé des animaux aquatiques

Les Normes internationales de l’OIE : la clé de l’amélioration de la santé des animaux aquatiques et du bien-être des poissons d’élevage

Dans le Code sanitaire de l’OIE pour les animaux aquatiques (le Code aquatique) figurent, depuis 1995, des normes internationales destinées à prévenir, détecter et contrôler des maladies significatives touchant les animaux aquatiques et à garantir la sécurité sanitaire des échanges internationaux d’amphibiens, de crustacés, de poissons et de mollusques ainsi que de produits qui en sont issus.

En mai de chaque année, des chapitres, nouveaux ou révisés, sont adoptés par l’Assemblée mondiale des Délégués de l’OIE en vue d’être introduits dans le Code aquatique, qui est publié chaque année (accès à la version en ligne).

L'objectif du Manuel des tests de diagnostic pour les animaux aquatiques de l’OIE (le Manuel aquatique) est de proposer une approche uniforme pour poser le diagnostic des maladies listées dans le Code aquatique ainsi que de certaines autres maladies d’importance. Il décrit les méthodes de diagnostic pouvant être appliquées par les laboratoires de santé des animaux aquatiques répartis à travers le monde. Les chapitres y figurant sont révisés et mis à jour régulièrement au fur et à mesure de la diffusion d'informations nouvelles.

Il est envisagé de publier une nouvelle édition de cet ouvrage tous les quatre ans, mais tout chapitre actualisé ou nouveau qui est adopté par l’Assemblée mondiale est mis à disposition sur le site Web de l'OIE (accès à la version en ligne).

Le processus d’élaboration des normes internationales de l’OIE est adapté aux besoins, fondé sur la science et transparent. De nombreux acteurs, parmi lesquels des membres de l’OIE, des experts de renommée internationale et les Commissions spécialisées de l’Organisation, sont impliqués dans leur élaboration. Dans le cas des Normes internationales concernant les animaux aquatiques, leur préparation est supervisée par les travaux de la Commission des normes sanitaires de l’OIE pour les animaux aquatiques.

 

COMMENT LES NORMES INTERNATIONALES DE L’OIE SONT-ELLES ÉLABORÉES ?

Pour en savoir davantage sur leur élaboration et sur le rôle des différents acteurs engagés dans le processus normatif, cliquez sur la vidéo.

 

Une fenêtre ouverte sur la situation de la santé des animaux aquatiques

L’OIE offre également des informations sur la situation relative aux maladies des animaux aquatiques dans le monde, y compris des alertes sanitaires, au travers du Système mondial d’information sanitaire (OIE-WAHIS). Cette information est importante pour les Pays membres, car elle leur permet d’organiser la riposte dans les meilleurs délais afin de prévenir la diffusion de maladies transfrontalières et émergentes. Accès à la liste des maladies des animaux aquatiques à notifier à l’OIE.

Notifier l’information pour améliorer les échanges commerciaux
 

Sous l’effet de la croissance de la production aquacole et du développement du commerce mondial des animaux aquatiques et des produits qui en sont issus, le risque serait que des maladies se propagent dans de nouveaux secteurs géographiques et que de nouvelles maladies émergent. Cliquez sur l’infographie pour en savoir davantage sur l’importance de la notification des informations concernant la santé des animaux aquatiques au travers de la plateforme OIE-WAHIS et dans quelle mesure cette plateforme peut aider les pays à contrôler les maladies et à garantir la sécurité sanitaire des échanges internationaux.

 

Rapport annuel sur les animaux sauvages : un investissement mutuellement bénéfique !

 

Compte tenu du fait que les animaux vivent souvent dans des milieux ouverts, certaines maladies peuvent également avoir des répercussions significatives et négatives sur les populations sauvages ; par exemple, 96 % de la population de salamandres tachetées a été décimée aux Pays-Bas à la suite d’un foyer de B. salamandrivorans sévissant dans la population sauvage en 2010. Cette maladie peut avoir de lourdes conséquences au sein des populations sauvages (incluant celles en extinction) de nombreuses espèces d’amphibiens et constitue une sérieuse menace pour la biodiversité (pour en savoir davantage, se reporter à la fiche technique correspondante).

La surveillance des maladies de la faune sauvage est essentielle pour collecter des données sur les animaux sauvages et pour développer de meilleures ripostes face à ces menaces. Consulter les bénéfices du rapport annuel WAHIS-Wild concernant la faune sauvage dans l’infographie.

 

Renforcement des Services chargés de la santé des animaux aquatiques au travers du Processus PVS

Le Processus PVS de l’OIE est un processus continu visant à l’amélioration durable de la conformité des Services vétérinaires ou des Services chargés de la santé des animaux aquatiques d’un Pays membre aux Normes internationales de l’OIE correspondantes.

La première édition de l’Outil OIE pour l’évaluation des performances des Services vétérinaires et/ou des Services chargés de la santé des animaux aquatiques1 (Outil PVS : animaux aquatiques) a été publiée en 2013. Les missions d’évaluation PVS ont pour objet d’aider un pays à caractériser son niveau de performances, à identifier les carences et les points faibles de sa capacité à se conformer aux normes internationales de l’OIE, à concevoir une vision partagée avec les bénéficiaires (du secteur privé notamment), à définir les priorités et à conduire des initiatives stratégiques. Pour en savoir davantage sur l'Outil PVS de l'OIE applicable aux animaux aquatiques, cliquez ici.

Renforcement des capacités nationales

Chaque Pays membre de l’OIE est représenté par un Délégué national auprès de l’OIE. Les Délégués sont invités à désigner un Point focal national qui sera en charge des questions liées aux animaux aquatiques. Ce Point focal est chargé d’apporter son aide au Délégué en matière de participation au processus d’élaboration de normes de l’OIE et pour satisfaire aux obligations s’appliquant au pays en sa qualité de membre de l’OIE (par exemple, notification de maladies et mise en conformité avec les Normes internationales de l’OIE). L’OIE a mis en œuvre des programmes de formation pour appuyer le renforcement des capacités du Point focal national pour les animaux aquatiques. Pour en savoir davantage, cliquez sur les termes de référence du Point focal en charge des questions liées aux animaux aquatiques.

Appartenance à un réseau international d’experts en santé des animaux aquatiques

L’OIE fait appel à l’expertise scientifique mondiale de trente-trois Laboratoires de référence et de deux Centres collaborateurs implantés dans le monde entier pour leur expérience et leurs connaissances en santé des animaux aquatiques. Cliquez ici pour avoir un aperçu de leurs activités.


1 Dans certains pays, ce sont les Services vétérinaires qui constituent l’autorité compétente pour les Services sanitaires chargés des animaux aquatiques alors que dans d’autres, différentes instances gouvernementales assument cette responsabilité.

 

Haut