Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Deuxième Conférence mondiale des 227 Laboratoires de référence et centres Collaborateurs de l’OIE

Echanger et diffuser l’information scientifique en temps réel est essentiel pour prévenir et contrôler les maladies dans le monde



Paris, 23 juin 2010 – L’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) s’est vu confier par ses 176 Pays Membres le mandat de collecter, analyser et diffuser les méthodes de prévention et de lutte contre les maladies animales, y compris celles transmissibles à l’homme, tout en informant la communauté internationale de la situation en temps réel de ces maladies dans le monde.

Le respect de ce mandat repose en grande partie sur le travail du réseau mondial des 227 Laboratoires de référence et centres Collaborateurs de l’OIE dont les représentants se sont tous réunis à Paris du 21 au 23 juin au siège de l’OIE.

« L’OIE encourage fortement la mise en réseaux des connaissances entre les experts de ses laboratoires de référence car cela accélèrera l’amélioration de la santé animale mondiale» a dit le Dr Bernard Vallat, Directeur général de l’OIE.

Cette conférence a constitué un événement important pour la science vétérinaire. Elle a contribué à renforcer l’excellence du réseau scientifique vétérinaire mondial en favorisant l’échange d’information entre les experts et la mise en réseau de leurs travaux. Elle a convaincu tous les experts concernés de la nécessité d’améliorer la transparence de leurs travaux et de leurs résultats notamment dans le domaine des diagnostics positifs concernant les maladies prioritaires listées par l’OIE ou les maladies émergentes. Elle a aussi contribué à améliorer les méthodes des diagnostics des maladies, étape essentielle dans le processus de surveillance.

Un des objectifs de cette Conférence était enfin de convaincre les experts venus des pays riches d’apporter un appui aux laboratoires des pays pauvres en ayant notamment recours au programme de Jumelages de l’OIE s’appliquant entre les laboratoires de référence déjà reconnus et des laboratoires candidats à ce statut dans d’autres pays qui en sont dépourvus.

Ce programme de jumelages contribue aussi à conforter la communauté scientifique vétérinaire mondiale afin que tous les pays du monde luttent contre les maladies à armes égales et participent tous ensemble à la préparation et à l’adoption des normes de l’OIE. Il concerne déjà plus de 30 laboratoires et centres collaborateurs dans le monde.

Haut