Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Renforcement de l'épidémiosurveillance des maladies animales au Moyen-Orient

Du 20 au 24 mars 2000 s'est tenu à Beyrouth (Liban) un atelier sur l'épidémiosurveillance des maladies animales organisé par l'Office international des épizooties (OIE) et le Gouvernement du Liban, avec le soutien du Ministère de l’agriculture et de la pêche de la République française.

Cet Atelier a été le fruit d'un effort conjoint des Autorités libanaises, de l'Office international des épizooties et du Ministère français de l’agriculture et de la pêche, ainsi que d'une étroite collaboration avec plusieurs autres institutions intéressées par la santé animale dans la région. Il s'inscrivait très exactement dans le cadre des actions de renforcement de la collaboration avec les Services vétérinaires nationaux et de formation aux méthodes de surveillance épidémiologique préconisées par le second Groupe de planification stratégique de l'OIE. Il a réuni les vétérinaires responsables de la surveillance des maladies animales en Arabie Saoudite, au Bahreïn, à Chypre, en Egypte, dans les Emirats arabes unis, en Jordanie, au Koweït, au Liban, en Libye, au Soudan, en Syrie et au Yémen.

L’épidémiosurveillance des maladies animales a pris encore plus d’importance ces dernières années en raison des conséquences sanitaires susceptibles de résulter de la libéralisation du commerce international, ainsi que des dispositions de l'Accord sur l'application des mesures sanitaires et phytosanitaires, signé dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce, en ce qui concerne la reconnaissance des pays et territoires indemnes de maladies animales.

L’existence d’une Représentation régionale de l’OIE, établie en 1999 à Beyrouth grâce à la généreuse contribution du Gouvernement libanais et placée sous la direction du Docteur Ghazi Yehya, était l’occasion toute indiquée pour répondre au souhait exprimé par le Comité international de l’OIE d’organiser des cours et séminaires sur les systèmes modernes de surveillance épidémiologique et sur les normes concernant cette surveillance dans la région du Moyen-Orient.

L'encadrement de l’Atelier a été assuré par les spécialistes du Bureau central de l'OIE, de la Direction générale de l’alimentation du Ministère français de l’agriculture et de la pêche, de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) de Maisons-Alfort (France) et du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement - Département d'élevage et de médecine vétérinaire (CIRAD-EMVT) de Montpellier (France).

Le programme de l’Atelier comprenait des exposés théoriques et des travaux pratiques. Les principaux sujets abordés concernaient :

  • La situation zoosanitaire et les systèmes de surveillance dans les pays de la région ;
  • Le rôle de l’épidémiosurveillance dans le contexte des accords relatifs au commerce international ;
  • Les concepts généraux de l’épidémiosurveillance ;
  • Les protocoles de surveillance et la mise en place des réseaux dans la pratique ;
  • La gestion, le traitement et l’interprétation des données ;
  • Les réseaux relatifs à la brucellose, la peste bovine, la fièvre aphteuse et l’encéphalopathie spongiforme bovine en France ;
  • L’épidémiosurveillance et les mouvements d’animaux en Europe et entre l’Europe et d’autres pays.

L'Office international des épizooties recommande de renforcer la coopération au Moyen-Orient, dans le but de mettre en place un véritable réseau régional de surveillance des maladies du bétail. L'existence et la fiabilité d'un tel réseau comptent aujourd'hui parmi les principales conditions requises pour que les pays de la région soient dotés des outils méthodologiques nécessaires à la reconnaissance par l'OIE de leur statut indemne de peste bovine et d’autres maladies infectieuses importantes.

Haut