Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Le Président de Mongolie et le Directeur général de l’OIE s’engagent à promouvoir la sauvegarde du pastoralisme

Le Directeur général de l’OIE, le Docteur Bernard Vallat a reçu, jeudi dernier, Son Excellence Monsieur Tsakhia Elbegdorj, Président de la République de Mongolie, dans le cadre de sa visite officielle en France. Cette rencontre a permis d’aborder différents enjeux liés au pastoralisme et à la santé animale dans ce pays qui œuvre activement à l’amélioration de sa situation sanitaire dans le but d’améliorer son économie rurale, mais aussi son commerce extérieur. L’OIE a réexprimé son engagement à soutenir l’amélioration durable des activités des Services vétérinaires mongols.

La sauvegarde du pastoralisme en Mongolie et dans le monde a également fait l’objet d’une attention particulière, permettant de convenir, d’ici la fin de l’année 2016, de l’organisation d’une Conférence de haut niveau sur ce sujet, sous le patronage du Président de la Mongolie et de l’OIE, avec l’appui scientifique de l’OIE.


Au premier plan: sur la gauche, Son Excellence Mr Tsakhia Elbegdorj, Président de la République de Mongolie et sur la droite, Dr Bernard Vallat, Directeur général de l'OIE.

Paris, le 20 novembre 2015 – La Mongolie est un très grand pays pastoral, dans lequel, ses communautés d’éleveurs traditionnels ont acquis un savoir-faire d’une complexité inestimable pour exploiter, grâce à leur cheptel, des terres et des ressources naturelles qui seraient autrement inutilisables.

« L’appui à la résilience des sociétés pastorales doit susciter une réaction coordonnée dans le monde. La disparition de ces communautés serait une catastrophe sociale, culturelle et environnementale » a souligné le Dr Vallat, Directeur général de l’OIE, lors de cette rencontre.

La subsistance de ce mode de vie est aujourd’hui menacée et les risques qui pèsent sur le futur du pastoralisme concernent plusieurs continents. Pour soutenir l’existence de ces communautés en milieu pastoral, dont le mode de vie et le savoir-faire font partie de l’héritage mondial de l’humanité, une prise en charge efficace de la santé animale est l’un des principaux défis à relever.

Les discussions fructueuses entre les Délégations respectives du Président de Mongolie et de l’OIE ont abouti à un accord pour l’organisation d’une Conférence de haut niveau sur le pastoralisme et les civilisations nomadiques, sous le haut patronage du Président de Mongolie et de l’OIE, associant tous les pays du monde qui hébergent des communautés pastorales.

Le contrôle des maladies animales en Mongolie, ainsi que dans les pays voisins est nécessaire non seulement pour la sauvegarde d’une activité séculaire, mais également pour la prospérité de l’économie et du commerce extérieur de ce pays. La fièvre aphteuse et la brucellose sont des exemples de maladies dont l’élimination permettrait d’importants bénéfices pour la sécurité alimentaire nationale, pour la santé publique et pour l’exportation d’animaux et de produits d’origine animale. La Mongolie est déjà engagée, avec le soutien de l’OIE, dans des programmes de contrôle de ces maladies et de l’amélioration de la gouvernance des Services vétérinaires nationaux, et vise, à terme, à être reconnue indemne de fièvre aphteuse par l’Assemblée mondiale de notre Organisation.

Que ce soit pour la protection du pastoralisme ou pour l’amélioration de la santé animale, le rôle que doivent jouer les Services vétérinaires est crucial. Ils doivent pouvoir bénéficier des ressources humaines et financières appropriées, d’une formation de qualité, de laboratoires de diagnostic performants, et disposer d’une législation nationale adéquate. Le Président de Mongolie a témoigné l’intérêt de son pays à se conformer aux normes intergouvernementales de qualité de l’OIE dans ces domaines et l’OIE s’engage à soutenir ses décisions.

La Mongolie a déjà bénéficié de plusieurs missions de l’OIE dans le cadre du Processus PVS d’amélioration des performances des Services vétérinaires, entre 2007 et 2015, des vaccins issus des banques régionales de vaccins de l’OIE contre la fièvre aphteuse, et a confirmé son souhait de continuer à respecter les normes intergouvernementales de l’OIE sur le contrôle des maladies et la qualité des Services vétérinaires. La Mongolie a également confirmé sa demande d’adhésion à la Sous-commission régionale « SEACFMD » de contrôle de la fièvre aphteuse.

De plus amples précisions sur le contenu de la Conférence de haut niveau sur le pastoralisme et les civilisations nomadiques seront prochainement disponibles sur le site de l’OIE.


Vidéo du Dr Bernard Vallat, Directeur général de l’OIE, au sujet de sa rencontre avec le Président de Mongolie (en anglais)

Liens utiles

Haut