Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

L’importance de la santé animale pour la sécurité sanitaire mondiale

Vendredi 26 septembre, le Docteur Vallat, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), a présenté une allocution devant des décideurs internationaux au cours de la 4ème réunion pour le programme de sécurité sanitaire mondiale (GHSA), qui s’est tenue à Washington DC en présence du président des États-Unis d’Amérique, Barack Obama et des représentants des gouvernements de plus de 40 pays. Le Docteur Vallat a souligné dans son discours les perspectives en matière de santé animale et leur interdépendance incontournable avec la santé humaine dans le monde. Il a rappelé la contribution fondamentale de l’OIE à l’accélération des progrès enregistrés contre toutes les menaces sanitaires mondiales, sachant que la prévention des maladies à leur source animale est l’une des clés de la protection de la santé humaine.

Le programme de sécurité sanitaire mondiale (GHSA) est un effort commun des États-Unis d’Amérique, de nombreuses autres nations, y compris de la Chine et de l’Inde, ainsi que d’organisations internationales dont l’OMS, l’OIE et la FAO, en vue d’accélérer la progression vers un monde plus sûr, protégé des menaces des maladies infectieuses, et de promouvoir la sécurité sanitaire mondiale en tant que priorité internationale. L’OIE a contribué à cet effort depuis le lancement de cette initiative en avril 2014, au siège de l’OMS.

« Les agents pathogènes d’origine animale constituent une menace mondiale importante pour la santé humaine et animale, la sécurité alimentaire, la sécurité sanitaire des aliments, le recul de la pauvreté et la biodiversité », a souligné le Directeur général de l’OIE. « L’évolution des agents pathogènes nouveaux et ré-émergents est la conséquence d’une multitude de facteurs qui, associés au risque d’actes délibérés, doivent nécessairement faire l’objet d’une stratégie mondiale bien coordonnée et constituée de volets multiples.  

C’est pourquoi l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), qui est l’organisme intergouvernemental de référence pour l’élaboration des normes en matière de santé animale, et qui se charge des alertes sanitaires précoces et de la surveillance des maladies animales a vocation à participer sans réserve au programme GHSA.  

Grâce à son réseau mondial, l’OIE coordonne avec succès depuis 90 ans la lutte internationale contre les maladies animales. C’est notre travail au quotidien, notre passion et une responsabilité partagée croissante reconnue comme un bien public mondial. 

L’OIE est en mesure d’offrir cinq plate-formes uniques essentielles, disponibles pour contribuer au succès du programme GHSA.

  • En tout premier lieu, l’OIE élabore des normes internationales sur la prévention et le contrôle des maladies et sur la qualité des systèmes nationaux de santé animale car la bonne gouvernance est un facteur crucial pour la lutte contre les maladies animales et les zoonoses.
  • En second lieu, l’OIE aide ses 180 Pays Membres à évaluer et améliorer leur conformité à ces normes internationales. La procédure PVS de l'OIE, qui vise à améliorer les performances des Services vétérinaires, propose des expertises indépendantes permettant aux pays d’identifier et de gérer les points faibles de leurs Services vétérinaires, en y incluant l’enseignement vétérinaire et les partenariats public-privé, dans le but de prévenir, déceler et prendre en charge les menaces sanitaires à leur source animale.
  • En troisième lieu, l’OIE et l’OMS ont co-publié un guide pour aider leurs Pays Membres à respecter au mieux les réglementations internationales de santé de l'OMS (RSI) et les normes de l'OIE sur la qualité des Services vétérinaires. Les ateliers nationaux communs de l’OMS et de l’OIE facilitent la coopération entre les services de santé publique et de santé animale et améliorent leur programmation stratégique.
  • Le quatrième point à souligner est que le Système mondial d’information zoosanitaire WAHIS de l’OIE est l’outil le plus complet pour assurer la détection précoce, le suivi et la déclaration en toute transparence des maladies animales et des zoonoses. Ce lien mondial en temps réel garantit une communication précoce sur les événements sanitaires, assurant ainsi la rapidité de la riposte.
  • Enfin, le réseau mondial des 296 Laboratoires de référence et Centres collaborateurs de l'OIE, qui s’ajoute à plus de 1 300 Points Focaux nationaux, constitue un système permanent d’informations scientifiques et de riposte mondiale aux urgences sanitaires. », a expliqué le Docteur Vallat.

« En résumé », a souligné le Docteur Vallat, « l’OIE est l’épine dorsale de la lutte mondiale contre les maladies animales. L’organisation a établi des plate-formes et mis en place des équipes interconnectées prêtes à soutenir les objectifs du programme GHSA. L’Ebola, les influenza et l’infection par le virus West Nile ont tous émergé initialement dans des pays en développement qui n’avaient pas la capacité à mettre en œuvre les normes de l’OIE pour détecter, prévenir et prendre en charge ces maladies d’origine animale. » Un soutien adapté et une implication sans faille permettent de démultiplier l’efficacité des systèmes d’alerte et de surveillance appliqués aux maladies animales.»

Le Docteur Vallat a également précisé que l’OIE et ses réseaux étaient prêts à s’impliquer pour contribuer non seulement à atteindre l’objectif immédiat visant à améliorer la prévention et le contrôle des maladies zoonotiques, mais aussi à résoudre des questions de plus longue haleine telles que le développement de vaccins et d’alternatives à l’utilisation des antimicrobiens chez les animaux.

Aider les pays en développement à appliquer les normes intergouvernementales sur la qualité et l’efficacité des systèmes nationaux de santé publique et animales est un investissement gagnant-gagnant au bénéfice de la communauté mondiale, a conclu le Docteur Vallat.

Parce que protéger les animaux, c’est préserver notre avenir.

Haut