Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

La vaccination des chiens : la clé pour en finir avec la rage humaine transmise par les chiens

L’éradication planétaire de la rage humaine transmise par les morsures de chien est un objectif à notre portée. Nous disposons de tous les outils nécessaires pour y parvenir d’ici 2050. En effet, près de 95 % des cas humains de rage sont dus à des morsures de chien. Il suffirait de vacciner 70% de la population canine dans les zones où la rage est endémique pour ramener le nombre de cas humains aux alentours de zéro. La vaccination systématique des chiens est désormais considérée par la communauté internationale comme la méthode d’élimination de la rage la plus efficace au regard de son coût. Depuis sa création en 2012 par l’OIE, la Banque de vaccins contre la rage contribue aux campagnes de vaccination des chiens mises en œuvre par les Pays membres de l’OIE en leur fournissant des vaccins d’excellente qualité à un prix abordable. Nombre de ces pays ont fait de grands pas vers l’objectif de rendre leur territoire indemne de rage. À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la rage 2015, l’OIE exhorte la communauté internationale à tout mettre en œuvre pour que cet objectif réaliste soit enfin atteint.

Paris, le 28 septembre 2015 – « La vaccination à grande échelle des chiens constitue la meilleure méthode pour éliminer la rage humaine transmise par les chiens. Elle seule permet de briser réellement le cycle de transmission entre l’animal et l’homme », a expliqué le Docteur Bernard Vallat, Directeur général de l’OIE. « Il est possible d’éradiquer la rage de la planète en procédant à une vaccination massive des chiens dans les zones affectées. »

Certains pays, notamment européens sont parvenus à éradiquer la rage en mettant en place des campagnes de vaccination des chiens. Si de telles campagnes sont parfois financièrement contraignantes, un simple examen des bénéfices qu’elles apportent remet aussitôt les choses en perspective : un dixième seulement des ressources actuellement consacrées au traitement d’urgence des personnes mordues par des chiens enragés suffirait à couvrir le coût de l’élimination mondiale de la rage canine par les Services vétérinaires grâce à la vaccination des chiens.

Par le biais de son Fonds mondial pour la santé et le bien-être des animaux, l’OIE soutient les efforts déployés par ses Pays Membres pour lutter contre la rage ; un certain nombre de mesures ont été prises en ce sens. Ainsi, avec l’aide financière de l’Union européenne, de l’Australie, de l’Allemagne et de la France, l’OIE a créé en 2012 une Banque de vaccins contre la rage ; des pays parmi les plus pauvres d’Asie et d’Afrique ont bénéficié de ce mécanisme, qui est déployé dans le monde entier.

Les Philippines ont été parmi les premiers pays à recourir à la Banque de vaccins contre la rage de l’OIE. De 2013 à ce jour, plus de 3,5 millions de doses de vaccin ont été distribuées dans plusieurs provinces, avec des résultats extrêmement prometteurs. Conscient de l’importance de lutter contre la rage canine, le gouvernement philippin a alloué des fonds supplémentaires à l’acquisition de vaccins contre la rage auprès de l’OMS et de la Banque de vaccins de l’OIE. Grâce à la constance de ses efforts et au soutien de l’OIE, le gouvernement philippin œuvre avec efficacité afin d’éradiquer la rage de son territoire d’ici 2020. D’autres Pays membres de l’ASEAN se rapprochent rapidement de l’objectif de rendre l’ASEAN indemne de rage à l’horizon 2020.

 

À ce jour (mi-septembre 2015), près de 15 millions de vaccins contre la rage canine ont été distribués par l’OIE dans le monde entier. Dans ce total figurent les 7 millions de doses fournies par l’OIE à quatorze pays en soutien de leur programme national de vaccination.

Dans le cadre de l’Alliance tripartite pour la lutte contre la rage, l’OMS a décidé de passer par la Banque de vaccins de l’OIE pour ses futures commandes de vaccins pour les chiens. En 2015, l’OMS a acheté à la Banque de vaccins de l’OIE 7,85 millions de doses de vaccin antirabique, destinées aux Philippines et à l’Afrique du Sud.

« La banque de vaccins contre la rage de l’OIE est un instrument opportun qui permet d’obtenir rapidement les vaccins dont nous avons besoin. La Banque de vaccins constitue pour nous une source fiable de vaccins : nous pouvons poursuivre nos activités comme prévu et les populations locales sont satisfaites car elles voient que les vaccins que nous nous étions engagés à fournir sont effectivement distribués. La Banque de vaccins nous permet de recentrer nos ressources limitées sur les zones à haut risque, qui nécessitent une intervention immédiate », a expliqué Emelinda Lopez, coordinatrice nationale du Projet de l’OIE de lutte contre la rage aux Philippines.

La Banque de vaccins est un mécanisme garantissant la disponibilité de vaccins de qualité et conformes aux normes internationales de l’OIE. Ces vaccins sont fournis rapidement et à un coût modique, une procédure d’appel d’offres international permettant de mettre en concurrence les fournisseurs potentiels.

 

Les besoins des Pays membres de l’OIE ne se limitent pas aux doses de vaccin ; les pays ont aussi besoin d’être soutenus lors de la mise en place des campagnes de vaccination. Le Fonds mondial pour la santé et le bien-être des animaux contribue à des activités telles que le recrutement et la formation des personnels chargés de la vaccination des chiens, la production de matériels didactiques et la réalisation de campagnes de communication visant à responsabiliser les propriétaires de chiens.

 

Aujourd’hui, dans une majorité de pays la rage continue à affecter la vie des individus. Cela signifie que près de la moitié de la population humaine du monde est exposée au risque de contracter la rage. Dans les régions où l’accès aux traitements post-exposition est limité ou inexistant, l’infection par le virus de la rage entraîne la mort. Il est donc indispensable d’investir pour aider les pays du monde entier à mettre en œuvre des campagnes nationales de vaccination ciblant la rage canine.

L’OMS, l’OIE et la FAO, soutenus par l’Alliance mondiale contre la rage (GARC) ont élaboré un Argumentaire d’investissement pour l’élimination mondiale de la rage transmise par les chiens. Convaincues de l’importance de la collaboration entre les secteurs de la santé animale et humaine pour éradiquer la maladie, les trois organisations partenaires préparent actuellement une Conférence mondiale sur ce thème, qui se tiendra les 10 et 11 décembre 2015 à Genève. 

 

Liens connexes

    Photos: 1-2-3 :© OIE / C. Dy - 4: © FAO

    Haut