Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

L'OIE étend son implication dans le domaine des biotechnologies en vue d'une utilisation mondiale en faveur de la santé et du bien-être des animaux

Paris, le 20 janvier 2008 – Vaccins recombinants, nanotechnologies ou métagénomique, ces termes qui appartiennent au domaine encore mal connu des biotechnologies feront probablement partie demain de notre vocabulaire courant.

« L'OIE entend apporter un soutien croissant aux biotechnologies dédiées à l'amélioration de la santé animale, tout en assurant l'innocuité de leur mise au point et de leur utilisation, dans le respect des exigences en matière de santé et de bien-être des animaux et conformément aux normes de l'OIE, adoptées démocratiquement par nos Membres », a déclaré le Docteur Bernard Vallat, Directeur général de l'OIE.

Prévenir les applications incontrôlées

Grâce à la contribution d'experts internationaux spécialisés dans les nombreuses facettes des biotechnologies, l'OIE développe ses activités en élaborant un nombre croissant de normes et de lignes directrices internationales qui seront de nature à favoriser une recherche scientifique de qualité, des analyses de risque méticuleuses et une coordination internationale de plus en plus efficace en ce domaine.

« Même si nous en sommes encore à une phase de recherche fondamentale sur de nombreux sujets, certains produits issus des biotechnologies sont déjà utilisés en vaccinologie vétérinaire notamment, et nous nous trouvons incontestablement dans la dernière ligne droite avant la généralisation de ces techniques » a expliqué le Docteur Paul-Pierre Pastoret, chef du Service des publications de l'OIE et expert en immunologie et vaccinologie.

Les préoccupations de la société relatives à la sécurité sanitaire des aliments, au bien-être animal et à l'environnement doivent être prises en compte avant et pendant tout le processus de développement de ces nouvelles technologies.

« La toxicité possible des nanotechnologies, l'impact possible à long terme de la transgénèse sur la santé animale et tous les autres risques doivent être circonscrits, élucidés et traités dans un cadre international », a-t-il souligné.

Les premières applications révèlent de multiples avantages

À ce jour, 105 produits issus des biotechnologies sont autorisés pour l'usage vétérinaire dans de nombreux pays et les progrès accomplis en matière de santé animale sont substantiels. L'efficacité des nouveaux tests de diagnostic et les nombreuses autres approches visant à déceler les agents pathogènes et /ou les réponses immunitaires post-infectieuses démontrent la valeur ajoutée des biotechnologies pour l'amélioration mondiale de la santé animale et donc du bien-être des animaux.

Des progrès tangibles sont également observés dans le domaine de la vaccination. Ainsi, l'avènement des vaccins à ADN recombinant a contribué au contrôle de terribles maladies comme la rage. Grâce aux vaccins antirabiques oraux à ADN recombinant, des milliers de vies animales et humaines ont été sauvées dans plusieurs parties du monde. La maladie d'Aujeszky est également sous contrôle dans de vastes zones d'Amérique et d'Europe, essentiellement grâce à un vaccin recombinant.

« Le principal obstacle à l'emploi des biotechnologies et à l'amélioration de la santé animale au niveau mondial est l'absence d'un cadre solide dans lequel la recherche et les découvertes puissent servir en toute sécurité la communauté internationale. Nous devons résoudre ce problème », a ajouté le Docteur Bernard Vallat.

Janvier 2008

Haut