Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

21ème Conférence de la Commission régionale de l'OIE pour les Amériques

La Barbade, 29 novembre 2012 - De hauts responsables de tous les Pays membres de l'OIE du continent américain y compris des Caraïbes, ainsi que des représentants des Organisations nationales, régionales et mondiales se sont réunis à l’occasion de la 21ème Conférence de la Commission régionale de l’OIE pour les Amériques à la Barbade du 26 au 29 novembre 2012.

Engager les Services Vétérinaires dans la gestion des risques lors de catastrophes

Pendant la Conférence, le rôle et la préparation des Services Vétérinaires nationaux dans la gestion des catastrophes ont été discutés. Les participants ont souligné que les Autorités Vétérinaires devraient avoir un rôle de leadership plus affirmé à l’égard de la santé et du bien-être animal dans la gestion et la réduction des risques lors de catastrophes. Ils ont également mis en lumière les problèmes relatifs à l’alerte précoce et à la réaction rapide face aux risques biologiques lors de ces évènements et à la mise en oeuvre de stratégies efficaces dans ce domaine.

« Renforcer l’engagement des Services Vétérinaires dans la gestion des risques lors de catastrophes est crucial compte tenu des risques encourus par les animaux et des menaces d’apparition de maladies contagieuses lors d’évènements climatiques exceptionnels ou de désastres ayant d’autres origines. Les composantes des secteurs public et privé des Services Vétérinaires doivent être capables de répondre à n’importe quel danger où qu’il advienne, » a déclaré le Directeur général de l’OIE, le Dr Bernard Vallat.

L’OIE a été sollicité pour conduire de nouvelles initiatives telles que l’organisation de conférences régionales et de séminaires, et la production de publications spécialisées afin d’aider ses Pays Membres à construire l’expertise technique de leurs Services Vétérinaires dans le domaine de la réduction et de la gestion du risque lors de catastrophes.

« Adopter une approche intersectorielle et inter-régionale aidera également les pays à accomplir de réels progrès dans la réduction de l’impact des risques quels qu’ils soient lors de catastrophes. » a-t-il ajouté.

Renforcer les réseaux régionaux de santé animale

La Conférence a également évoqué les défis associés à la mise en place de réseaux régionaux de santé animale, notamment les notions de rentabilité et de pérennité. Le Réseau caribéen de santé animale (CaribVET), dont le fonctionnement est prometteur, a servi d’exemple pour mettre en relief les différents facteurs cités ci-après permettant de dépasser ces défis :

  • Donner un cadre légal au Réseau (définition d’une Charte),
  • Conclure des accords de coopération avec des organisations internationales,
  • Encourager les synergies avec les projets en matière de santé animale dans la région,
  • Promouvoir la collaboration entre la recherche, la surveillance et le renforcement des capacités.


Les participants se sont accordés sur le fait que les réseaux régionaux de santé animale jouent un rôle important dans le renforcement des systèmes de surveillance nationaux et internationaux, en particulier dans les pays et régions en développement. Ayant vocation à harmoniser les activités de surveillance et de contrôle des maladies animales dans une région, ils devraient être établis selon une vision de long terme.

Dans le but de mieux combattre les maladies animales, notamment les maladies transfrontalières, de tels réseaux ont été créés dans plusieurs autres régions du monde.

Les participants ont également adopté des recommandations relatives aux risques lors de catastrophes et aux réseaux de santé animale qui seront soumises pour adoption finale à la prochaine Session Générale de l’OIE en mai 2013.

Un consensus a été trouvé sur le constat que l’enseignement vétérinaire de qualité ainsi que l’efficacité des Organismes statutaires vétérinaires sont des pierres angulaires de la bonne gouvernance des composantes publiques et privées des Services Vétérinaires. La nécessité d’établir des exigences de base en matière d’enseignement vétérinaire dans tous les Pays Membres de l’OIE a également été soulignée. L’OIE est en train de développer des recommandations sur un modèle de base de curriculum vétérinaire pertinent pour tous les Pays Membres. Ce modèle sera soumis à l’Assemblée mondiale des Délégués.

Les participants ont salué l’organisation de la 3ème Conférence mondiale sur l’enseignement vétérinaire et les Ordres vétérinaires qui aura lieu en décembre 2013 au Brésil avec le soutien de ce pays.

La Conférence a été aimablement accueillie par le gouvernement de la Barbade. Elle a aussi bénéficié du soutien du Siège de l'OIE et de la Représentation régionale de l'OIE pour les Amériques. La Conférence a été présidée par le Dr. Mark Trotman, Directeur des Services Vétérinaires de la Barbade.

Haut