Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

La 15ème Conférence de la Commission régionale de l'OIE pour l'Afrique

Les chefs des Services vétérinaires d'Afrique, ainsi que de nombreux donateurs et organisations internationales ont dressé un bilan complet de la situation zoosanitaire dans cette région, où persistent à l’état endémique les maladies animales et les zoonoses les plus redoutables.

Deux sujets ont fait l'objet d'une attention toute particulière :

1. L'importance du contrôle des mouvements de bétail et de leur identification pour la prophylaxie des maladies animales et la facilitation des échanges

L’identification et la gestion des mouvements de bétail jouent un rôle essentiel dans la prophylaxie des maladies animales et l’accès des Pays Membres aux échanges commerciaux des animaux et des produits d’origine animale. Des normes internationales ont été établies en vertu de l’Accord SPS de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). L’OIE est mandatée par l’OMC pour l’établissement des normes relatives au commerce du bétail et des produits dérivés. Leur mise en œuvre constitue un défi majeur pour la plupart des pays africains qui disposent de Services vétérinaires aux ressources et aux capacités limitées. L’appui de la communauté internationale est indispensable pour résoudre ces questions, notamment en application de la Déclaration de Doha.

2. Le rôle de la prévention des maladies animales dans les stratégies de réduction de la pauvreté et de sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne

La prévention des maladies animales constitue un facteur clef dans les politiques de réduction de la pauvreté, de sécurité alimentaire, de qualité sanitaire des aliments et d’accès aux marchés régionaux et internationaux.

L’importance des programmes de prévention des maladies animales justifient des investissements nationaux et internationaux de grande ampleur compte tenu de la situation sanitaire défavorable de la région Afrique et des bénéfices économiques et sociaux qui en résulteraient.

Le partenariat pour le développement de l’élevage en Afrique initié par la Banque mondiale (le Programme ALIVE) comportera de ce fait une composante sanitaire significative dont les modalités doivent être discutées avec la Commission et la Représentation régionales de l’OIE pour l’Afrique, ainsi qu’avec le Directeur général de l’OIE, le Dr. Bernard Vallat.

Les Recommandations faites à l'issue de cette Conférence permettront de renforcer la coopération entre états africains et de prendre en Afrique des mesures concrètes pour mieux lutter contre les maladies animales, protéger la santé publique et mieux accéder aux marchés régionaux et internationaux d’animaux et de produits d’origine animale, tout en protégeant de tout danger les autres pays du monde qui se sont débarrassés de ces maladies.

La 16e Conférence régionale de l'OIE pour l'Afrique aura lieu au Soudan, au mois de février 2005.

Haut