Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Conférence de l'OIE sur la prophylaxie des maladies animales infectieuses par la vaccination

L'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a organisé, en collaboration avec l'IABS (International Association for Biologicals) et le SENASA(Service national argentin de la santé animale ), une conférence internationale sur la prophylaxie des maladies animales infectieuses par la vaccination, qui s'est tenue du 13 au 16 avril 2004 à Buenos Aires, en Argentine.

Cette manifestation qui a réuni plus de 300 scientifiques de renommée internationale venus de 50 pays a été ouverte par le Docteur Bernard Vallat, Directeur général de l'OIE, en présence des ministres et d'autres personnalités de la région.

Au cours de ces dernières années, nous avons assisté dans le monde entier à l'émergence ou la ré-émergence de plusieurs maladies animales infectieuses et zoonoses qui ont eu des retentissements majeurs sur la santé animale et la santé humaine. Les abattages massifs d'animaux qui ont été pratiqués en Europe en 2001 au cours de l’épisode de fièvre aphteuse et lors de l'épidémie récente d’influenza aviaire dans le Sud-Est asiatique, où plus de 100 millions de volailles ont péri ou ont été détruites, ont posé des problèmes éthiques, techniques, écologiques et économiques considérables.

Lors de son intervention à la conférence, le Directeur général de l'OIE, le Docteur Bernard Vallat a déclaré que cette situation n'était plus acceptable pour la communauté scientifique internationale ni pour le grand public, d'autant que dans de nombreuses régions du monde l’alimentation de l’homme est encore très pauvre en protéines animales. « Il est urgent que les scientifiques progressent vers d'autres méthodes de prophylaxie des maladies, non seulement pour éviter de gâcher ces précieuses protéines mais aussi pour faciliter les échanges internationaux d'animaux et de produits d'origine animale, en supprimant les barrières commerciales techniquement injustifiées érigées en raison des maladies animales ». Le Docteur Vallat a également ajouté : « Il s'agit là d'une mission essentielle de l'OIE qui doit contribuer à soulager la pauvreté due à des limitations de l’accès au marché par suite des maladies animales, notamment dans les pays en développement ».

Lors de la conférence, de multiples communications scientifiques et posters consacrés à toute une série de maladies animales infectieuses, y compris à des zoonoses, ont été présentés. La qualité des vaccins à utiliser et les tests de diagnostic à appliquer pour différencier les animaux infectés des animaux vaccinés ont été longuement traités (tests DIVA).

En tant qu'organisation de référence internationale pour la santé animale et les zoonoses, l'OIE a intégré dans toute la mesure du possible dans ses normes les connaissances scientifiques reflétant le mieux l'état de l'art sur l'utilisation d’épreuves diagnostiques appropriées, la prévention des maladies et la prophylaxie vaccinale. La vaccination a fait ses preuves dans la prévention, le contrôle et l'éradication de maladies telles que la variole, la peste bovine et la rage.

Le Code sanitaire pour les animaux terrestres et le Manuel des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres édités par l’OIE ont par conséquent été mis à jour pour inclure les tests diagnostiques les plus récents capables de distinguer les animaux vaccinés des animaux infectés. Concernant plus spécifiquement le Code sanitaire de l’OIE pour les animaux terrestres, il faut souligner que ces tests ont déjà été appliqués à certaines maladies telles que la fièvre aphteuse et sont actuellement envisagés pour d'autres, tant à des fins de prophylaxie que pour le recouvrement du statut indemne après l'apparition de foyers de maladies.

Lire les recommandations de la Conférence.(en anglais)

Haut