Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

6e Conférence de la Commission régionale de l'Office International des Épizooties pour le Moyen-Orient

Réunion des responsables de la santé animale du Moyen-Orient

La 6e Conférence de la Commission régionale de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) pour le Moyen-Orient s’est tenue à Jounieh (Liban), du 24 au 27 septembre 2001.

Cette Conférence, à laquelle tous les directeurs des Services vétérinaires de la région avaient été conviés, a permis de dresser un bilan global de la situation zoosanitaire. Les discussions ont également porté sur les thèmes suivants : problèmes liés à la restructuration des Services vétérinaires, répercussions des maladies animales transmises par les tiques sur la santé publique et animale au Moyen-Orient, utilisation de la langue arabe dans les activités de l’OIE et création d’un Comité vétérinaire d’urgence pour la région du Moyen-Orient.

  • Les participants ont recensé les principales maladies qui touchent les animaux dans la région depuis le début de 2001 et font obstacle au commerce international au Moyen-Orient. La liste de ces maladies est accessible sur le site Web de l’OIE
  • Les deux thèmes techniques abordés concernaient les points suivants :
  • Restructuration des Services vétérinaires par la consolidation de la pratique vétérinaire privée et l’introduction de nouvelles approches d’intégration des groupes cibles au Moyen-Orient. Dans la plupart des pays du monde, l’administration vétérinaire publique est l’organisme central chargé de toutes les activités concernant les soins de santé animale et la lutte contre les maladies. La tendance générale va cependant dans le sens d’une réduction du rôle de l’État en tant que prestataire de services direct, d’où la forte demande des groupements d’éleveurs en faveur de nouveaux modèles de prestation de services. Avant toute procédure de restructuration, il apparaît cependant utile que l’administration vétérinaire publique prenne certaines mesures telles que le renforcement du rôle des agents zoosanitaires communautaires dans la prestation des services vétérinaires, notamment dans les zones éloignées où les services classiques font défaut. Les participants se sont ainsi accordés sur la nécessité de restructurer, réorienter et modifier leur politique afin d’intégrer l’action des services vétérinaires privés aux côtés de l’administration vétérinaire officielle, notamment en matière de surveillance des maladies. Ils ont également reconnu l’intérêt de recourir à des agents zoosanitaires communautaires pour renforcer les services vétérinaires.
  • Importance pour la santé publique et animale de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et des autres maladies animales transmises par les tiques au Moyen-Orient. La fièvre hémorragique de Crimée-Congo est une maladie qui touche un grand nombre d’espèces animales ainsi que l’homme, et la distribution géographique du virus pathogène est étendue, de même que celle des tiques qui en sont les vecteurs. Les maladies transmises par les tiques sont endémiques dans de nombreux pays, non seulement au Moyen-Orient mais dans le monde entier. Elles sont devenues de plus en plus importantes pour la santé publique et animale au cours de ces dernières années, avec des effets indésirables sur la production animale et le commerce des animaux et des produits d’origine animale. Les participants ont par conséquent recommandé de créer un réseau régional de surveillance des maladies transmises par les tiques et d’encourager la coopération régionale en matière de recherche sur ces maladies
  • La Conférence soutient l’utilisation de la langue arabe dans les activités de l’OIE en demandant aux Pays Membres concernés de verser chaque année des fonds sur un compte spécial ouvert à cet effet par le Bureau central de l’OIE.
  • La Conférence a confirmé la création et les règles de fonctionnement d’un Comité vétérinaire régional qui, en cas d’urgence liée à l’apparition d’une maladie animale grave dans la région, serait chargé de proposer aux gouvernements des pays concernés les mesures nécessaires pour combattre la maladie.
  • Une Représentation régionale de l’OIE pour le Moyen-Orient a été établie à Beyrouth (Liban) à la fin de 1999, ce qui facilitera considérablement l’application des recommandations de la Conférence de Beyrouth. Les activités de cette Représentation sont coordonnées par le Docteur Ghazi Yehia et programmées en liaison étroite avec la Commission régionale de l’OIE pour le Moyen-Orient, présidée par le Docteur S. Sultan Al-Khalaf (Koweit).

Haut