Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

La plupart des pays éliminent aujourd'hui les foyers d'influenza aviaire lorsqu'ils apparaissent

Paris 21 mai 2007 - Depuis 2003, 59 pays ont déclaré des foyers d'influenza aviaire dus à la souche H5N1. Dans la plupart des cas, les Services vétérinaires nationaux sont parvenus à éradiquer rapidement ces foyers. Globalement, les pays ont amélioré leur gouvernance et mis en œuvre les mesures préventives recommandées par l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) .

«Au cours du premier semestre 2007, les pays ont déclaré moins de mortalité chez les oiseaux sauvages et les oiseaux migrateurs, ce qui pourrait indiquer que la maladie approche de la fin d'un cycle. Les élevages de volailles continuent en revanche d'être infectés dans certains pays, ce qui montre que la communauté internationale doit maintenir un niveau élevé de prévention et de contrôle de la maladie chez ces animaux», a déclaré le Docteur Bernard Vallat, Directeur général de l'OIE.

La maladie reste cependant endémique dans au moins trois pays (Indonésie, Nigeria et Égypte) et continue d'apparaître sporadiquement dans des pays antérieurement indemnes.

Ces événements fournissent l'occasion d'approfondir les problèmes complexes liés à la prise en charge de cette maladie.

Renforcer la gouvernance et la solidarité vétérinaire dans le monde : une stratégie plus valable que jamais

L'OIE s'efforce constamment d'appuyer des Services vétérinaires forts et crédibles en conformité avec les normes internationales de gouvernance et d'organisation, et se propose d'améliorer la capacité en matière de diagnostic et l'expertise scientifique nécessaires dans tous ses Pays Membres. Ces orientations resteront la clé du succès de la lutte contre l'influenza aviaire hautement pathogène et contre toute autre maladie émergente ou ré-émergente susceptible d'apparaître dans le futur.

Les Services vétérinaires sont au cœur du système de prévention et de contrôle de l'influenza aviaire hautement pathogène. Ils jouent un rôle majeur dans tous les pays, étant les garants de la santé animale et les premiers responsables des questions de santé publique associées aux maladies animales. Un seul pays défaillant expose l'ensemble du monde à des risques de contamination. La solidarité est donc une composante essentielle de la lutte contre l'influenza aviaire.

C'est pourquoi l'OIE a conçu l'outil PVS (Performance, Vision et Stratégie) pour identifier les besoins d'investissements dans les pays en développement, étape majeure pour la prévention et l'éradication de l'influenza aviaire dans le monde.

Compte tenu de l'attention que porte la communauté internationale à la situation mondiale actuelle de l'influenza aviaire hautement pathogène, les objectifs généraux prioritaires de l'OIE restent les suivants : incitation à la transparence pour le recueil, l'analyse et la diffusion des informations vétérinaires, et renforcement de la coordination et de la coopération internationale dans la lutte contre les maladies animales et les zoonoses.

La science et des lignes directrices consensuelles pour dénominateur commun

Les normes, lignes directrices et recommandations scientifiques diffusées par l'OIE grâce à son réseau mondial d'experts sont considérées comme la référence internationale en matière d'influenza aviaire hautement pathogène. L'OIE continue d'élaborer et de réviser ces normes, et d'approfondir les questions scientifiques et techniques relatives à la prévention, au contrôle et à l'éradication de cette maladie.

L'OIE réaffirme que la stratégie la plus efficace pour lutter directement contre l'influenza aviaire hautement pathogène chez les volailles repose sur les facteurs suivants : détection précoce et alerte immédiate, confirmation rapide des cas suspects, notification immédiate et transparente, réponse rapide (confinement, contrôle des déplacements des volailles, abattage sanitaire dans des conditions décentes et vaccination si nécessaire).

La vision à long terme que l'OIE partage avec la FAO est la réduction mondiale de la menace qui pèse chez les volailles d'élevage, ce qui permet d'assurer une prévention des contaminations humaines. La réalisation de cet objectif permettra de stabiliser la production de volailles et la sécurité alimentaire dans le monde, de faciliter l'accès au marché international ainsi que le commerce des volailles et des produits qui en sont issus, d'améliorer la santé publique, y compris la sécurité sanitaire des aliments, d'augmenter les revenus des populations rurales et de réduire la menace d'une pandémie humaine.

Haut