Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Le 29e Congrès mondial vétérinaire invite les vétérinaires à intensifier leur action

Vancouver, Canada 31 juillet 2008 - Près de 3 000 personnes ont assisté au 29 e Congrès mondial vétérinaire, qui s’est tenu à Vancouver (Canada) du 27 au 31 juillet 2008 . Des experts de renommée internationale dans les domaines de la production animale, de la santé animale et du bien-être des animaux étaient réunis, ainsi que des vétérinaires praticiens exerçant en milieu rural ou urbain, des représentants des Services vétérinaires officiels et des facultés de médecine vétérinaire et des étudiants vétérinaires, venus du monde entier.

Placées sous le thème fédérateur de « La diversité de la profession vétérinaire », les cinq journées d’intenses discussions ont plus particulièrement porté sur le nouveau concept de One World, One Health (« Un monde, une seule santé »). À travers les objectifs de contrôle et d’éradication des maladies animales infectieuses (y compris celles transmissibles à l’homme), les vétérinaires exercent une action dont l’effet bénéfique va au-delà des frontières et des générations, ce qui confère à cette profession une dimension de bien public mondial.

Étant donné que 75 % des maladies animales émergentes sont potentiellement transmissibles à l’homme, il est devenu impératif d’aborder le concept de santé selon une perspective plus large et affranchie de la traditionnelle segmentation des différentes disciplines scientifiques.

« Dans notre monde globalisé, nous avons besoin d’une stratégie mondiale pour gérer les risques de plus en plus nombreux qui se trouvent à l’interface entre l’homme et l’animal ; à cet égard, la profession vétérinaire joue un rôle crucial », a déclaré le Docteur Bernard Vallat , Directeur général de l’OIE, lors de son allocution aux congressistes en tant que premier orateur.

Commentant ensuite l’impératif pour les pays du monde entier de se doter d’une législation appropriée en matière de santé animale, le Docteur Vallat a ajouté : « Le moment est venu de mettre en place de nouveaux modes de gouvernance de la santé animale au niveau mondial et national, fondés notamment sur des alliances entre secteurs public et privé et sur une coopération avec les organismes de santé publique, afin d'être plus efficaces dans la prévention et le contrôle des maladies animales et des zoonoses ».

Mais c’est en amont, par la qualité de l’enseignement de la médecine vétérinaire, que seront aussi posées les fondations d’une bonne gouvernance de la santé animale nationale, en phase avec une coordination efficace au niveau international. Or, près d’une centaine de pays dans le monde sont des pays pauvres où l’enseignement de la médecine vétérinaire n’est pas à la hauteur des principaux besoins ni des rapides mutations dans ce domaine.

Les participants ont unanimement reconnu la nécessité d’améliorer et d’harmoniser rapidement les programmes d’enseignement de la médecine vétérinaire dans le monde, et proposé que les gouvernements nationaux ainsi que les donateurs donnent la priorité aux investissements permettant de former et de recruter ces « nouveaux vétérinaires » dont l’action est devenue indispensable, y compris dans le secteur public.

« L’OIE considère que l’harmonisation et la qualité des cursus vétérinaires sont des conditions essentielles pour assurer la compétence des systèmes nationaux de santé animale. L’OIE a donc pris l’initiative d’organiser une conférence internationale à l’intention des doyens des facultés vétérinaires du monde entier, qui se tiendra l’année prochaine au siège de l’OIE, afin de lancer la réflexion sur la mise en place d’un socle harmonisé de connaissances en médecine vétérinaire et d’obtenir l’adhésion de la communauté universitaire et des décideurs nationaux à ce processus », a ajouté le Docteur Vallat.

Première édition du Prix de la Journée vétérinaire mondiale

Le premier Prix de la Journée vétérinaire mondiale a été décerné durant le Congrès à l’Association vétérinaire kenyane (KVA), représentée par son Président, le Docteur Christopher Wanga.

Le Prix de la Journée vétérinaire mondiale a été créé par l’Association mondiale vétérinaire (AMV) et l’OIE afin de récompenser chaque année la meilleure manifestation de célébration du rôle bénéfique de la profession vétérinaire, organisée par une association vétérinaire nationale, seule ou en collaboration avec un autre organisme vétérinaire.

Célébrée chaque année le dernier samedi du mois d’avril, la Journée vétérinaire mondiale offre aux vétérinaires du monde entier l’occasion de souligner et d’illustrer les différentes fonctions de leur profession dans leur pays, ainsi que les enjeux majeurs qui se présentent à eux.

Lors de la cérémonie officielle de remise du prix, le Professeur Leon Russell, Président de l’Association mondiale vétérinaire (WVA) a félicité l’Association vétérinaire kenyane (KVA) pour la qualité de sa célébration de la diversité de la profession vétérinaire, ainsi que pour son excellente couverture de sujets tels que les aspects réglementaires de la profession vétérinaire, l’exercice en milieu rural et urbain, la faune sauvage, la sécurité sanitaire des aliments, la sécurité sanitaire des aliments, la sécurité alimentaire, la santé animale et le bien-être des animaux. « Le Prix de la Journée vétérinaire mondiale est une occasion unique de promouvoir et d’illustrer le rôle fondamental joué par les vétérinaires ; nul doute que le rayonnement mondial de cet évènement ne cessera de s’intensifier dans les années à venir », a-t-il ajouté.

Juillet 2008

Haut