Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Vers un nouveau concept pour les chevaux « dont le niveau de santé et de performances est particulièrement élevé »

 Atelier régional pour l’Asie, l’Extrême-Orient et l’Océanie
Facilitation des déplacements des chevaux participant aux compétitions internationales
Hong Kong, Chine (18 - 20 février 2014)

L’Atelier régional pour l’Asie, l’Extrême-Orient et l’Océanie de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), consacré à la facilitation des déplacements des chevaux participant aux compétitions internationales, a été accueilli par le Hong Kong Jockey Club (HKJC) du 18 au 20 février 2014, avec le soutien de la Fédération Équestre Internationale (FEI) et en collaboration avec la Fédération internationale des autorités hippiques (IFHA). L’objectif de la conférence était d’identifier les possibilités d’harmonisation des réglementations actuelles sur les déplacements des chevaux de compétition participant aux événements internationaux. Dans ce cadre, l’application à certains chevaux du nouveau concept de «niveau supérieur de santé et de performances » a également été discutée.

20 février 2014 – Le secteur des sports équestres s’est considérablement développé depuis une dizaine d’années, avec des bénéfices socio-économiques importants pour les économies des pays, la filière équine et l’ensemble des acteurs concernés. À l’heure actuelle la région Asie, Extrême-Orient et Océanie bénéficie d’une filière équine importante mais elle est néanmoins confrontée à plusieurs défis qui font obstacle à la liberté et à la sécurité des déplacements internationaux des chevaux de compétition et au développement même de la filière. Parmi les obstacles qui ont pu être évalués, il faut citer notamment le manque d’harmonisation dans l'application des réglementations sanitaires et des mesures de quarantaine intergouvernementales, d’où des exigences excessives et irrégulières pour l'importation des chevaux, sans aucune répercussion positive sur la prévention et le contrôle des maladies des équidés.

Face à ces contraintes, l'OIE, en collaboration avec la FEI, l’IFHA et d'autres experts collaborent actuellement à l'élaboration du concept de « niveau supérieur de santé et de performances » appliqué à certains chevaux. Ce concept se fonde sur les normes existantes de l'OIE portant sur le zonage et la compartimentation, la biosécurité, l'identification et la traçabilité, ainsi que la certification sanitaire, décrites dans le Code sanitaire de l’OIE pour les animaux terrestres (titres 4 et 5). Ces textes seront adaptés pour s’appliquer à une population de chevaux présentant un statut sanitaire élevé.

Afin d’identifier la nature concrète des obstacles au transfert des chevaux de compétition, l'OIE a réuni des représentants des administrations de tous ses Pays Membres de la région qui ont la compétence en matière d’importation et d'exportation de chevaux ainsi que des représentants des fédérations équestres et des autorités hippiques de ces pays. L'examen des réglementations qui existent à l'importation dans la région Asie, Extrême-Orient et Océanie a clairement révélé leur diversité et a conduit à des propositions d'harmonisation des textes pour couvrir l’importation temporaire de chevaux dans le cadre des compétitions. L’établissement et le suivi, à l'intérieur des pays, d'une sous-population de chevaux présentant un niveau supérieur de santé et de performances ont été discutés.

L'importance cruciale des Services vétérinaires et la fiabilité de leur procédure de certification sanitaire en conformité avec les normes de l'OIE ont été mises en lumière. Le nouveau concept englobe par ailleurs une approche de partenariat public-privé en vertu de laquelle les organisations de la filière équine telles que la FEI et l’IFHA travaillent étroitement avec les Services vétérinaires. Ainsi, la FEI et l'OIE ont d’ores et déjà mis en place un plan triennal (2013-2016) en réponse à la demande croissante émanant des pays qui sollicitent une aide pour faciliter les déplacements transfrontaliers des chevaux de compétition de haut niveau, étant donné que la participation aux compétitions équestres n’a jamais été aussi forte dans le monde.

Cette collaboration entre l'OIE et les acteurs de la filière visant à assurer le maintien d'une sous-population spécifique de chevaux dotés d'un statut sanitaire élevé conduira in fine à la présentation, pour adoption, d'une nouvelle norme de l'OIE aux 178 Pays Membres de l’Organisation. Il s’ensuivra la publication de documents de base tels que les lignes directrices de l’OIE sur la biosécurité, applicables aux chevaux présentant un niveau supérieur de santé et de performances et aux événements équestres, ainsi que les lignes directrices sur les modalités d’établissement de zones indemnes de maladies des équidés, ce qui permettra d'ouvrir les compétitions à tous les pays.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du Docteur Ko Wing Man, Secrétaire pour l’alimentation et la santé du gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong, du Docteur Thomas Sit, Directeur des Services vétérinaires de Hong Kong, de Monsieur Winfried Engelbrecht-Bresges, Vice-Président de l’IFHA et Directeur exécutif du Hong Kong Jockey Club (HKJC), de Monsieur Ingmar de Vos, Secrétaire général de la FEI et du Docteur Bernard Vallat, Directeur général de l’OIE, accompagné de collaborateurs du siège et des bureaux régionaux de l’OIE.

« C’est un grand progrès que de pouvoir établir avec nos Pays Membres de toutes les régions du monde une nouvelle approche facilitant les déplacements internationaux de ces magnifiques chevaux participant aux compétitions internationales. L’OIE est heureuse de pouvoir contribuer à cet objectif. » a déclaré le Docteur Bernard Vallat.

 

Haut