Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Les partenariats Public-Privé comme moyen d’améliorer les capacités des Services vétérinaires nationaux

Les Services vétérinaires voient leurs rôles et responsabilités se diversifier et s’accroître sous l’influence de diverses tendances mondiales, dont l’augmentation de la demande en protéines animales, la (ré)apparition de pathogènes zoonotiques et les menaces pour la santé publique telles que l’antibiorésistance.
Dans un contexte de rareté des ressources et des capacités au sein des sphères publiques et privées des Services vétérinaires, les partenariats Public-Privé (PPP) représentent une solution concrète et opportune pour évoluer dans cet environnement complexe et satisfaire les exigences de la société.

Paris, le 23 Mai 2017 — Les Services vétérinaires portent la responsabilité inédite de garantir la santé et la sécurité au niveau international. Ils jouent également un rôle important dans la réalisation, d’ici à 2030, de plusieurs des Objectifs de Développement Durable définis par les Nations unies (ODD). Au niveau national, les PPP peuvent accroître les capacités des secteurs public et privé en vue d’atteindre ces objectifs. Les exemples de partenariats « gagnant-gagnant » durables sont nombreux et surviennent quand les secteurs public et privé partagent des objectifs communs afin d’obtenir collectivement les résultats voulus.

Les bénéfices des PPP ont été présentés lors du Thème technique II de la 85e Session générale par le Dr Samuel Thevasagayam, Directeur adjoint pour le développement mondial de la Fondation Bill & Melinda Gates, qui mène également l’initiative de la Fondation pour l’élevage. En s’appuyant sur plusieurs exemples de PPP réussis en Afrique et en Asie, il a montré le potentiel de ces partenariats pour améliorer l’efficacité des Services vétérinaires et mieux satisfaire les besoins de la société actuelle.

Les PPP peuvent, par exemple, contribuer grandement à la mise en œuvre de programmes mondiaux pour lesquels les Services vétérinaires jouent un rôle de premier plan, tels que les programmes de prévention et de contrôle des maladies animales (peste des petits ruminants, fièvre aphteuse, influenza aviaire ou rage), la lutte contre l’antibiorésistance, ou encore pour faire respecter la législation vétérinaire.

Dans ce contexte, les Pays membres peuvent bénéficier du Processus PVS de l’OIE. Ce programme contribue, entre autres, à créer un environnement favorable qui encourage des collaborations performantes entre les secteurs privé et public et permettre d’atteindre des objectifs mutuels. Mais surtout, le Processus PVS aide les Services vétérinaires à intégrer les principes de bonne gouvernance dans leur fonctionnement et à améliorer leur conformité aux normes de l’OIE.

L’OIE et la Fondation Bill & Melinda Gates continueront de travailler ensemble afin d’inciter les Membres de l’OIE à identifier et constituer des partenariats, lorsque cela est pertinent, dans le but d’améliorer la qualité et l’universalité des Services vétérinaires, contribuer à la réalisation des ODD, et ce faisant forger un monde meilleur pour aujourd’hui et pour demain.



Les partenariats public-privé (PPP) constituent une approche collaborative par laquelle les secteurs public et privé partagent des ressources, des responsabilités et des risques afin d’atteindre des objectifs communs et de mutualiser des bénéfices de manière durable.
©OIE/I. Zezima


Pour appuyer les conclusions issues du Thème technique, une Résolution sera proposée au vote de l’Assemblée mondiale des Délégués OIE ce vendredi.

 

 


Suivez les discussions de la 85e Session générale de l’OIE sur les réseaux sociaux : #OIE85SG (Twitter / Facebook / Photos / Vidéos)

Complément d’information pour la presse ici: Séances ouvertes à la presse, Accréditation presse (obligatoire), Programme complet de la semaine.

Contact: media@oie.int / 06 16 46 28 90

Haut