Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Questions / réponses sur le coronavirus responsable du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) – Mise à jour août 2014

Qu’est-ce que le MERS-CoV ?

Le MERS-CoV est un coronavirus (CoV) qui provoque le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), une infection sévère des voies respiratoires touchant l’espèce humaine. Il a été identifié chez l’homme en avril 2012.

Des cas humains sporadiques de MERS sont survenus et continuent d’apparaître sur un large secteur géographique ; la plupart ont été rapportés dans la péninsule arabe. Des infections ont également été décelées sur une large distribution géographique chez des dromadaires et semblent très répandues dans certains pays. Certains cas humains de MERS semblent associés à une transmission zoonotique (transmission des animaux à l’homme). D’autres infections humaines sont en rapport avec des établissements de soins ou restent inexpliquées. Rien ne prouve l’existence d’une transmission durable d’homme à homme en dehors d’un milieu hospitalier mais les cas groupés survenus dans des établissements de soins ou chez plusieurs personnes d’un même foyer montrent que ce mode de contamination est possible.

À ce jour, trois modes de contamination ont été recensés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) :

  1. les infections extra-hospitalières (les sources d'exposition qui demeurent inconnues pourraient inclure des contacts directs ou indirects avec des animaux, notamment des dromadaires, ou encore un réservoir environnemental)
  2. les infections nosocomiales
  3. les infections acquises par contacts humains rapprochés (personnes d’un même foyer).


Le MERS-CoV et des anticorps dirigés contre ce virus ont été décelés dans des prélèvements provenant de dromadaires. À ce jour, le MERS-CoV a été isolé exclusivement chez des dromadaires et chez l’homme mais la relation exacte entre les infections dues au MERS-CoV chez l'homme et les animaux n'a pas été élucidée.

Que sont les coronavirus ?

Les coronavirus appartiennent à une famille de virus à ARN (acide ribonucléique). Leur nom a pour origine la présence, autour de l’enveloppe lipidique de la particule virale, d’une couronne caractéristique de spicules protéiques, visible au microscope électronique. Les infections à coronavirus sont fréquentes chez les animaux et chez l’homme, et les observations ont montré que ces virus étaient capables de franchir les barrières inter-espèces et de s’adapter à de nouveaux hôtes. Les coronavirus englobent une multitude d’espèces et de souches dotées de leurs propres caractéristiques. Ils provoquent toute une série de signes cliniques chez l’homme et dans différentes espèces animales, allant de manifestations bénignes à des maladies graves.

Le MERS-CoV est génétiquement et biologiquement distinct des autres coronavirus connus, notamment de celui qui provoque le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) chez l’homme.

En quoi le MERS-CoV est-il un sujet de préoccupation ?

Le MERS-CoV est considéré par l’OMS comme une menace grave pour la santé publique pour les raisons suivantes :

  1. l’infection peut provoquer une maladie sévère chez l’homme ;
  2. l’infection est largement répandue chez les dromadaires ;
  3. les coronavirus peuvent s’adapter à de nouveaux hôtes et être alors plus facilement transmissibles d’homme à homme.


C’est pourquoi il est important d’éviter l’introduction de ces virus dans la population humaine.

Quelle est la source du MERS-CoV ?

Il semblerait que le MERS-CoV ait une source animale. Les observations tendent à indiquer qu’il se soit adapté aux dromadaires et que ceux-ci constituent un hôte pour ce virus. Toutefois, les infections extra-hospitalières ne sont pas toutes associées à un contact animal préalable et le mode de contamination de ces personnes reste inconnu. Aussi, les recherches sur les cas humains d’infection à MERS-CoV devraient continuer d’inclure les données sur les sources potentielles d’exposition, à savoir les autres personnes, les camélidés (y compris certains produits non transformés qui en sont issus comme le lait cru, la viande crue et les sécrétions/excrétions), les animaux domestiques, les animaux sauvages, l'environnement, les aliments et l’eau.

L’OIE et ses partenaires — l’OMS, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et les autorités zoosanitaires nationales des pays concernés — suivent avec attention les enquêtes visant à mieux comprendre les aspects épidémiologiques de ce syndrome, notamment sa transmission et la relation possible entre infections humaines et infections animales.

Les animaux sont-ils responsables des cas d’infection humaine dus au MERS-CoV ?

Le MERS-CoV a été isolé chez des personnes et chez des dromadaires, et des études récentes tendent à indiquer que ces derniers constituent une source d’infection humaine. Cependant, la relation exacte entre les infections à MERS-CoV chez les dromadaires et chez l'homme demeure incertaine. Des recherches conduites conjointement par les autorités chargées de la santé publique et de la santé animale sont indispensables pour établir la source des infections humaines par le MERS-CoV en l’absence de transmission par une autre personne infectée.

Il n’est pas exclu que d’autres espèces animales soient impliquées dans la persistance et la transmission du MERS-CoV.

Que sait-on du MERS-CoV chez les dromadaires ?

Entre novembre 2013 et juillet 2014, le Qatar, Oman et le Koweit ont rempli leurs obligations vis-à-vis de l’OIE en signalant que le MERS-CoV avait été identifié chez des dromadaires.

D'autres études publiées ont indiqué que le MERS-CoV et du matériel génétique de ce virus avaient été identifiés chez des dromadaires dans des pays du Moyen-Orient et du Nord de l'Afrique ; des anticorps dirigés contre le MERS-CoV ou un virus très similaire ont également été décelés dans des prélèvements provenant d’animaux de cette espèce au Moyen-Orient et en Afrique. Des souches similaires de MERS-CoV ont été caractérisées dans des prélèvements effectués sur des dromadaires et des personnes de la même localité et, dans certains cas, une relation est apparue entre les infections humaines et les infections animales.

Les études sérologiques suggèrent que des anticorps dirigés contre le MERS-CoV ont été détectés avec une prévalence allant de 0 à 100% (variable au sein d’un même pays et d’un pays à l’autre) dans des populations de dromadaires de certains pays du Moyen-Orient et d'Afrique. Cette fourchette de prévalence indique la nécessité d’évaluer les facteurs de risque de contamination entre les élevages et à l’intérieur de ceux-ci.

Les infections à MERS-CoV ont parfois été associées à de légers signes respiratoires chez les dromadaires mais des recherches complémentaires sont nécessaires. Toute morbidité ou mortalité significative d’étiologie inconnue doit faire l’objet de recherches complémentaires.

La mise en évidence d’infections à MERS-CoV chez des dromadaires tend à indiquer une excrétion virale sur une période limitée. La possibilité de réinfection chez les animaux de cette espèce ne peut être exclue à ce stade car les processus immunitaires contre cette infection restent mal connus. Le MERS-CoV a été identifié chez des dromadaires porteurs d’anticorps contre le virus. Les implications de ces résultats requièrent des études complémentaires avant de formuler des recommandations de traitement et de prophylaxie.

Plusieurs types de recherches sont nécessaires pour étayer la compréhension du rôle potentiel des dromadaires (et d'autres animaux) dans l'épidémiologie du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, à savoir :

  • Études épidémiologiques comparatives dans tous les pays sur des populations significatives de dromadaires pour déterminer la prévalence, la distribution et les caractéristiques démographiques des infections à MERS-CoV dans cette espèce.
  • Études visant à caractériser les effets cliniques et anatomo-pathologiques du virus ainsi que les caractéristiques cinétiques de l’excrétion virale et de la réponse immunitaire chez des dromadaires porteurs d’infections expérimentales et naturelles.
  • Études destinées à déterminer les facteurs de risque et les sources potentielles de contamination des dromadaires et à identifier les relations entre les infections touchant ces animaux et les cas humains de MERS.
  • Études sur l’efficacité potentielle de mesures visant à réduire le risque pour la santé publique.
  • Analyses génétiques portant à la fois sur le MERS-CoV et sur des hôtes contaminés de différents secteurs géographiques afin de mieux cerner les caractéristiques du virus et de surveiller son évolution.
  • Réévaluation, chez les dromadaires et d'autres animaux, des tests de diagnostic utilisés pour la surveillance du MERS-CoV afin de confirmer la fiabilité des résultats dans ces espèces.

L’OIE, avec l’OMS et la FAO, rappelle l’importance de la collaboration entre le secteur de la santé publique et celui de la santé animale en vue de partager les données et de concevoir des études visant à améliorer la compréhension de l'épidémiologie globale du MERS.

Qu'en est-il des autres espèces animales ?

Bien que des virus génétiquement apparentés au MERS-CoV aient été détectés chez des espèces de chauves-souris dans différentes régions du monde et qu’un fragment de matériel génétique viral correspondant au MERS-CoV ait été mis en évidence sur une chauve-souris en Arabie saoudite, les données actuelles ne prouvent pas de lien direct entre ces espèces et le MERS-CoV chez l’homme. Des observations complémentaires seront nécessaires pour établir un lien direct entre le MERS-CoV et les chauves-souris ou d'autres espèces animales.

Selon la littérature publiée, la recherche d’anticorps dirigés contre le MERS-CoV s'est révélée négative chez d'autres espèces animales (ovins, caprins, bovins, buffles domestiques et oiseaux sauvages). Les résultats de ces travaux ne permettent cependant pas d’exclure l’infection dans différentes espèces animales car les échantillons étaient relativement petits. Les recherches sur les récepteurs ont indiqué que d’autres espèces animales pouvaient être des hôtes potentiels.

Dans les pays où le MERS-CoV est présent, les études destinées à rechercher le MERS-CoV chez des animaux sauvages et d’autres espèces domestiques devraient viser à déceler la possibilité de contamination d’autres hôtes.

Jusqu’à obtention d’informations complémentaires, il importe toutefois de n’exclure aucune hypothèse sur les sources d’exposition potentielles des cas rapportés chez l’homme et chez les dromadaires.

Comment rechercher, chez les dromadaires et les autres animaux, une infection par le MERS-CoV ou une exposition préalable à ce virus ?

Les tests sérologiques décèlent les anticorps produits par l’hôte contre le virus, mais non le virus lui-même. Selon le test utilisé, la présence d’anticorps peut indiquer une exposition préalable au MERS-CoV ou à un virus similaire. La neutralisation virale est le test le plus spécifique.

Les tests (moléculaires) d’amplification en chaîne par polymérase (PCR) permettent d’identifier le matériel génétique du virus. Le séquençage génomique total ou partiel du virus est la meilleure approche pour confirmer que le matériel génétique est celui d’un MERS-CoV. Les données génétiques fournissent également des informations importantes sur l’évolution du virus et sur le degré de parenté entre plusieurs souches de MER-CoV.

Il est essentiel d’évaluer la fiabilité des résultats des tests de détection du MERS-CoV lorsqu’ils sont utilisés dans différentes espèces animales et rapportés à l’OIE.

Des tests de diagnostic moléculaires et sérologiques spécifiques sont actuellement disponibles pour confirmer la présence du MERS-CoV. Les résultats positifs issus des tests de dépistage doivent faire l’objet d’une confirmation. La manipulation des prélèvements et les tests de laboratoire doivent se dérouler dans de bonnes conditions de gestion du risque.

Quelles sont les mesures à prendre lorsque la présence du MERS-CoV est confirmée chez un animal ?

Une infection à MERS-CoV chez un animal est confirmée par la détection, dans un prélèvement, du virus ou de matériel génétique appartenant au virus.

Les Pays Membres de l’OIE ont l’obligation de déclarer tout cas confirmé de MERS-CoV chez un animal au titre de « maladie émergente » à potentiel zoonotique, en application de l’article 1.1.3. du Code sanitaire de l’OIE pour les animaux terrestres. L’identification éventuelle du MERS-CoV chez un animal ne signifierait pas pour autant que ce dernier soit une source d’infection pour l’homme. Des enquêtes détaillées sont nécessaires pour appréhender le lien entre les cas recensés chez des animaux et chez l’homme et pour déterminer si une observation faite chez des animaux peut avoir une signification pour l’infection humaine.

Compte tenu de la situation actuelle, aucune donné n’est en faveur de mesures zoosanitaires spécifiques en cas de détection du MERS-CoV chez un animal ou dans un élevage. Si le MERS-CoV est ainsi identifié, des mesures de santé publique doivent être prises à titre de précaution afin de réduire le risque de contamination des personnes, conformément aux préconisations publiées par l’OMS sur son site Internet. L’OIE réévaluera régulièrement ses recommandations sur la base des informations scientifiques les plus récentes.

Existe-t-il un vaccin ou un traitement contre le MERS-CoV chez les animaux ?

Il n’existe actuellement aucun vaccin ni traitement contre le MERS-CoV chez les animaux. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour évaluer l’efficacité probable des mesures d’intervention.

Quelles sont les actions menées par l’OIE ?

L’OIE travaille étroitement avec ses partenaires, la FAO et l’OMS, pour centraliser et partager les données permettant de mieux comprendre la situation sanitaire chez les animaux et d’en évaluer les implications pour la santé animale et humaine.

L’OIE a consulté son Groupe ad hoc sur les infections à MERS-CoV chez les animaux et son Groupe ad hoc sur les maladies des camélidés afin de fournir un avis reposant sur les dernières informations scientifiques et de formuler des recommandations et des orientations dans le secteur de la santé animale, notamment sur les activités de recherche prioritaires.

L’OIE travaille aussi étroitement avec ses Pays Membres pour leur assurer un support technique et encourager la notification des cas de MERS-CoV décelés chez des animaux.

L’OIE élabore et publie des normes et lignes directrices internationales sur la prévention, le contrôle et la surveillance des maladies animales, et plus particulièrement des zoonoses (maladies animales transmissibles à l’homme). Ces normes scientifiques fournissent des orientations sur les moyens de lutte les plus efficaces à mettre en œuvre si nécessaire pour maîtriser une infection au niveau de la source animale identifiée.

Aux termes de l’Accord sanitaire et phytosanitaire de l’Organisation mondiale du commerce (Accord SPS), l’OIE est l’organisation de référence en matière de normes internationales sur la santé animale et les zoonoses. Les décisions relatives à la sécurité du commerce des animaux terrestres et des produits d’origine animale doivent être conformes aux normes, recommandations et lignes directrices du Code sanitaire de l’OIE pour les animaux terrestres.

Des informations complémentaires concernant les implications pour la santé publique sont accessibles sur le site internet de l'OMS.

Haut