Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias

Collaboration internationale et intersectorielle

Limiter l’apparition de phénomènes d’antibiorésistance nécessite une approche mondiale harmonisée intersectorielle, permettant de coordonner les politiques sanitaires médicales, vétérinaires et environnementales. En effet, les hommes et les animaux partagent les mêmes bactéries puisque 60% des maladies infectieuses animales sont transmissibles à l’homme. C’est la base du concept « One health ».

Dans ce contexte, l’OIE collabore avec de nombreuses organisations internationales, - telles que l’OMS[1], la FAO[2], le Codex alimentarius, ou encore l’OMD[3] et plus récemment, Interpol, - qui sont des partenaires clés pour partager de l’information et formuler des recommandations, et éviter la circulation de produits frauduleux.

Alliance Tripartite FAO/OIE/OMS

Depuis 2010, l’Organisation s’est engagée, avec l’OMS et la FAO dans une Alliance Tripartite établissant les responsabilités respectives de ces trois organisations dans la lutte contre les maladies à fort impact sanitaire et économique, notamment les zoonoses. La lutte contre l’antibiorésistance est l’une de leurs trois priorités.

Les actions Tripartites consistent à coordonner les stratégies de lutte contre l’antibiorésistance à court, moyen et long terme, à l’échelle mondiale, et à soutenir leur mise en œuvre aux échelles nationales et régionales.

Elles se sont notamment fixées pour objectifs de :

  • s’assurer que les agents antimicrobiens conservent leur efficacité
  • promouvoir une utilisation prudente et responsable de ces agents
  • permettre à tous un accès à des médicaments de qualité.


Fiche FAO/OIE/OMS sur la lutte contre l’antibiorésistance

Plan d’action global contre l’antibiorésistance

L’OIE a récemment fortement participé à l’élaboration du plan d’action global de l’OMS sur l’antibiorésistance adopté en 2015 qui vise à assurer, de manière durable le traitement des maladies infectieuses avec des antimicrobiens efficaces et de qualité. Les 180 Pays membres de l’OIE ont apporté leur soutien à ce plan d’action au travers d’une Résolution adoptée à l’unanimité en mai 2015.

Dans le cadre des actions clés qu’il propose de mettre en œuvre dans les cinq à dix prochaines années, ce plan d’action global souligne l’importance des normes intergouvernementales de l’OIE et soutient la mise en place par notre Organisation d’une base de données mondiale sur l’utilisation des agents antimicrobiens chez les animaux.

 

 

 

 

Surveiller l’utilisation des agents antimicrobiens et les résistances bactériennes, chez les animaux

Aujourd’hui, dans de nombreux pays y compris développés, les agents antimicrobiens sont largement disponibles à tous, directement ou indirectement, sans guère de restriction. Sur 130 pays récemment évalués par l’OIE, plus de 110 ne disposent pas encore de législation pertinente relative aux conditions appropriées d’importation, de fabrication, de distribution et d’usage des produits vétérinaires, y compris les agents antimicrobiens. Ces produits circulent ainsi sans contrôle comme des marchandises ordinaires et sont souvent frelatés.

En outre, il n’existe pas à ce jour de système de surveillance harmonisé de l’utilisation et de la circulation des agents antimicrobiens chez les animaux dans le monde. Le recueil de telles informations permettra aux pays de mieux maîtriser la qualité et l’efficacité des produits qui sont utilisés. C’est dans ce contexte que l’OIE a été mandaté par ses Pays membres pour collecter ces informations manquantes et établir une base de données mondiale pour le suivi de l’utilisation des agents antimicrobiens chez les animaux. Associée, à terme, au système mondial d’information zoosanitaire, cette base de données facilitera l’analyse et le contrôle de l’origine des médicaments importés, en améliorant leur traçabilité par les Pays membres de l’OIE.

Lutter contre l’antibiorésistance, composante clé du programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale (GHSA : Global Health Security Agenda)

L’OIE participe, au titre de conseiller, au sein du comité de pilotage mondial du GHSA, lancé en 2014. Le programme GHSA est un effort commun des États-Unis d’Amérique et de plus de quarante autres nations ainsi que d’organisations internationales telles que l’OMS, l’OIE et la FAO. Intégrant la lutte contre l’antibiorésistance parmi ses objectifs prioritaires, ce programme vise à accélérer la progression vers un monde mieux protégé des menaces des maladies infectieuses et à promouvoir la sécurité sanitaire mondiale en tant que priorité internationale.


[1] Organisation mondiale de la santé

[2] Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture

[3] Organisation mondiale des Douanes

 

Haut