Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Le groupe de travail de l'OIE pour les maladies des animaux sauvages assure un suivi continu des maladies infectieuses des animaux sauvages à l'échelle mondiale en vue d'informer les Pays Membres de l'OIE de l'évolution de la situation.

Le groupe de travail de l'OIE pour les maladies des animaux sauvages assure un suivi continu des maladies infectieuses des animaux sauvages à l'échelle mondiale en vue d'informer les Pays Membres de l'OIE de l'évolution de la situation. Ce Groupe s'est réuni à Paris, au siège de l'OIE, du 14 au 16 février 2005, afin de présenter son rapport concernant les maladies des animaux sauvages au cours de l'année 2004. Voici quelques-uns des principaux événements liés aux maladies des animaux sauvages survenus en 2004 :

1. Influenza aviaire chez les oiseaux sauvages

Dans le cadre de l'épidémie actuelle d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) qui touche le Sud-Est asiatique, des cas d'oiseaux sauvages infectés par la souche pathogène H5N1 du virus ont été notifiés de façon ponctuelle. Si l'infection des oiseaux sauvages par un large éventail de souches faiblement pathogènes du virus de l'influenza aviaire (IA), sans développement de la maladie, est fréquente, il existe à ce jour peu de preuves d'infection significative des oiseaux sauvages du Sud-Est asiatique par la/les souches/s du virus de l'IAHP. L'implication possible des oiseaux sauvages migrateurs dans la propagation de l'influenza aviaire hautement pathogène est actuellement en cours d'étude et d'analyse. Le Groupe de travail recommande fermement un renforcement de la surveillance des oiseaux sauvages au regard de l'influenza aviaire afin de mieux appréhender l'épidémiologie de l'IA au sein des populations d'oiseaux sauvages du Sud-Est asiatique et du monde entier.

2. Fièvre charbonneuse en Afrique de l'Est

En 2004, des milliers d'animaux sauvages sont morts de la fièvre charbonneuse qui a touché sept pays d'Afrique, victimes d'infections communes à plusieurs espèces et, dans certaines régions, d'une infection du cheptel domestique. Certains cas de mortalité ont également été rapportés chez des personnes ayant consommé ou manipulé des carcasses d'animaux infectés. La fièvre charbonneuse est reconnue comme endémique dans la plupart de ces zones, mais ces foyers constituent des pics par rapport aux schémas prévisionnels d'apparition de la maladie.

3. Peste porcine classique en Europe centrale et orientale

Durant la dernière décennie, le programme multinational de contrôle de la peste porcine du sanglier en Europe a mis en évidence les effets positifs de l'épidémiosurveillance et des mesures de prophylaxie mises en œuvre dans le cadre d'une collaboration internationale. L'efficacité de ce programme tient à la mise en commun d'informations en temps utile et dans la plus totale transparence grâce à un système unique de gestion des données et à la coordination des mesures de contrôle de la maladie. Désormais, la maladie est sur le point d'être éradiquée au sein de la population de sangliers dans une bonne partie de l'Europe occidentale.

Le Groupe de travail a également débattu des grands axes de recommandations de l'OIE en vue d'améliorer l'épidémiosurveillance, la détection et la notification des maladies des animaux sauvages ainsi que l'état de préparation aux incursions transfrontalières d'épizooties. L'OIE prévoit en outre d'assurer la participation active du Groupe au sein d'un nouveau Groupe ad hoc en charge des zoonoses émergentes.
À ce titre, la collaboration accrue, en matière d'organisation, entre l'OIE, l'OMS et la FAO a été saluée et encouragée par le Groupe de travail.

Haut