Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Pandémie (H1N1) 2009 : l'OIE rappelle ses recommandations aux autorités chargées de la santé animale

Alors que le virus continue de se répandre chez l’homme dans le monde entier, le rôle des animaux n'a pas encore été prouvé dans l'épidémiologie ou la propagation de la pandémie H1N1 2009

Paris, le 13 juillet 2009 – Le virus de la pandémie H1N1 2009 continue de se répandre chez l’homme partout dans le monde provoquant, à l'heure actuelle, des symptômes plutôt bénins dans la majorité des cas; de plus, il n'est pas actuellement prouvé que les animaux jouent un rôle quelconque dans l'épidémiologie ou la propagation du virus.

Les experts en matière de santé publique et animale dans le monde poursuivent de concert leurs efforts de recherche visant à mieux comprendre le virus et à fournir des recommandations pour le prévenir et le combattre. L'OIE est actuellement en train d’étendre les compétences de ses Laboratoires de Référence pour l'influenza aviaire afin de mobiliser des spécialistes de tous les virus de l'influenza animale et de mettre l'accent sur la recherche appliquée sur le comportement de ces virus à l'interface homme-animal. Le réseau mondial OIE/FAO, l'OFFLU, a déjà étendu la portée de ses activités en y incluant le diagnostic et la recherche des virus de l'influenza chez le porc.

Prenant en compte l'ensemble des informations scientifiques disponibles, l'OIE considère que les recommandations déjà publiées depuis la première apparition du virus pandémique H1N1 2009 sont toujours valables. Elles sont à nouveau soulignées ci-dessous :

  • Les Services Vétérinaires nationaux doivent assurer un niveau élevé de vigilance des vétérinaires et des producteurs ainsi que le suivi efficace des populations animales pour détecter les signes cliniques de maladie respiratoire, utiliser des procédés appropriés pour confirmer leur diagnostic et notifier rapidement à l'OIE les premières apparitions de la maladie chez les animaux en employant la qualification de « maladie émergente » ;
  • Si la présence du « virus pandémique H1N1 2009 » est détectée dans une exploitation agricole, la ferme doit être soumise à surveillance et des restrictions des déplacements doivent être appliquées jusqu’à la fin de l’épisode; le transfert des porcs cliniquement sains de la ferme à l'abattoir peut se faire en appliquant des mesures de biosécurité élémentaires ;
  • L’abattage des porcs ne contribuera pas à protéger contre les risques de santé publique ou animale liés à ce virus. Comme pour toute autre maladie, l'abattage de porcs malades destinés à la consommation humaine n'est pas recommandé ;
  • L'imposition de mesures d'embargo concernant l'importation de porcs et de produits à base de porc en provenance de pays où des cas ont été signalés chez l'homme ou l'animal est inutile et contraire aux normes internationales publiées par l'OIE et tous les autres organismes compétents en matière de fixation des normes de santé animale et de sécurité sanitaire des aliments;
  • Dans le cas de pays ayant décidé d’abattre des porcs sur la base du principe de précaution, l'abattage des animaux doit toujours se faire selon les normes internationales de l'OIE en matière de bien-être animal et de méthodes d'élimination des animaux dans le but d'éradiquer une maladie (Volume 1 ; Section 7 ; chapitre 7.6 du Code sanitaire des animaux terrestres ; http://oie.jouve-si.fr/fr/standards-internationaux/code-terrestre/acces-en-ligne/?htmfile=chapitre_1.7.6.htmhttp://oie.jouve-si.fr/oie_neweb/index.php?id=169&L=1&htmfile=chapitre_1.7.6.htm );
  • Le porc et les produits à base de porc, manipulés conformément aux bonnes pratiques d'hygiène recommandées conjointement par l'OMS, la FAO, la Commission du Codex alimentarius et l'OIE, ne sont pas une source d'infection par ce virus.

L'OIE incite fortement à l'application efficace des normes internationales par tous et offre son aide à tout Membre désireux de se conformer à ses normes.

Haut