Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

L'OIE a livré à l'Afrique 18 millions de doses de vaccin pour la protection des volailles contre le virus H5N1

Pendant les trois derniers mois, l'OIE a approvisionné l'Afrique avec un total de 18 millions de doses de vaccin contre l'influenza aviaire pour la protection des volailles contre le virus H5N1, en conformité avec ses normes de qualité en la matière. Les produits ont été envoyés en Egypte (14 millions de doses), au Mali (1 million), en Mauritanie (2 millions) et au Sénégal (1 million).

Le Bureau interafricain des ressources animales de l'Union africaine (UA/BIRA) était en charge des négociations relatives aux procédures de livraison, y compris les critères d'éligibilité – tels que par exemple l'existence et le fonctionnement de la chaîne de froid dans les pays concernés – et les modalités des programmes nationaux de vaccination des pays bénéficiaires. Le fournisseur des vaccins a été choisi par l'OIE sur la base d'un appel d'offre prenant en compte la qualité du produit, le prix et la rapidité des livraisons.

Cette opération est le résultat d'un partenariat de l'OIE avec l'UA/BIRA avec le soutien financier de la Commission Européenne. L'OIE a créé une banque de vaccins virtuelle pour les pays Africains d'une part pour aider rapidement les pays devant vacciner leurs populations de volailles à risque, mais aussi pour aider les pays non infectés qui souhaitent disposer d'un stock stratégique de vaccins pour pouvoir se protéger.

Le fonctionnement de cette banque virtuelle de vaccins se base non seulement sur l'existence de stocks physiques de vaccins mais également sur des engagements de la part du fournisseur à livrer les vaccins le cas échéant. Cela évite les pertes éventuelles de vaccins dues à la péremption des produits.

L'OIE souhaite à présent maintenir cette banque de vaccins virtuelle et l'élargir à d'autres régions du monde. L'Agence Canadienne de Développement International (ACDI) a d'ores et déjà confirmé son engagement financier pour ce projet mondial sur une période de trois ans (2007-2009). D'autres contributions similaires permettraient un soutien actif à des programmes de vaccination dans des pays ou régions où, du fait de la circulation permanente du virus, les politiques de vaccination constituent un outil essentiel pour le contrôle de la maladie.

Haut