Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Souche d'influenza aviaire au Nigéria déjà connue des chercheurs

Paris, le 13 août 2008 - Dans le cadre d'une surveillance de routine, un poulet et un canard prélevés en juin et juillet 2008, ont été dépistés positivement au virus H5N1 sur les marchés vivants de Gombe et Kebbi. Il s'agit du premier cas d'influenza aviaire hautement pathogène au Nigéria depuis le dernier foyer enregistré en janvier 2008. Ce nouveau foyer a été rapidement notifié à l'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) par les autorités vétérinaires du Nigéria le 24 juillet 2008 .

Une recherche épidémiologique a été lancée et des échantillons ont été envoyés au laboratoire de référence de l'OIE/FAO, l'Istituto Zooprofilattico Sperimentale delle Venezie, à Padoue en Italie, aux fins d'examen plus poussé. Ce laboratoire est membre de l'OFFLU, réseau scientifique mondial conjoint OIE/FAO pour le contrôle de l'influenza aviaire

Les tests effectués en laboratoire confirment que le virus de Gombe ressemble de très près au virus isolé chez des oiseaux sauvages en Europe centrale (Roumanie, République tchèque) en 2007. C 'est la première fois que l'on détecte cette souche sur le continent africain. Il est encore incertain comment le virus de ce sous-type a été introduit en Afrique.

Des recherches plus poussées sur d'autres isolats du virus provenant des Etats de Kebbi, Kano et Katsina au Nigéria sont en cours au laboratoire de Padoue.

« Cette découverte renforce, chez experts, le consensus selon lequel les infections d'influenza aviaire provoquées par des virus de sous-type H5N1 sont toujours d'actualité pour la santé animale et une surveillance continue, une détection précoce et une notification sont essentielles pour comprendre l'évolution de la situation », dit le Dr Gideon Brückner, Directeur général adjoint de l'OIE. Il souligne que cet incident n'a pas été causé par une nouvelle souche du virus et qu'on ne dispose pas de preuves d'une aggravation des risques pour la santé humaine liés à l'introduction récente de cette souche en Afrique.

Haut