Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

22ème Conference de la Commission Régionale de L'OIE pour l'Europe

Lyon (France), 25 - 29 septembre 2006

Le gouvernement de la République française a bien voulu accueillir la 22ème Conférence de la Commission régionale pour l'Europe de l'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) qui a eu lieu à Lyon (France) du 25 au 29 septembre 2006.

La Conférence était présidée par la Docteure Monique Eloit, Déléguée de la France auprès de l'OIE, et le Docteur Nikola Belev, Président de la Commission régionale de l' OIE pour l'Europe et Représentant régional de l' OIE pour l'Europe de l'Est. M onsieur Jean-Marc Bournigal, représentant du Ministre français de l' Agriculture, le Docteur Barry O ' Neil, Président du Comité international de l' OIE, le Docteur Bernard Vallat, Directeur général de l' OIE, les Délégués de Pays Membres de l' OIE, des représentants d'organisations internationales et régionales et des observateurs ont participé à la Conférence.

La Conférence s'est tenue à Lyon, où a été fondée la première école vétérinaire du monde et où est situé le Centre collaborateur de l'OIE pour la formation des vétérinaires officiels (ENSV).

Dans son discours, Monsieur Jean-Marc Bournigal, Directeur général de l'alimentation, France, représentant le Ministre français de l'Agriculture, a félicité l'OIE pour son rôle dans la lutte internationale contre les maladies animales et les zoonoses. Il a précisé qu'en dépit de la diversité du climat et des systèmes d'élevage en Europe, les risques à l'échelle mondiale de propagation des maladies restent les mêmes. Il a ajouté que « les pays européens auraient tort de continuer de penser qu'ils resteront historiquement indemnes de certaines maladies ».

Deux thèmes techniques ont été présentés au cours de la Conférence:

  • la contrebande d'animaux et de produits d'origine animale ;
  •  le rôle des vétérinaires et des éleveurs dans la détection précoce des maladies animales et la réaction rapide à celles-ci.

Ces deux thèmes sont particulièrement importants compte tenu de la place dominante qu'occupent actuellement sur la scène internationale l'apparition de l'influenza aviaire dans le monde et d'autres maladies animales émergentes et ré-émergentes telles que la fièvre catarrhale du mouton en Europe.

Les participants ont rappelé le rôle joué par le commerce légal et illégal des volailles et des produits avicoles destinés à la consommation humaine dans la propagation du virus de type H5N1 et ont souligné la nécessité que les pays renforcent leurs Services vétérinaires ainsi que les contrôles vétérinaires aux frontières. Des recommandations ont été adoptées pendant la conférence, l'une d'entre elles traitant spécifiquement de la contrebande d'animaux et de produits d'origine animale. Le rôle joué par l'OIE au niveau mondial dans la lutte contre l'influenza aviaire a été pleinement reconnu, notamment sa capacité à élargir le cadre vétérinaire spécifique pour englober des questions de santé publique et d'autres aspects sociaux et environnementaux.

Les foyers récents de fièvre catarrhale du mouton aux Pays-Bas, en Belgique, en France et en Allemagne - latitudes les plus septentrionales où la maladie ait jamais été diagnostiquée - ont de nouveau mis l'accent sur l' importance que revêt l'existence de systèmes de surveillance nationaux efficaces pour pouvoir détecter précocément la survenue d'un événement pathologique inattendu et y répondre rapidement .

Rappelant les répercussions potentielles graves des maladies émergentes et ré-émergentes sur la santé publique et l'économie agricole rurale et nationale, le Docteur Vallat a déclaré que: « Les Services vétérinaires sont désormais reconnus comme un bien public international. Ils constituent la première ligne de défense contre les maladies animales, y compris celles transmissibles à l'homme. Le renforcement des Services vétérinaires en utilisant l'outil PVS (Performances, Vision, Stratégie) doit par conséquent être considéré comme une priorité en matière d'investissements publiques partout dans le monde.»

La Commission régionale de l'OIE a exprimé ses remerciements et sa gratitude pour le soutien apporté par l'OIE aux Pays Membres de la Région et s'est déclarée très favorable aux actions entreprises par l'OIE en faveur de la lutte contre les maladies animales et les zoonoses partout dans le monde et dans la région.

Toutes les recommandations adoptées par la conférence seront présentées pour discussion et adoption lors de la prochaine assemblée générale de l' OIE en mai 2007.

Haut