Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Influenza aviaire (mise à jour)

L'influenza aviaire, également appelée grippe aviaire, est une maladie virale hautement contagieuse qui affecte les poulets, les dindons, les canards et d'autres oiseaux.

L'OIE suit avec vigilance l'évolution des foyers d'influenza aviaire dans diverses régions du monde, notamment aux Pays-Bas, en Belgique et tout récemment en Allemagne, ainsi que la circulation du virus chez les autres espèces animales notamment chez les porcs. La collaboration efficace et transparente entre les Services vétérinaires des Pays Membres de l'OIE concernés et le réseau mondial des Laboratoires de référence de l'OIE assure une mise à jour appropriée des informations scientifiques relatives à la maladie.

En ce qui concerne la possibilité d'une transmission du virus à l'homme, l'OIE a été informé d'un décès humain associé à une infection par la souche H7N7 détectée aux Pays-Bas, ainsi que de plusieurs cas de conjonctivite mineure parmi les personnes en contact direct avec les volailles. Les dernières informations communiquées à l'OIE par les autorités néerlandaises, indiquent que le virus n'aurait pas fait l'objet de modification génétique. Il n'existe, par ailleurs, à l'heure actuelle aucune preuve scientifique tangible pour étayer l'existence d'un risque pour les consommateurs de viande de poulet lié aux souches virales circulantes.

L'OIE accorde la plus grande attention aux risques potentiels que peut représenter une propagation de souches de l'influenza aviaire pour la communauté internationale, tout particulièrement en ce qui concerne les aspects économiques et de santé publique. C'est pourquoi une nouvelle série de normes internationales a été élaborée prenant en compte les risques pour l'homme. Ces normes seront soumises au Comité international de l'OIE qui se réunira à Paris du 18 au 23 mai 2003 en vue de leur adoption.

L'OIE demeure vigilant et maintient les Pays Membres informés de toute évolution de la situation. A ce jour, aucune raison ne justifie une prise de mesures de précaution additionnelles, outres celles qui ont déjà été prises par les autorités des pays infectés.

Haut