Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Influenza aviaire en Asie: l'amélioration de la santé animale doit être mieux prise en compte

Les conclusions scientifiques émises par la mission d'experts internationaux qui s'est récemment rendue au Vietnam sur invitation du Ministère de la Santé de ce pays, ont montré qu'il n'existe, fort heureusement, toujours pas de preuve d'un changement important du virus de l'Influenza aviaire, et que le virus ne s'est pas non plus largement propagé chez les humains, comme cela avait été évoqué précédemment. Néanmoins, le virus continue de circuler dans la région chez les oiseaux.

L'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) réaffirme sa position permanente à propos de l'importance d'éliminer le virus à sa source animale, tout en soulignant le caractère prioritaire que revêt la prise en compte des problèmes de santé animale dans la prévention et la gestion de la crise.

L'OIE insiste à nouveau que des efforts et des ressources accrues soient engagés pour contenir le virus chez les animaux dans les zones rurales. Une petite partie des ressources légitimement affectées par les pays pour la prévention de la pandémie humaine (par exemple pour le stockage d'antiviraux et de vaccins) serait suffisante pour financer des actions durables et concrètes au niveau local pour éliminer le virus chez l'animal. Ceci pourrait inclure le soutien à des stratégies de compensation des pertes subies par les éleveurs. Des programmes de formation sanitaire destinés aux éleveurs sur l'aviculture ainsi que sur la commercialisation sans risques des animaux dans les marchés devraient également être pris en compte.

Les Services Vétérinaires nationaux doivent aussi être parfaitement organisés et disposer des infrastructures et ressources publiques appropriées pour la détection et la réponse précoces aux foyers de maladies animales, ainsi que pour mettre en œuvre et surveiller de manière appropriée la vaccination des oiseaux lorsqu'elle est pratiquée.

La " Consultation FAO/OIE/OMS sur l'influenza aviaire et la santé publique : mesures pour les risques liés à la production, la mise sur le marché et la cohabitation avec les animaux vivants en Asie " a commencé aujourd'hui ses travaux qui se dérouleront pendant deux jours.

En intervenant sur l'importance de cette consultation, le Directeur général de l'OIE, le Dr. Bernard Vallat, a indiqué que le virus n'a pas encore développé une transmission efficace de homme à homme et qu'il est donc encore temps pour agir et concentrer les efforts pour réduire les risques que le virus acquiert les caractéristiques lui permettant de déclencher une pandémie humaine. " L'OIE appelle encore une fois la communauté internationale à aider les pays d'Asie qui ne disposent pas encore des ressources nécessaires à faire face à cette situation ", a-t-il rajouté.

Haut