Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Communiqué de presse du 11 septembre 1996

Vient de paraître

L’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) vient de publier
Santé animale mondiale en 1995 (1).

Cet ouvrage dresse un bilan exhaustif de l’évolution des épidémies animales ("épizooties") dans le monde au cours de l’année passée et intéresse au premier chef les responsables nationaux de la production et de la santé animales.

Parmi les informations présentées, quelques événements doivent être soulignés :

  • La réapparition de la fièvre aphteuse en Russie et en Thrace turque montre que l’Europe est toujours placée sous la menace de cette maladie. En Amérique du Sud, le programme de prophylaxie conduit contre cette maladie conjointement par les pays du "Mercosur" (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) continue à porter ses fruits.

  • La peste bovine a sévi parmi des populations de ruminants sauvages dans un parc national du Kenya. Cet événement pose à nouveau la question du rôle de la faune sauvage dans l’épidémiologie de la maladie.

  • La péripneumonie contagieuse bovine est désormais bien établie au Botswana et en Tanzanie ; elle constitue une menace pour les pays voisins et appelle des mesures d’urgence.

  • L’éradication de la peste porcine africaine a été menée à son terme en Espagne, de sorte que la Sardaigne reste le seul territoire européen où cette maladie subsiste encore.

  • Bien que l’incidence de la rage en Europe de l’Ouest ne cesse de régresser grâce à la vaccination par voie orale des renards, quelques poches de rage se maintiennent dans des zones à très forte densité de population vulpine.

  • L’isolement du virus de l’encéphalite japonaise dans un île septentrionale de l’Australie souligne, même si cet épisode est resté très limité, combien il importe de faire preuve de vigilance vis à vis des agents pathogènes considérés comme exotiques.

  • Le nombre de cas d’encéphalopathie spongiforme bovine ("maladie des vaches folles") s’est nettement réduit au Royaume-Uni.

  • Les déclarations d’urgence relatives aux maladies des poissons ont été en augmentation, reflétant les problèmes posès par l’intensification de la production et des échanges dans le domaine piscicole.

 

L’OIE, en collaboration avec la Food and Agriculture Organization (FAO) (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), continuera à oeuvrer pour le renforcement de la surveillance des maladies animales et à aider les Pays Membres à concevoir et réaliser des programmes de lutte concertés permettant une production de protéines animales qui permette de satisfaire leurs besoins.

(1) 21x29,7 cm, 713 pages, FRF 500 / US$ 97 (frais d’envoi inclus). Disponible à l’Organisation mondiale de la santé animale, 12 rue de Prony, 75017 Paris.

Contact : Maria Zampaglione

Haut