Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Lignes directrices pour le contrôle de la résistance antimicrobienne

L'Organisation mondiale de la santé animale (Organisation mondiale de la santé animale [OIE]) a considérablement progressé dans son action visant à limiter les risques d'antibiorésistance des bactéries animales.

Les pays peuvent actuellement accéder à un ensemble de méthodologies globales, grâce auxquelles l'identification et le choix des interventions adaptées pourront se dérouler selon un mode objectif, scientifique, transparent et défendable.

La prise en compte spécifique des différentes conditions (géographie, utilisation des antimicrobiens, bilan des résistances) et possibilités techniques des pays des diverses régions du monde ouvre la voie à une application égalitaire de ces méthodologies, dans les pays développés comme dans les pays en développement. Sachant que les microbes ne s'arrêtent pas aux frontières, le souci majeur de l'OIE est d'assurer qu'en cas de problème sanitaire animal ou humain dans le monde, tous les pays se trouveront sur un pied d'égalité pour protéger leur population humaine et animale ainsi que leurs intérêts commerciaux nationaux.

Deux des trois volets de la stratégie de l'OIE mesures immédiates visant à contenir et à réduire les résistances microbiennes grâce à l'utilisation prudente et responsable des antibiotiques, et outils d'évaluation et de gestion des risques pour l'homme et les animaux (méthodologie d'analyse des risques harmonisation des systèmes de surveillance et des méthodologies de laboratoire*) ont été mis à la disposition des gouvernements des pays et des autorités compétentes. Le troisième volet amélioration des connaissances sur l'antibiorésistance dans le monde sera élaboré au fur et à mesure de la mise en place des deux précédents et de l'analyse des résultats obtenus.

Grâce au Groupe international ad hoc d'experts, créé par l'OIE à cette fin, ainsi qu'à la contribution des experts nationaux et internationaux, l'OIE a été en mesure de mener à bien ce travail de haut niveau scientifique, dans un délai de neuf mois seulement.

Le Groupe d'experts de l'OIE s'est réuni en novembre dernier pour la troisième fois, dans les locaux du Centre collaborateur de l'OIE pour les médicaments vétérinaires, l'ANMV-AFSSA**, à Fougères (France). Le Groupe a examiné en détail les commentaires reçus dans le cadre de la consultation publique qui a suscité un intérêt considérable pour l'utilisation des antibiotiques chez les animaux, les questions de santé publique et animale et les répercussions commerciales possibles des décisions nationales.

Avec la participation active de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), représentée par un responsable du Service de la qualité et des normes alimentaires, les deux organisations internationales, reconnues par l'Organisation mondiale du commerce (OMC), se sont rencontrées pour faire progresser leur réflexion sur ces questions importantes.

Il s'agit là d'un aspect essentiel puisque les normes mises au point par ces deux organisations, mentionnées dans l'Accord SPS (Accord sur les mesures sanitaires et phytosanitaires) de l'OMC, serviront de référence en cas de litige commercial relatif à des restrictions portant sur des échanges d'animaux, de produits d'origine animale et de certains aliments, afin de protéger la santé humaine et animale. Pour assurer la cohérence de leurs actions, l'OIE et la FAO envisagent de collaborer pour mettre ces directives en pratique.

En ce qui concerne l'OIE, les nouvelles lignes directrices seront adressées à ses 155 Pays Membres pour adoption par le Comité international. Ces textes constitueront une base sur laquelle pourront s'appuyer les gouvernements, les autorités vétérinaires, les services d'enregistrement des médicaments, la profession vétérinaire et les éleveurs pour fonder les actions jugées nécessaires à la protection de la santé humaine et animale contre les résistances développées par les bactéries animales.

Ces nouvelles lignes directrices seront présentées lors de la seconde Conférence scientifique internationale de l'OIE consacrée à l'antibiorésistance, qui se tiendra en 2001 au siège de l'OIE, à Paris (France).

* Des informations complémentaires peuvent être trouvées sur le Site Web à l'adresse suivante : www.anmv.afssa.fr/oiecc/abr

** ANMV-AFSSA : Agence nationale du médicament vétérinaire - Agence française de sécurité sanitaire des aliments

Haut