Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Communiqué de presse du 16 juillet 1996

Eradication de la fièvre aphteuse sur le continent américain

Une Conférence internationale sur les perspectives d’éradication de la fièvre aphteuse lors du prochain millénaire, et à ses répercussions sur la sécurité et le commerce des produits alimentaires, s’est tenue à Brasilia (Brésil), les 11 et 12 juillet 1996. Cette manifestation était organisée par l’Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé (OPS/OMS), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) (1) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). A côté des ministres de l’agriculture du continent (ou de leurs représentants), les producteurs du secteur privé et les délégués des institutions impliquées dans les programmes d’éradication de la fièvre aphteuse ont largement participé aux travaux.

La fièvre aphteuse a été éliminée du Sud du continent, de la partie centrale du Brésil et du nord-est de la Colombie, régions où se trouve plus de la moitié du cheptel bovin sud-américain, ce qui démontre l’intérêt du "Plan hémisphérique d’éradication de la fièvre aphteuse" (2) et des programmes sous-régionaux qui y sont rattachés. L’éradication de la fièvre aphteuse du continent américain d’ici à 2009 apparaît aujourd’hui comme un objectif réalisable.

La Conférence a débouché sur la formulation d’un certain nombre de recommandations :

  • Reconnaître l’impact négatif de la fièvre aphteuse sur la sécurité alimentaire, la santé publique, la durabilité du développement rural et le commerce international, et demander aux gouvernements des pays touchés d’appliquer le "Plan hémisphérique", avec l’aide des organisations internationales, afin d’accélérer l’éradication de la maladie sur le continent américain.
  • Améliorer les conditions de travail et la production des petits exploitants agricoles afin que ceux-ci contribuent davantage aux objectifs de la campagne.
  • Reconnaître l’importance des programmes d’éradication pour l’intégration régionale.
  • Demander aux pays de respecter les accords intervenus dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), notamment en utilisant le Code zoosanitaire international de l’OIE (3).
  • Confirmer l’engagement de la PANAFTOSA (4) dans la coordination de l’éradication de la fièvre aphteuse sur le continent, et dans la lutte contre les autres maladies importantes pour le secteur de l’élevage.
  • Demander à la FAO, à l’OIE et à l’OPS de soutenir l’éradication globale de la fièvre aphteuse et de prévenir la propagation des autres épizooties importantes sur le plan mondial.

(1) L’OIE, organisation mondiale de la santé animale, créé en 1924, a son siège à Paris. Il réunit 143 pays et a pour mission d’informer et de conseiller les services vétérinaires nationaux afin de protéger la santé publique et de contribuer à l’éradication des maladies animales les plus dangereuses.

(2) Une décision ministérielle a été adoptée au cours de la Ve Réunion interaméricaine sur la santé animale (RIMSA V), qui s’est tenue à Washington DC (Etats-Unis d’Amérique) en 1987, en vue de mettre en place un Plan d’éradication de la fièvre aphteuse sur le continent américain, et de demander à l’OPS de créer un Comité chargé de coordonner et de soutenir les objectifs du plan dans les délais prévus

(3) Le Code zoosanitaire international, adopté par le Comité international de l’OIE, définit les normes sanitaires recommandées pour le commerce international des animaux et des produits d’origine animale. L’Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires de l’Organisation mondiale du commerce préconise l’utilisation de ces normes.

(4) PANAFTOSA : Centre panaméricain pour la fièvre aphteuse (OPS). Laboratoire de référence régional de l’OIE pour la fièvre aphteuse sur le continent américain

Contact : Maria Zampaglione

Haut