Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Fièvre charbonneuse en Guinée-Bissau : l'OIE répond à la demande de coopération

Le gouvernement de la Guinée Bissau a déclaré un foyer de fièvre charbonneuse chez l'homme dans la région de l'Oio, affectant plus de 80 personnes, dont 13 hospitalisations et 4 décès. L'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont été informées de la situation le 3 mai 2005.

La fièvre charbonneuse est une zoonose qui touche principalement les animaux. La maladie peut se transmettre à l'homme par la manipulation de produits d'animaux infectés ou bien par la consommation de la viande provenant de ces animaux.

L'économie de la région de l'Oio dépend, en grande partie, de l'élevage pratiqué par des petits exploitants. Sans un contrôle rapide de la maladie, l'impact de l'épidémie de fièvre charbonneuse pourrait s'avérer désastreux tant pour la population humaine que pour les animaux sensibles à la maladie.

Les Autorités de la Guinée-Bissau ont fait appel à la communauté internationale pour les aider à contrôler efficacement la situation.

L'OIE a maintenu un contact permanent avec l'Organisation Mnodiale de la Santé (OMS), l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et les autorités vétérinaires de la Guinée-Bissau afin de mieux évaluer la situation et entreprendre les actions appropriées.

En réponse immédiate à cette situation d'urgence, l'OIE a alloué une aide à partir de son fonds d'urgence, afin de permettre aux autorités vétérinaires de lancer un programme de vaccination animale complète dans la région touchée, qui compte plus de 50.000 bovins.

La fièvre charbonneuse étant une zoonose, l'OIE, la FAO et l'OMS s'engagent, en utilisant chacun ses compétences respectives, à fournir aux autorités de la Guinée-Bissau ll'assistance la plus appropriée pour la gestion et le contrôle de cette crise.

Le Centre pour le Contrôle des Maladies (CDC) à Atlanta, Etats-Unis d'Amérique ainsi que nombreuses organisations non gouvernementales (NGO) ont également proposé leur aide.

Haut