Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

23e Conférence de la Commission Régionale de l'OIE pour l'Europe - Les réseaux de surveillance zoosanitaire et la vaccination : des outils efficaces pour contenir la fièvre catarrhale du mouton

Vilnius, le 19 septembre 2008 - La 23 e Conférence de la Commission régionale de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) pour l'Europe, célébrée à Vilnius, Lituanie, du 15 au 19 septembre 2008 , s'est achevée sur l'engagement de s'orienter vers une mise en œuvre de réseaux régionaux de surveillance afin de mettre en place des mécanismes de détection précoce et de réaction rapide sous la supervision stricte des Services vétérinaires. Cela a besoin d'être appuyé par l'application étendue de stratégies de vaccination appropriées contre la fièvre catarrhale du mouton dans les pays infectés et à risque, en utilisant des vaccins fabriqués suivant les normes de l'OIE.

À l'heure actuelle, la fièvre catarrhale du mouton constitue le sujet de santé animale le plus préoccupant en Europe. Certaines souches du virus ont quitté les régions d'Afrique et du Bassin méditerranéen, où elles étaient historiquement confinées, pour se propager depuis 2000 vers le Nord jusque dans les Balkans . En outre, un nouveau sérotype (BTV-8) en circulation depuis 2006 en Europe du Nord continue de se propager, affectant sévèrement les populations animales.

L'expérience acquise dans la lutte contre cette maladie montre que les mesures les plus efficaces de prévention et de lutte sont la restriction des déplacements d'animaux et la vaccination, comme c'est le cas pour d'autres maladies animales.

« Mieux vaut prévenir que guérir », a déclaré, en référence aux effets économiques et aux coûts potentiels des mesures de lutte, le premier ministre de la république de Lituanie , M.  Gediminas Kirkilas , reprenant ainsi la devise de la Stratégie de l' Union européenne pour la santé animale 2007 - 2013 , laquelle est en tous points conforme aux stratégies de l'OIE.

Dans son intervention sur les politiques de l'OIE et la bonne gouvernance des Services vétérinaires, le Docteur Bernard Vallat, Directeur général de l'OIE, a évoqué la situation des pays de la Commission régionale de l'OIE pour l'Europe à l'égard du programme de renforcement des capacités des Services vétérinaires sur la base des normes et lignes directrices de l'OIE, grâce à l'outil PVS de l'OIE. Il a également souligné l'importance de poursuivre le processus d'amélioration de la gouvernance au niveau mondial en recourant aux mécanismes de suivi de l'outil PVS, afin de donner suite au diagnostic établi lors de la première évaluation.

La Conférence a également reconnu que la compartimentation, c'est-à-dire la séparation effective, au moyen de mesures strictes de biosécurité, de sous-populations animales ayant un statut sanitaire différent, permet de poursuivre les échanges commerciaux, en démontrant qu'une sous-population donnée faisant l'objet de ces mesures est indemne de maladie, même si cette maladie est présente à d'autres endroits du territoire national.

Historiquement, les programmes d'éradication réussis de la brucellose bovine et de la tuberculose bovine ont toujours reposé sur l'application de mesures de biosécurité pour la séparation des troupeaux, avant même que ces pratiques ne soient identifiées sous le terme de compartimentation.

Le point sur les foyers de maladies animales transfrontalières et les activités de l'OIE

Durant l'année écoulée, les pays de la région ont fait face à des foyers d'influenza aviaire hautement pathogène, de fièvre aphteuse, de peste porcine classique, de peste porcine africaine, de rage et de fièvre catarrhale du mouton. Les participants ont réaffirmé l'importance de notifier rapidement les foyers en utilisant le nouveau système WAHIS de l'OIE.

Les récents travaux des Commissions des normes sanitaires pour les animaux terrestres et aquatiques et du Groupe de travail sur le bien-être animal ont été présentés. Les organisations partenaires de l'OIE telles que l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et la Commission européenne, ont également fait le point sur leurs activités et sur les politiques menées en Europe dans le domaine de la santé animale, et présenté les résultats des programmes conduits conjointement avec l'OIE.

Les recommandations adoptées durant la conférence seront soumises pour considération et approbation finale des Membres de l'OIE en mai 2009, lors de la prochaine Session générale.

La Conférence a été accueillie par le Gouvernement de la République de Lituanie.

Présidée par le Docteur Lukauskas, Délégué de la Lituanie auprès de l'OIE, la Conférence a bénéficié du soutien du siège de l'OIE et de la Représentation régionale de l'OIE pour l'Europe de l'Est.

Haut