Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

La Conférence ministérielle internationale sur l’influenza aviaire renforce l’approche de l’OIE Charm el-Cheikh, 25-26 octobre 2008

Paris, 3 novembre 2008 - L'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) apprécie les conclusions et les perspectives adoptées lors de la Conférence ministérielle internationale sur l’influenza aviaire et la pandémie de grippe (Charm el-Cheikh, Égypte; 25 et 26 octobre 2008), et considère qu'elles corroborent l'opinion partagée par les organisations-sœurs comme l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l’UNICEF et la Banque mondiale.

La délégation de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) à cette Conférence était conduite par son directeur général, le Dr Bernard Vallat. Il a annoncé au cours de son discours inaugural :

« â€¦ Tout programme d'éradication mondiale définitive du H5N1 chez les volailles doit être accompagné de mesures d'incitation visant à améliorer la production des volailles et le contrôle des autres maladies aviaires au niveau des élevages de basse-cour et ce programme doit être soutenu par la communauté internationale, en s'attachant aux derniers pays présentant encore une situation endémique ».

Il a également évoqué le risque d'infections croisées, au cours desquelles des hommes infectés pourraient réintroduire la souche endémique chez les animaux, comme un des aspects essentiels de la préparation globale contre la pandémie chez l'homme. Ces infections croisées pourraient compliquer l'éradication de la maladie à la fois chez l'homme et chez l'animal, et justifient l’accroissement de la coopération entre les services vétérinaires et médicaux.

En outre, le Dr Vallat a insisté sur l’efficacité de la surveillance permanente de la situation dans les secteurs animal et humain grâce aux efforts déployés maintenant par les Pays membres dans le domaine de la surveillance et de la détection précoce des maladies.

Il a été convenu qu'une meilleure compréhension des causes de l'émergence et de la transmission des maladies infectieuses était nécessaire dans le cadre des principes du concept « Un monde, Une seule santé » (One World, One Health, OWOH), qui ont été développés conjointement par les quatre agences spécialisées : la FAO, l’OIE, l'OMS, l’UNICEF — ainsi que par la Banque mondiale et le Coordonnateur du système des Nations Unies pour la grippe (UNSIC) — en réponse à la recommandation émise lors de la Conférence internationale de New Delhi sur la grippe aviaire hautement pathogène H5N1 (décembre 2007).

Le Dr Vallat a souligné la nécessité de moderniser les programmes de formation initiale et continue à la fois chez les vétérinaires et chez les médecins dans le domaine des zoonoses. Il a annoncé l'organisation par l’OIE à Paris, France, en octobre 2009, d'une conférence globale sur la formation vétérinaire.

La mise en fonctionnement parallèle des mécanismes d’information existants adoptés par les Pays Membres sera nécessaire : à savoir le Règlement sanitaire international de l'Organisation mondiale de la santé du côté médical, le système de notification WAHIS de l’OIE pour les maladies animales, ainsi que le GLEWS qui est la plate-forme commune d'information sur les maladies de l'OMS, de l’OIE et de la FAO.

La Conférence a permis notamment de mettre en place les méthodes et les moyens les plus efficaces possibles pour le contrôle de la maladie chez l'animal à travers le monde, et pour la prévention de la menace pandémique globale représentée par l’influenza aviaire H5N1.

Haut