Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Grippe humaine A/H1N1 au Mexique et aux USA: déclaration de l’OIE

Paris, 27 avril 2009 - Un virus circulant au Mexique et aux Etats Unis d’Amérique et qui entraîne une transmission d’homme à homme semble causer parfois des affections sévères chez certaines personnes infectées par ce virus. Il n’y a pas de preuve que ce virus se transmette par voie alimentaire.

Il ne s’agit pas d’un virus de la grippe humaine classique, dit de la grippe saisonnière et qui est à l’origine de millions d’infections chez l’homme chaque année. Dans sa composition génétique, ce virus comporte des caractéristiques issues du porc, des oiseaux et de l’humain.

Aucune information concernant la maladie de la grippe chez l’animal au Mexique et aux Etats-Unis d’Amérique ne peut pour le moment justifier un lien entre les cas humains et des cas éventuels chez les animaux, y compris les porcs. A ce jour, le virus n’a pas été isolé chez les animaux. Il n’est donc pas approprié d’appeler cette maladie « grippe porcine ». Dans le passé, l’appellation de plusieurs épidémies de grippe humaine d’origine animale s’est faite en se référant à un nom géographique, par exemple « grippe espagnole » ou « grippe asiatique »; il serait donc logique d’appeler cette maladie « grippe de l’Amérique du Nord ».

Il est urgent de lancer des recherches scientifiques afin d’évaluer la susceptibilité des animaux face à ce virus et, si nécessaire, de mettre en œuvre des mesures de biosécurité y compris la vaccination potentielle des animaux susceptibles. Au cas où ce virus serait responsable de la maladie chez les animaux, sa circulation pourrait empirer la situation pour la santé publique tant au niveau régional que mondial.

A ce jour, seules des informations concernant la circulation de ce virus chez les porcs dans des zones de pays ayant signalé des cas humains justifieraient des mesures commerciales sur l’importation des porcs en provenance de ces pays. L’OIE continuera sa fonction d’alerte et publiera toute information pertinente en temps réel, en collaboration avec ses Membres, ses Laboratoires de Référence et ses Centres Collaborateurs.

L’OIE et la FAO soulignent l’importance du réseau de laboratoires OFFLU qui se charge de la surveillance de l’évolution des virus de la grippe chez les animaux. Il est important de renforcer ce réseau dont les membres sont appelés à mettre immédiatement dans le domaine public toute séquence génétique de virus de la grippe en leur possession.

Cet événement sanitaire lié à la grippe démontre l’importance de maintenir dans tous les pays des services vétérinaires capables de réaliser la détection précoce de pathogènes émergents ayant un impact potentiel sur la santé publique. Cette capacité est étroitement liée avec la bonne gouvernance des services vétérinaires et leur conformité aux normes internationales de qualité de l’OIE.

Haut