Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

La morve : un risque sanitaire grave pour les animaux et l'homme au Moyen-Orient

Une mission de l'OIE s'est rendue au Bahreïn, en Syrie et au Koweït pour évaluer la situation chez les équidés

Paris, le 13 octobre 2010 – Au Moyen-Orient, l'incidence de la morve, une maladie infectieuse qui touche principalement les équidés, constitue un risque sanitaire grave pour les animaux et même pour l'homme et doit faire l'objet d'une surveillance croissante de la part des Services vétérinaires nationaux officiels de la région, a conclu une mission d'experts de haut niveau de l'OIE qui s'est rendue en Syrie, au Koweït et au Bahreïn du 2 au 8 octobre 2010.

L'expertise a montré que de faibles capacités de détection précoce, de diagnostic de laboratoire et une notification non-systématique de la maladie, ont facilité la propagation de la morve dans la région.

« La morve est une maladie ré-émergente contre laquelle de nombreux pays du Moyen-Orient ne sont pas armés. L'OIE soutient le renforcement des Services vétérinaires nationaux et demande instamment aux gouvernements concernés de faire appel à ces services pour lutter contre la maladie », a déclaré le Docteur Vallat, Directeur général de l'OIE. « Nous avons tout particulièrement apprécié la transparence du Bahreïn qui a notifié rapidement à l'OIE la présence de la maladie en début d'année et nous sommes persuadés que les efforts de surveillance considérables déployés par ce pays lui permettront de redevenir indemne très rapidement après l'achèvement des dernières investigations en cours dans une petite partie du pays », a-t-il ajouté.

La mission de l'OIE a indiqué que les investigations menées indépendamment par des vétérinaires du secteur privé ont souvent empêché les autorités vétérinaires officielles de surveiller la circulation de la maladie dans la Région, empêchant ainsi le pays d'appliquer des mesures adaptées en temps utile.

La mission a recommandé que le programme de surveillance préliminaire appliqué en Syrie soit renforcé à l'aide des procédures proposées par le Laboratoire de référence de l'OIE basé à Iéna, en Allemagne.

La même recommandation a été formulée pour le Koweït qui, pour sa part, s'est engagé à poursuivre la déclaration de la présence de la maladie et à développer un programme exhaustif pour recenser intégralement la population équine du pays. Le Koweït avait déjà déclaré la maladie, dans le cadre de la mission de l'OIE, pour les cas confirmés en 2009 et doit fournir prochainement une mise à jour pour 2010.

« Mes collègues du Laboratoire de référence de l'OIE à Iéna et moi-même avons été très bien reçus sur le terrain », a commenté le Docteur Ben Jebara, chef de la mission. « Les informations que nous avons réunies grâce à une collaboration sans réserve de tous les acteurs concernés dans les pays visités sont extrêmement précieuses pour évaluer la situation de la morve pour l'ensemble de la région », a-t-il ajouté. Les réponses au questionnaire adressé par l'OIE avant la mission ont été préparées en toute transparence par les pays visités. Des missions complémentaires pourraient suivre dans d'autres parties de cette région, en fonction des demandes des pays.

L'OIE réunira une conférence technique internationale sur la morve qui permettra de mieux sensibiliser les Délégués de l'OIE à cette maladie et à la nécessité de mettre en place des mécanismes de surveillance adaptés sur leur territoire. Cette conférence sera pour l'OIE l'occasion d'évaluer les besoins de ses Membres, voire d'envisager un mécanisme de reconnaissance officielle du statut sanitaire des pays pour cette maladie.

Contexte

Avec seulement quelques cas sporadiques déclarés dans le monde au cours des 50 années après la Seconde Guerre mondiale, la maladie était considérée comme éliminée jusqu'à sa réapparition à la fin des années 90 dans plusieurs régions du monde.

En 2010, le Bahreïn a déclaré à l'OIE la présence de la maladie dès le mois d'avril (rapport en ligne à la page http://www.oie.int/wahis/public.phppage=single_report&pop=1&reportid=9239)

Accéder à la fiche d'information sur la morve.

Haut