Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

73e Session générale annuelle du Comité international de l'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) 22 - 27 mai 2005

La 73e Session générale annuelle du Comité international de l'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE), s'est tenue à Paris du 22 au 27 mai 2005.
La Session Générale réunit notamment les représentants nommés par les Gouvernements des 167 Pays Membres de l'OIE.

Environ 700 participants représentant les Pays Membres, les organisations intergouvernementales (telles que FAO, OMS, Banque Mondiale, OMC etc.) ainsi que de nombreux autres organismes internationaux non gouvernementaux ont assisté à cet événement. Aux côtés du Président et du Directeur Général, ont honoré la Session de leur présence, des autorités politiques de haut niveau et de nombreux Ministres de l'Agriculture des Pays Membres de l'OIE.

Les travaux de la Session ont porté principalement sur les points suivants :

L'élection du Directeur général :

le Dr Bernard Vallat a été réélu Directeur général de l'OIE par les Pays Membres. Un nouveau mandat de cinq ans lui a été confié;

Dans le cadre de ses travaux d'ordre normatif, le Comité a adopté ou mis à jour de nombreuses normes internationales destinées à mieux garantir la sécurité sanitaire du commerce mondial des animaux terrestres et aquatiques et de leurs produits;

Des normes sur le bien-être des animaux ont été adoptées (en ce qui concerne, par exemple, l'abattage pour la consommation humaine, le transport par voie terrestre et par voie maritime ainsi que la dépopulation des élevages à des fins prophylactiques). Pour la première fois, une organisation disposant d'un mandat mondial, fournit à la communauté internationale des normes en matière de bien-être animal;

Une attention particulière a été consacrée à la mise à jour du chapitre sur l'ESB dans le Code Sanitaire pour les Animaux Terrestres. Des connaissances scientifiques nouvelles y ont été intégrées, conduisant à une nouvelle classification des catégories de statut des Pays Membres en matière d'ESB. D'autres changements ont été apportés à la liste des différents produits d'origine animale ne présentant pas de risques pour les consommateurs;

En outre, un nouveau chapitre sur l'Influenza Aviaire du Code Sanitaire pour les Animaux Terrestres a été adopté, dans le but d'améliorer la transparence et les mesures de contrôle de la maladie et mieux protéger la santé publique et les pays importateurs de volailles et de leur produits dérivés, tout en veillant à supprimer les barrières sanitaires injustifiées au commerce mondial;

La situation zoosanitaire mondiale a fait l'objet d'un examen approfondi;;

Le IVe Plan Stratégique de l'OIE (période 2005-2010) a été adopté. Il reprend pour les consolider trois priorités du IIIe Plan Stratégique

  • - La transparence de la situation zoosanitaire mondiale
  • - L'élaboration permanente de normes sanitaires
  • - La prévention, le contrôle et l'éradication des maladies animales et des zoonoses dans le monde

Il ajoute ensuite deux nouveaux éléments prioritaires :

  • - Le développement de l'influence de l'OIE dans le domaine de la conception et l'application des politiques en matière de santé animale, de la recherche vétérinaire et de gouvernance sanitaire ;
  • - Le renforcement des capacités, notamment des services vétérinaires des pays en développement pour qu'ils participent mieux à la lutte mondiale contre les maladies;

Deux thèmes techniques ont été débattus pendant la Session, du fait de leur intérêt majeur pour la communauté internationale, et ont fait l'objet de Résolutions votées par le Comité international:

  • - Applications du génie génétique aux animaux d'élevage et aux produits issus des biotechnologies
  • - Mise en oeuvre des normes de l'OIE dans le cadre de l'Accord Sanitaire et Phytosanitaire (SPS)

Le haut niveau scientifique des intervenants et la qualité des débats qui ont suivi l'exposé de chaque thème technique ont permis de faire progresser des concepts primordiaux pour un meilleur contrôle mondial des maladies animales et des zoonoses.

Haut