Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Un monde libre de peste bovine: l’OIE a conduit avec succès la reconnaissance mondiale du statut indemne des pays

La Résolution 18/2011 reconnaît officiellement que la totalité des 198 pays du monde abritant des populations animales sensibles à la peste bovine sont indemnes de la maladie

Paris, le 27 mai 2011 – Les Délégués nationaux auprès de l’OIE ont utilisé la Procédure de l’OIE pour la reconnaissance des pays indemnes de peste bovine afin de mettre un point final à la reconnaissance d’une dernière poignée de pays, membres et non-membres, sur la base d'un contrôle strict de leur situation épidémiologique.

La Résolution 18/2011, reconnaissant officiellement que la totalité des 198 pays du monde abritant des populations animales sensibles à la peste bovine sont indemnes de la maladie, a été adoptée à l'unanimité.


Reconnaissance officielle du statut sanitaire des Membres 

Les Délégués ont également approuvé la nouvelle liste des pays et zones qui avaient demandé une reconnaissance officielle de leur statut par l'OIE au regard des autres maladies prioritaires: encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), fièvre aphteuse et péripneumonie contagieuse bovine  (PPCB).

En ce qui concerne l'ESB, l'OIE a reconnu au Danemark et au Panama le statut de “risque négligeable”, les deux pays étaient jusqu'à présent reconnus comme ayant un “statut de risque contrôlé au regard de l'ESB”.

Le Japon, le Botswana, les Philippines, l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Paraguay ont été reconnus comme  “indemnes de fièvre aphteuse, avec ou sans vaccination, pour la totalité ou une partie de leur territoire”.

Enfin, la Chine (République populaire de) a été reconnue comme indemne de PPCB.


Elaboration, révision et mise à jour continues des normes internationales en matière de santé animale, de sécurité alimentaire et de bien-être animal

Dans le cadre de ses travaux normatifs annuels, l'Assemblée a adopté ou mis à jour différents chapitres des Codes sanitaires pour les animaux terrestres et aquatiques de l'OIE, parmi lesquels :

  • La Procédure de reconnaissance pour les programmes officiels de lutte contre la fièvre aphteuse mis en œuvre par les pays membres ;
  • Intégration de certaines espèces sauvages dans les chapitres “maladies” du Code ; 
  • Le premier chapitre du Code traitant de la communication.

 
A la requête des pays membres de l'OIE, des problèmes clés en matière de santé et de bien-être animal ont été débattus en vue d'une future intégration au Code sanitaire pour les animaux terrestres de l'OIE :

  • Tous les chapitres sur les maladies des abeilles et ;
  • [Un premier chapitre sur le bien-être animal dans les systèmes de production de poulets de chair];
  • A également été abordé le chapitre consacré à la souche canine de la rage qui est à l'origine de la plupart des cas humains de la maladie, de manière à mieux prendre en considération les questions de santé publique dans le Code de l'OIE.

 

Examen global de la situation mondiale en matière de santé animale

La situation mondiale concernant 118 maladies des animaux terrestres ou aquatiques a été examinée en détail avec les Pays Membres de l'OIE au cours de la Session.

Des foyers de la fièvre aphteuse, de l'influenza aviaire, de la rage, des maladies des amphibiens et de la peste porcine africaine ont focalisé les discussions.


Eléments techniques

Deux éléments techniques portant sur des questions clés intéressant les spécialistes internationaux des maladies et du bien-être des animaux ont fait l'objet de débats au cours de cette Session:

  • La contribution des activités vétérinaires à la sécurité alimentaire à l'échelle mondiale pour les aliments provenant d'animaux terrestres.


L’étude a démontré que les vétérinaires jouent un rôle clé à tous les stades de la chaîne alimentaire, à savoir la production, la transformation, le transport et la distribution des produits d'origine animale, et apportent par conséquent une contribution majeure à la production animale et à la sécurité sanitaire des aliments au niveau mondial.

  • La mise en œuvre d'une stratégie mondiale de lutte contre la fièvre aphteuse.


Les discussions ont confirmé le soutien, par  les Délégués nationaux de l’OIE, au lancement rapide d’une stratégie globale de contrôle de la fièvre aphteuse.

Diverses résolutions ont été examinées et adoptées pour chercher des solutions  aux problèmes à résoudre.


L’OIE, la science et le renforcement des capacités

Les Délégués ont salué le jumelage Nord-Sud ou Sud-Sud d'environ 38 laboratoires dans le cadre du Programme de Jumelage de l'OIE. Ce Programme incite à l'échange de compétences et d'expérience entre Laboratoires de Référence et Centres Collaborateurs existants de l'OIE, et les laboratoires candidats dans les pays en transition ou en développement, avec pour objectif final de construire une communauté scientifique vétérinaire dans les pays en développement et en transition, l'avantage étant d'améliorer le diagnostic des maladies animales et la participation des Membres aux procédures de fixation des normes.

Les Délégués ont également accrédité 3 nouveaux Centres Collaborateurs et 11 nouveaux Laboratoires de Référence, ce qui porte le nombre de centres officiels d'excellence scientifiqe au sein du réseau mondial de l'OIE à 263.

En outre, conformément à l'engagement constant de l'OIE pour soutenir les Services Vétérinaires à se mettre en conformité avec les normes de qualité de l'OIE, 102 évaluations indépendantes du PVS (Evaluation des performances des services vétérinaires) effectuées par des experts accrédités par l'OIE ont été réalisées à ce jour ainsi que 37 missions d'analyse des écarts du PVS et 20 missions de soutien à la modernisation de la législation dans l'ensemble du monde.

D'autres événements notables ont marqué les travaux de l'Assemblée, parmi lesquels la nomination du gagnant du Prix de la Journée mondiale vétérinaire 2011 décerné au Myanmar pour sa célébration de la Journée mondiale vétérinaire sous the thème : “La rage”. Le prix sera remis lors du Congrès Mondial Vétérinaire qui se tiendra en Afrique du Sud en octobre 2011.

La Médaille d'Or de l'OIE a été décernée au Docteur Barry O'Neil de la Nouvelle-Zélande et Président sortant du Conseil de l’OIE.

Plusieurs accords de coopération visant à renforcer la collaboration sur les questions d'intérêt commun entre l’OIE et d’autres organisations internationales, régionales ou du secteur privé, ont été signés au cours de la Session.

Environ 600 personnes, représentant les pays membres de l'OIE ainsi que des organisations intergouvernementales (FAO, OMS, Banque mondiale, OMC, etc.), régionales et nationales ont participé à l'événement. Des autorités de haut rang, parmi lesquelles le Président de la République du Paraguay, ainsi que de nombreux Ministres de pays membres de l'OIE et dirigeants d’organisations internationales ont honoré l'Assemblée de leur présence.

Haut