Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

L’Assemblée mondiale des Délégués de l’OIE a adopté les premières normes internationales sur le bien-être animal dans le domaine des systèmes de production animale

Paris, 24 mai 2012 – Lors de la 80e Session Générale de l’Organisation, les Délégués de l’OIE ont adopté de nouveaux principes directeurs génériques sur le bien-être animal dans le domaine des systèmes de production animale ainsi qu’un nouveau chapitre sur le bien-être des bovins de boucherie.

« En 2011, les Délégués de l’OIE n’étaient pas parvenus à un consensus sur un texte relatif au bien-être animal des poulets de chair. Le consensus trouvé cette année est donc une avancée majeure. C’est un évènement historique qui ouvre la voie à l’adoption de normes de bien-être animal pour d’autres espèces d’animaux d’élevage » a dit le Directeur général de l’OIE.

Les nouveaux textes adoptés fournissent notamment des critères et des indicateurs pour mesurer le bien-être des bovins de boucherie, la qualité nutritive des aliments, l’éclairage adéquat pour les bovins n’ayant pas accès à la lumière naturelle, les litières et de nombreux autres aspects sur les conditions d’élevage des bovins.

L’OIE a publié les premières normes internationales sur le bien-être animal en 2005, qui portaient sur le transport des animaux par voies terrestre, maritime et aérienne, l’abattage des animaux destinés à la consommation humaine, l’élimination des animaux à des fins de contrôle sanitaire et ensuite, sur le bien-être des animaux de laboratoires et le contrôle des populations de chiens errants.

D’autres décisions clés de l’Assemblée mondiale des Délégués cette semaine incluent de nouveaux textes sur l’utilisation responsable et prudente des antibiotiques chez les animaux destinés à la consommation.

La mise en œuvre de normes internationales sur les modalités d’utilisation d’additifs alimentaires dans les élevages, y compris les hormones et d’autres possibles promoteurs de croissance, est de la responsabilité de la Commission du Codex Alimentarius (CCA).  

Haut