Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

CONFERENCE MONDIALE DE L’OIE « Santé des animaux et biodiversité – Préparer l’avenir »

Une approche globale pour comprendre les relations complexes entre la santé des animaux et des hommes et l’environnement tout en assurant la protection de la biodiversité dans le monde

 

Paris, 24 février 2011 – Réunis pendant trois jours pour la Conférence mondiale sur la faune sauvage organisée par l’OIE et ses partenaires, des experts mondiaux en matière de santé animale, santé publique et faune sauvage se sont penchés sur les menaces croissantes qui sont à l’origine de la prolifération de pathogènes émergents et ré émergents provenant d’animaux sauvages et domestiques.

«Plus de 60% des pathogènes sont d’origine animale, dont 70% viennent de la faune sauvage, 75% des maladies infectieuses d’origine animale peuvent se transmettre à l’homme : cela nécessite une meilleure connaissance de la complexité des relations entre les animaux domestiques et la faune sauvage, les hommes et les écosystèmes et exige une approche globale et holistique que les travaux de la Conférence ont réussi à dégager avec succès », a dit le Directeur général de l’OIE, le Docteur Bernard Vallat.

L’analyse des interactions entre la santé de la faune sauvage, des animaux domestiques et des personnes ainsi que leur relation avec l’environnement a mis en évidence plusieurs facteurs : les changements dans l’utilisation des terres et leur extension à de nouvelles zones géographiques, ainsi que l’intensification de la production pour satisfaire une demande croissante d’aliments, y compris de protéines animales. Ces changements ont provoqué une altération de l’équilibre entre les animaux domestiques et la faune sauvage et leurs interactions ont été modifiées en fréquence et en nature.

« Le besoin de nourrir une population humaine de plus en plus nombreuse, la globalisation des mouvements de personnes et de produits combinée avec l’impact de l’homme sur l’environnement, notamment sur la biodiversité, crée des risques importants tant pour les animaux domestiques que pour la faune sauvage, avec un impact sur la santé des hommes et sur une biodiversité durable », a commenté le Docteur Bernard Vallat.

 

Les Services Vétérinaires et leurs partenaires ont un rôle clé

Les participants de la Conférence ont recommandé qu’une communication et une coopération intersectorielles se mettent en place parmi tous les acteurs concernés, y compris l’industrie du tourisme et les organisations non gouvernementales pertinentes telles que les fondations, les représentants des environnementalistes, des associations de chasseurs et de pêcheurs, et bien d’autres, afin d’assurer une approche coordonnée de la gestion des risques à l’interface des écosystèmes entre la faune sauvage, les animaux domestiques et l’homme.

En particulier, il a été décidé de renforcer les systèmes de santé animale partout dans le monde à l’aide du Processus PVS de l’OIE qui inclut, à la demande des pays, l’évaluation de la conformité des composantes publique et privée des Services vétérinaires nationaux avec les normes internationales de qualité ainsi que l’analyse des écarts entre ces normes et la situation des différents pays.

« Le commerce mondial de la faune sauvage engendre des mécanismes de transmission des maladies qui peuvent provoquer non seulement des maladies humaines mais qui menacent aussi la production animale (l’élevage), la sécurité du commerce international, les économies rurales, les populations sauvages natives ainsi que l’équilibre des écosystèmes. Il est absolument primordial que les pays puissent disposer de bons Services vétérinaires capables, en étant  appuyés par leurs partenaires, d’effectuer la détection précoce, la prévention et la surveillance de ces maladies, », a dit le Docteur William Karesh, Président du groupe de travail sur la faune sauvage de l’OIE.

Les 400 participants à ce forum international unique provenaient de plus de 100 pays et des secteurs les plus variés ; par exemple des fonctionnaires d’autorités nationales et internationales, des représentants d’organisations non gouvernementales internationales, régionales et nationales ainsi que du secteur privé.

La Conférence était organisée du 23-25 février 2011 par l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE), la Société de conservation de la faune sauvage (WCS), et l’ONG EcoHealth Alliance, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

 

Visionner le webcasting de la conférence
http://www.oie.int/fr/pour-les-medias/multimedia/webcasting/

 

 

 

Haut