Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Conférence de l'OIE sur les médicaments vétérinaires au Moyen-Orient

Mettre un terme à la mauvaise utilisation des médicaments vétérinaires

Damas, le 4 décembre 2009 – Les Pays Membres de l’OIE de la région du Moyen-Orient se sont mis d’accord sur une approche régionale pour harmoniser et améliorer l’enregistrement, la distribution et le contrôle qualité des médicaments vétérinaires. La démarche a été adoptée lors de la Conférence de l'OIE sur les médicaments vétérinaires au Moyen-Orient, qui s’est tenue à Damas, en Syrie, du 2 au 4 décembre 2009.

Reconnaissant que la mauvaise utilisation des médicaments vétérinaires, qu’elle soit intentionnelle ou non, constitue un risque pour la santé animale et la santé publique, les Membres de l’OIE se sont engagés à prendre des mesures à tous les stades du développement, de la production et de la commercialisation des médicaments vétérinaires.

L'accès à des médicaments vétérinaires de bonne qualité pour tous les éleveurs est vital au Moyen-Orient, notamment pour les petits éleveurs dont les moyens de subsistance dépendent des animaux. « Les bactéries, les parasites et les virus sont une menace constante pour la production animale et constituent des obstacles à l'accès aux marchés régionaux et internationaux des animaux et des produits d'origine animale provenant du Moyen-Orient ; ce sont aussi des facteurs importants d’aggravation de la pauvreté . », a expliqué le Dr Bernard Vallat, Directeur général de l'OIE.

Perfectionner les capacités des laboratoires et la gouvernance vétérinaire

Au niveau régional, les participants ont recommandé que l'essentiel des efforts soit consacré à la capacité des laboratoires en termes de systèmes de gestion des méthodes de contrôle des médicaments vétérinaires.

L'initiative dite de jumelage de laboratoires de l'OIE, qui prévoit des échanges de scientifiques entre les Pays Membres, permettra de répondre entre autres aux besoins de mise en réseau et de formation des laboratoires et des autorités nationales responsables de l'enregistrement et du contrôle qualité des médicaments vétérinaires.

Les Pays Membres de l'OIE de la région du Moyen-Orient ont également recommandé l'établissement d'une procédure régionale commune pour l'enregistrement des médicaments vétérinaires.

Au niveau national, les Pays Membres de l'OIE ont notamment décidé d'améliorer la gouvernance vétérinaire, d'harmoniser les législations et de se conformer aux normes de qualité de l'OIE applicables aux Services vétérinaires, en faisant appel à l'outil PVS de l'OIE.

Ils atteindront ces objectifs grâce aux points focaux formés par l'OIE et en contact direct avec l'Organisation, leur responsabilité étant de créer un réseau d'experts au sein de chaque pays pour :

  • établir le dialogue, la coopération et la communication avec les autorités compétentes ;
  • s’assurer que la législation et les contrôles relatifs aux médicaments vétérinaires sont en conformité avec les normes, lignes directrices et recommandations internationales de l'OIE.


Le contrôle des résidus de médicaments vétérinaires dans les aliments d'origine animale, conformément aux normes établies par le Codex Alimentarius doit faire l’objet d’efforts particuliers.

La Conférence a réuni 160 participants provenant des différents pays de la région, représentés par les directeurs de Services vétérinaires et les points focaux nationaux responsables du contrôle des médicaments vétérinaires. Des représentants des organisations régionales ou sous-régionales présentes au Moyen-Orient, des organismes de financement, des grands producteurs mondiaux ou régionaux de médicaments vétérinaires et des ONG impliquées dans le développement durable de la production animale au Moyen-Orient, ont également participé à la Conférence.

Cette conférence a été aimablement accueillie par le gouvernement syrien. Elle a été organisée par le Ministère de l’Agriculture et les Services Vétérinaires de la Syrie, avec le soutien du siège de l'OIE et de la Représentation régionale de l'OIE pour le Moyen-Orient.

Haut