Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

L’Institut Pasteur et l’Organisation mondiale de la santé animale signent leur premier accord de collaboration

Dans le cadre du concept « Une seule santé », visant notamment la protection de la santé publique et de la santé animale par des politiques de prévention et de contrôle des pathogènes à l’interface homme/animal/environnement, l’accord de collaboration que viennent de signer l’Institut Pasteur et l’Organisation mondiale de la santé animale a pour ambition de renforcer la coopération dans ce domaine entre les deux organisations.


©OIE/MDM
Le Dr Bernard Vallat, Directeur général de l’OIE (à droite sur la photo), et le Professeur Christian Bréchot, Directeur général de l’Institut Pasteur, ont signé l’Accord de coopération entre les deux organisations.

Paris, le 29 septembre 2015 – Le 22 septembre, au siège de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) à Paris, le Dr Bernard Vallat, Directeur général de l’OIE, et le Professeur Christian Bréchot, Directeur général de l’Institut Pasteur (IP), ont signé un accord pour renforcer leur coopération dans les domaines de la recherche, de la formation, de la surveillance et du contrôle des maladies animales, y compris les zoonoses, dans l’esprit du concept « Une seule santé ».

Cet accord vise à faciliter notamment la création de centres collaborateurs et laboratoires de référence dans le monde en s’appuyant sur le Réseau International des Instituts Pasteur (RIIP)  présent dans 32 pays.

L’Accord traite également d’autres sujets critiques pour la santé publique, à savoir la surveillance et le contrôle de la Fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHF) et de la Fièvre de la Vallée du Rift (RVF), pour lesquels existe déjà une collaboration entre l’OIE et l’IP grâce aux deux Laboratoires de référence du réseau de l’IP consacrés à ces zoonoses et reconnus par l’OIE.

La participation des deux organisations à des conférences mondiales d’intérêt commun permettra un travail renforcé sur de nombreuses thématiques, telles que la génomique des pathogènes ou la réduction des menaces biologiques, sujet qui a fait l’objet de la Conférence mondiale de l’OIE en juillet 2015, ou l’éradication de la  rage, thème de la prochaine Conférence mondiale organisée par l’OIE et l’OMS en collaboration avec la FAO et avec le soutien de GARC à Genève (Suisse) le 10 et 11 décembre 2015.


Haut