Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

2e Conférence de l'OIE sur l'antibiorésistance : renforcement du dialogue entre médecins et vétérinaires

Deux-cent soixante dix personnes représentant 41 pays, des instances internationales telles que la FAO et l'OMS, des organisations de médecins, de vétérinaires, de l'industrie pharmaceutique et de consommateurs ont participé à la Deuxième Conférence internationale de l'OIE sur l'antibiorésistance qui s'est tenue du 2 au 4 octobre 2001 au siège de l'OIE à Paris.

La conférence avait pour objectif de faire le bilan des progrès réalisés dans la compréhension des mécanismes de développement de la résistance aux antibiotiques depuis la conférence précédente tenue en 1999 et de discuter des actions entreprises pour combattre le développement des bactéries antibiorésistantes. Les lignes directrices établies par un groupe d'experts de l'OIE sur la surveillance de la consommation d'antibiotiques, l'analyse des risques, les programmes de surveillance de la résistance, la standardisation des méthodes de laboratoire et l'usage prudent des antibiotiques ont été présentées à cette occasion.

S'il a été rappelé que les problèmes de santé publique associés aux bactéries résistantes résultaient pour l'essentiel de l'utilisation des antibiotiques en médecine humaine, les transferts de résistance entre les animaux et les humains font qu'il est du devoir des divers professionnels concernés d'améliorer l'utilisation responsable des antibiotiques en élevage. Le dialogue entre médecins et vétérinaires doit être renforcé, à l'instar de ce qui s'est fait au cours de cette conférence, qui a encouragé la coordination des actions entreprises dans les domaines humain et vétérinaire.

Il a été reconnu nécessaire de conduire une appréciation des risques avant toute prise de décision administrative ou réglementaire pour lutter contre la résistance microbienne. Il est maintenant nécessaire d'appliquer l'outil méthodologique élaboré à ce sujet par l'OIE à de nombreux cas précis pour l'améliorer encore. Instance scientifique reconnue dans le cadre de l'accord SPS de l'OMC, l'OIE se devait naturellement de poursuivre l'élaboration d'une méthodologie qui sera précieuse pour éviter ou régler d'éventuels litiges relatifs au commerce international des denrées alimentaires d'origine animale. L'analyse de risques donne tout son sens aux programmes de surveillance des bactéries résistantes et des quantités d'antibiotiques utilisés en élevage.

Il convient d'encourager tous les pays à mettre en ouvre des programmes de surveillance des bactéries résistantes. Pour pouvoir comparer et agréger les résultats obtenus, il est apparu nécessaire de renforcer l'harmonisation de ces plans de surveillance et des méthodes de laboratoire quantitatives standardisées utilisées pour mesurer la sensibilité des bactéries antibiorésistantes.

La mise en ouvre rapide de l'usage prudent et responsable des médicaments vétérinaires a fait l'objet d'un consensus. Devant l'importance du travail à accomplir, il a été recommandé que les organisations internationales et les bailleurs de fonds pour le développement unissent leurs efforts pour aider les pays en voie de développement à remplir les conditions nécessaires à la mise en ouvre d'un tel usage responsable, à savoir la mise en place d'un système d'enregistrement des médicaments vétérinaires, du contrôle des importations et de la qualité des médicaments vétérinaires, d'une distribution et d'une administration des médicaments vétérinaires placées sous la responsabilité de professionnels ayant reçu une formation adaptée.

Contact presse :

Maria Zampaglione
OIE
m.zampaglione@oie.int
tél. : 33 (0)1 44 15 18 88

Claire Gaudout
AFSSA-ANMV
c.gaudout@anmv.afssa.fr
tél. : 33 (0)2 99 94 78 51

Haut