Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Problèmes de bien-être animal au cours d’un transport maritime : prise de position de l’OIE

Paris, le 3 avril 2012 – Des organisations non gouvernementales engagées dans la promotion du bien-être animal comme la Société mondiale de protection des animaux (WSPA) et l'Association mondiale de protection des animaux de ferme (CIWF) ont fait part à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) des graves inquiétudes suscitées par un transport maritime d’animaux d’élevage acheminés du Brésil vers l’Egypte, au début du mois de mars, sur le navire Gracia del Mar.

Des avaries mécaniques subies par le navire ont entraîné des étouffements et des mortalités parmi les bovins transportés. Les problèmes de bien-être animal ont été exacerbés lorsque le pays importateur a rejeté le chargement et refusé au Gracia del Mar l’autorisation d’accoster et de décharger les animaux transportés.

« Le bien-être animal doit être très sérieusement pris en compte dans l’éventualité d’un refus d’importation », a rappelé le Directeur général de l’OIE, le Docteur Bernard Vallat, à propos de cet événement.  

L’OIE demande à tous ses Pays Membres de respecter les normes internationales du Code sanitaire de l’OIE pour les animaux terrestres concernant le transport des animaux d’élevage, notamment le chapitre 7.2  sur le transport maritime.

Des normes spécifiques ont déjà été adoptées par les 178 Pays Membres de l’OIE il y a plusieurs années concernant les obligations des autorités compétentes de tous les pays importateurs. Ces normes prévoient qu’en cas de refus d’importation, des installations d’isolement adaptées doivent être mises à disposition par le pays importateur pour permettre le déchargement et la mise en sécurité des animaux, sans créer de risque pour la santé des populations animales du pays importateur.

L’OIE demande instamment à ses Membres de respecter leurs engagements et de prendre des mesures pour éviter ce type de situation, en soulignant l’importance d’une bonne coordination entre le pays exportateur et le pays importateur, conformément aux normes de l’OIE. L’Organisation demande également à ses Membres de  prévoir des plans d’urgence adaptés à de telles situations.

Lors de la 80e Session générale annuelle de l’Assemblée mondiale des Délégués de l’OIE, qui se tiendra prochainement (20-25 mai 2012), le Directeur général rappellera à tous les Pays Membres les normes adoptées par l’OIE et les mesures qui peuvent être prises pour prévenir ce type de regrettable situation.

Haut