Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Conférence mondiale de l'OIE sur les programmes de santé destinés aux animaux aquatiques

Leur impact sur la sécurité alimentaire mondiale

Panama, le 30 juin 2011 - La Conférence mondiale de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) sur les programmes de santé destinés aux animaux aquatiques a démontré la contribution importante à la sécurité alimentaire mondiale des politiques et programmes sanitaires couvrant les animaux aquatiques, ainsi que des normes et lignes directrices de l'OIE.

À propos de cet événement, le Docteur Bernard Vallat, Directeur général de l’OIE, a déclaré : « La demande mondiale en protéines animales est en augmentation constante et nous devons parvenir à des solutions durables. Les protéines issues de l'aquaculture représentent l'une des solutions possibles pour nourrir la planète. Les foyers de maladies touchant les animaux aquatiques peuvent cependant induire des pertes catastrophiques, d’autant que la législation et les ressources humaines et financières de la plupart des pays en développement ou en transition restent inadaptées pour la prévention de ces pertes. C'est pourquoi nous devons déployer des efforts importants pour améliorer les politiques et les programmes couvrant la prévention et le contrôle des maladies des animaux aquatiques et pour convaincre la communauté internationale de mieux soutenir les programmes de coopération. »

Cet événement a permis d'aborder plusieurs questions clés, à savoir :

  • l’information détaillée sur les normes de l'OIE relatives aux méthodes de contrôle et à la surveillance des maladies, aux tests de diagnostic et aux approches visant à garantir la sécurité sanitaire du commerce international des animaux aquatiques vivants et celle de leurs produits, grâce à une certification délivrée sous la responsabilité des gouvernements ;
  • la sensibilisation aux normes et recommandations de l'OIE sur l'utilisation des produits vétérinaires chez les animaux aquatiques, notamment des antimicrobiens ;
  •  la nécessité d'améliorer l'enseignement sur la santé des animaux aquatiques, dispensé aux vétérinaires et aux autres professionnels chargés de ce secteur, notamment en matière de surveillance, de contrôle et de notification des maladies ;
  • la réflexion sur les questions et les outils nécessaires pour renforcer la bonne gouvernance dans le secteur de la production des animaux aquatiques.


Les participants ont également identifié les étapes pratiques visant à gérer les risques liés à l'aquaculture pour la santé publique, notamment la sécurité sanitaire des aliments et pour l’environnement.

La Conférence a également discuté des approches pratiques permettant aux pays, notamment aux pays en développement, de mobiliser les gouvernements et les bailleurs de fonds pour améliorer les programmes de contrôle des maladies par un renforcement des Services Vétérinaires et des autres autorités compétentes et, pour respecter les normes de l'OIE sur la bonne gouvernance, la prévention et le contrôle des maladies ainsi que les bonnes pratiques de production.

Tenue à Panama du 28 au 30 juin 2011, la Conférence a servi notamment à soutenir les efforts de l'OIE et de ses partenaires pour promouvoir la détection précoce et la réponse rapide aux foyers de maladies des animaux aquatiques, en incluant le rôle et les responsabilités à la fois du secteur public et du secteur privé, y compris des éleveurs, des vétérinaires et des autres acteurs concernés. Les intervenants émanaient des Services vétérinaires nationaux et de différentes autres autorités compétentes, des organisations internationales et comptaient également des experts et des scientifiques indépendants spécialisés dans la santé des animaux aquatiques.

L'OIE remercie le gouvernement de la République du Panama, et plus particulièrement le Ministère du développement agricole, le Ministère de la santé, l'Autorité nationale chargée de la sécurité sanitaire des aliments et la Direction des ressources aquatiques.

L'OIE remercie également la Commission européenne, l’OIRSA (Organisation internationale régionale phytosanitaire et zoosanitaire), l’OSPESCA (Organisation centro-américaine pour la pêche et l'aquaculture), les bailleurs de fonds privés, les intervenants et tous les participants qui ont contribué au succès de cette rencontre.

Voir le webcasting

Haut