Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Les Ministres s’accordent sur une action internationale contre la résistance aux antimicrobiens chez les animaux et pour garantir et protéger les médicaments pour les humains comme pour les animaux


© OIE

Marrakech, le 31 octobre 2018 -  L’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a accueilli cette semaine des acteurs mondiaux de la santé animale du secteur public, du secteur privé et de la société civile pour débattre des nouvelles idées et solutions à apporter à la croissance mondiale de la résistance aux antimicrobiens (AMR). Cette manifestation de trois jours était placée sous le haut patronage de Sa Majesté Mohammed VI, le roi du Maroc. Intitulé 2nde Conférence mondiale sur l’antibiorésistance et l’usage prudent des antimicrobiens sur les animaux, cet événement s’est articulé autour du rôle de la santé animale dans ce qui est l’un des défis sanitaires mondiaux les plus ardus du XXIe siècle.

La prévention de l’AMR dans l’élevage est primordiale pour la santé humaine, ainsi que pour la sécurité sanitaire des aliments, la sécurité alimentaire, la santé et le bien-être animal. Les agents antimicrobiens sont utilisés dans le monde entier pour contrôler et soigner des infections tant chez les humains que chez les animaux, mais l’abus ou la mauvaise utilisation de ces agents mettent en péril leur efficacité. Des flux sans précédent de personnes, d’animaux, de biens et de denrées alimentaires permettent aux microbes résistants de coloniser sans mal la planète.

Plus de 500 personnes ont assisté à cette Conférence. Parmi les participants : des représentants des 182 Pays membres de l’OIE, des partenaires internationaux (tels que la FAO, l’OMS, la Banque mondiale, et le Groupe de coordination inter-institutions des Nations Unies pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens), ainsi que des représentants des industries de la viande, du secteur laitier, de la production de volailles et d’œufs, de l’aquaculture, de l’industrie pharmaceutique, de la société civile et du milieu universitaire.

L’un des thèmes majeurs des échanges a porté sur la nécessité d’une coordination intersectorielle nationale par l’intermédiaire de plans d’action nationaux, pour prévenir le développement et la propagation de la résistance aux antimicrobiens. Sont intervenus des ministres, ministres adjoints et secrétaires d’État des pays du monde entier dont l’Allemagne, le Botswana, le Japon, le Maroc, la Norvège, l’Ouzbékistan, le Sénégal, la Serbie et la Thaïlande.

« C’est uniquement par la promotion d’une utilisation responsable et prudente des agents antimicrobiens que l’efficacité thérapeutique de ces derniers peut être garantie, faisant ainsi en sorte que ces médicaments essentiels qui protègent à la fois la santé humaine et la santé animale puissent continuer à être utilisés », a déclaré la Dre Monique Éloit, Directrice générale de l’OIE. « Nous avons réalisé une grande avancée dans cette mission aujourd’hui. Les Normes internationales sur l’usage prudent des antimicrobiens existent déjà. Il est désormais nécessaire que nous les appliquions au niveau national pour lutter contre l’AMR. Pour cela, une collaboration internationale est primordiale. En travaillant ensemble, les pays peuvent échanger sur les obstacles à surmonter, partager les meilleures pratiques et tendre vers des améliorations systémiques. »

Vidéo de clôture de la 2nde Conférence mondiale de l'OIE sur l’antibiorésistance

Par l’intermédiaire d’un message vidéo, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, a prononcé un discours à l’ouverture de la Conférence. Commentant le caractère opportun de l’événement, il a déclaré : « La résistance aux antimicrobiens représente une menace sanitaire mondiale majeure et il ne s’agit pas d’un défi relevant uniquement du secteur de la santé (…). Ensemble, nous devons apporter notre aide aux pays dans leur travail pour endiguer la résistance aux antimicrobiens ».

De nombreux ministres ont évoqué leurs propres programmes nationaux pour réduire la résistance aux antimicrobiens chez les animaux et expliqué la manière dont les Normes internationales et le rôle moteur de l’OIE ont contribué à leur élaboration (voir communiqué de presse Les ministres de l’Agriculture unissent leurs efforts pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens dans l’élevage).

Le Vice-ministre de l’Agriculture, de la Sylviculture et de la Gestion des eaux de Serbie, Mr Zeljko Radosevic, a souligné qu’une stratégie nationale de lutte contre l’AMR serait bientôt adoptée par le gouvernement de son pays, et qu’une campagne nationale sur l’utilisation prudente des antibiotiques chez les humains et les animaux serait bientôt lancée. Mr Frans Van Der Westhuizen, Ministre adjoint du Développement agricole et de la Sécurité alimentaire du Botswana, s’est exprimé sur la création récente de l’Autorité de réglementation des médicaments dans son pays, dont le rôle est de s’assurer que seuls des médicaments de bonne qualité soient délivrés aux humains comme aux animaux. Le Président adjoint du Comité public vétérinaire d’Ouzbékistan a aussi parlé de l’expérience de son pays dans la prévention de la résistance aux antimicrobiens.

Concernant la question des antimicrobiens contrefaits ou de mauvaise qualité à destination des animaux, Mme Aminata Mbengue Ndiaye, Ministre de l’Élevage et de la Production animale du Sénégal a expliqué : « Les mouvements transfrontaliers de faux médicaments vétérinaires ou de mauvaise qualité constituent un facteur limitant dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens. On estime que le marché parallèle des médicaments vétérinaires représente 30 % de la valeur financière des importations contrôlées ».

Un certain nombre de recommandations audacieuses ont été formulées à l’issue de la Conférence, dont un appel urgent à de nouvelles recherches axées sur des vaccins prioritaires et d’autres alternatives aux antimicrobiens, la suppression progressive de l’utilisation des antibiotiques pour la promotion de croissance, et la nécessité de garantir que des vétérinaires, des para-professionnels vétérinaires et des éleveurs formés travaillent ensemble pour s’assurer d’une utilisation prudente et responsable des médicaments importants.
 
Faisant part de ses impressions concernant la Conférence, Mr Jürgen Vögele, Directeur principal, Pratiques sur l’agriculture, du Groupe de la Banque mondiale a déclaré : « L’AMR ne constitue pas une question technique. Il s’agit des humains. Il s’agit des animaux. Il s’agit de l’environnement. Nous devons passer toutes nos pratiques dans le domaine du développement durable au crible de l’AMR, examiner de quelle façon chaque programme ou décision pourrait avoir des conséquences sur l’AMR ou subir les effets produits par l’AMR. Cela ne requiert pas forcément de fonds supplémentaires, il s’agit d’avantage de se poser la bonne question au moment de prendre des décisions. »

« Ce rassemblement de décideurs politiques me remplit d’espoir car, en travaillant ensemble, nous pouvons traiter la question de l’utilisation responsable des antimicrobiens dans tous les secteurs et tous les pays », a expliqué Mr José Graziano da Silva, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. « L’utilisation prudente des antimicrobiens reste indispensable à la sécurité alimentaire, et une bonne compréhension de ce qu’est une utilisation prudente devrait être exigée pour tous les professionnels de la santé, de tous les secteurs ayant un permis d’exercer. »

L’OIE souhaite également remercier le Royaume du Maroc et l’Office national de Sécurité sanitaire des produits Alimentaires pour leur soutien dans l’organisation de cette conférence. Celle-ci a bénéficié du soutien financier du Royaume du Maroc, de la République populaire de Chine, l’Union européenne, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, des Pays-Bas, de l’Agence norvégienne pour la Coopération au développement (Norad), du Pew Charitable Trusts, du Fleming Fund du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique.a.

Regardez la Conférence en entier en cliquant ici et informez-vous davantage sur le travail de l’OIE concernant la résistance aux antimicrobiens en consultant notre site internet.

Liens utiles :


Contacts presse:
Jim Calverley: +44 (0)7810 805092, jcalverley@globalhealthstrategies.com
Fionna Tod: +44 (0)7510 518154, ftod@globalhealthstrategies.com

Haut