Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

L’Assemblée mondiale des Délégués auprès de l’OIE a élu le Dr Karin Schwabenbauer Présidente du Conseil

Le Dr Schwabenbauer est la première femme dans l’histoire de l’organisation à présider le Conseil et l’Assemblée mondiale de l’OIE

Paris, 25 mai 2012 – En cette 80ème Session Générale, l’Assemblée mondiale de l’OIE représentant 178 Pays Membres a élu le Dr Karin Schwabenbauer comme Présidente pour une durée de trois ans.

Le Dr Schwabenbauer (Allemagne) est la première femme à être élue à cette position dans l’histoire de l’Organisation. Elle succède au Dr Carlos Correa Messuti (Uruguay) qui avait été élu en 2009.

Les Délégués ont par ailleurs élu ou réélu 8 autres membres du Conseil, ainsi que les membres des cinq Commissions Régionales et des quatre Commissions techniques Spécialisées également pour un mandat de trois ans. Les critères de l’OIE en matière d’excellence scientifique et de répartition géographique des membres élus ont été parfaitement respectés.

Plus de 600 participants représentant les Pays Membres de l’OIE, ainsi que de nombreuses organisations internationales, intergouvernementales (FAO, OMS, Banque mondiale, OMC, etc.), régionales et nationales ont participé à l’événement.

Des autorités de haut rang dont de nombreux ministres des Pays Membres de l’OIE ont également honoré l’Assemblée de leur présence, ont échangé leurs points de vue et ont soutenu fortement les objectifs de l’OIE.

Invité en tant qu’orateur d’honneur , M. Robert Horsch haut responsable de la Fondation Bill et Melinda Gates a présenté le « Livestock Overview and Approach », une stratégie récemment approuvée par la

Fondation en ce qui concerne l’appui au secteur de l’élevage qui met notamment en avant l’importance de la coopération de la Fondation avec l’OIE dans les domaines relevant de l’amélioration de la santé et du bien-être des animaux dans le monde en faveur de la réduction de la pauvreté, en préconisant entre autres une modernisation mondiale des dispositifs règlementaires existants en santé animale et une nouvelle approche en matière d’usage des banques de vaccins.

Un thème technique de toute première importance a fait l'objet de débats riches et intenses au cours de cette Session: Expériences et rôles au niveau national et international concernant les évolutions passées et à venir de l'approche "Une seule santé"

Ce thème a mis en relief l’importance de prendre en charge les maladies nouvelles et émergentes à leur source animale, élément essentiel pour garantir la sécurité alimentaire, la protection de la santé et la prospérité économique.

Reconnaissance officielle du statut sanitaire des Membres de l’OIE
Les Délégués nationaux ont approuvé la nouvelle liste des pays ou zones qui avaient demandé la reconnaissance officielle par l'OIE de leur statut sanitaire pour une ou plusieurs des trois maladies prioritaires : l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), la fièvre aphteuse et la péripneumonie contagieuse bovine (PPCB).

Pour l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), l’OIE a reconnu la Croatie et le Nicaragua comme ayant un statut de « risque maîtrisé ». L’Autriche, la Belgique, le Brésil et la Colombie ont été reconnus comme ayant un « risque négligeable ».

La région de l’Altiplano de Bolivie est la seule zone à avoir été reconnue comme indemne de fièvre aphteuse.

Des programmes de contrôle nationaux de la fièvre aphteuse ont été reconnus par l’OIE. Les programmes de contrôle proposés par l’Algérie, le Maroc et la Tunisie ont été  approuvés officiellement.

Le réseau scientifique de l’OIE et le renforcement des capacités
Avec ses 6 projets menés à bien et 37 autres approuvés ou en cours, les Délégués ont salué  le succès de l’Initiative de Jumelage de l’OIE, en faveur de l’échange de compétences et d’expertise entre des pays abritant des laboratoires de référence et centres collaborateurs de l’OIE déjà reconnus et des candidats à ce futur statut se trouvant dans des pays en transition ou en développement. Le programme permet à ces derniers de devenir des références d’excellence et ainsi de renforcer leur communauté scientifique vétérinaire nationale et d’améliorer la sécurité biologique au niveau mondial.

Les Délégués ont également accrédité un nouveau Centre collaborateur et onze Laboratoires de référence, portant à 276 le réseau mondial des centres officiels d'expertise scientifique d’excellence de l'OIE.

Conformément à l’engagement continu de l’OIE d’appuyer les Services Vétérinaires à se mettre en conformité avec les normes internationales de qualité adoptées par l’OIE, 109 missions d'évaluation des Performances des Services Vétérinaires (PVS), ont été menées  depuis mai 2006, à l'aide de l'outil dit PVS de l’OIE dans le monde ainsi que 58 missions d'analyse des écarts du PVS et 28 missions de soutien à la modernisation des législations nationales.

Nouvelles normes et lignes directrices internationales
L’OIE a reçu le soutien de ses Pays Membres pour son travail sur l’amélioration de l’enseignement et de la législation vétérinaires, qui sont des éléments clés pour renforcer la bonne gouvernance des systèmes de santé animale. L’OIE, en collaboration avec un groupe d’experts composé de doyens d’établissements d’enseignement vétérinaire venus des cinq continents a développé une liste de compétences minimales pour tous les vétérinaires diplômés au niveau mondial.

L’OIE a aussi encouragé les pays à prendre des mesures pour renforcer la législation vétérinaire sur la base des lignes directrices publiées par l’OIE et, à établir, ou améliorer dans ce cadre, leur Organisme statutaire vétérinaire national.

En pleine adéquation avec les attentes sociétales et pour porter toujours plus loin son engagement en faveur du bien-être des animaux dans le monde, l’Assemblée a adopté de nouveaux principes directeurs sur le bien-être animal relatifs aux systèmes de production animale, et un nouveau chapitre du Code Terrestre sur le bien-être des bovins de boucherie. Beaucoup de nouvelles normes sur les maladies des animaux terrestres et aquatiques ainsi que sur la qualité des Services vétérinaires ont également été adoptées.

Situation des maladies animales dans le monde
La situation zoosanitaire mondiale concernant plus de 100 maladies des animaux terrestres et aquatiques a été examinée. L’expertise sur le virus émergent de Schmallenberg, actif à l’automne-hiver 2011-2012 en Europe de l’Ouest, a notamment suscité l’intérêt des Délégués.

La mise en œuvre dans les jours qui viennent d’une nouvelle version modernisée du système mondial d’information sanitaire de l’OIE, WAHIS, couvrant les maladies des animaux, a également été annoncée par le Directeur général de l’OIE.

Solidarité internationale
Mory Kanté, chanteur guinéen de renommée mondiale, était l’invité de cette 80ème Session Générale de l’OIE. Connu pour son engagement dans la lutte contre la faim et la pauvreté, M. Kanté s’est produit avec sa kora le jour de la séance inaugurale de la Session, célébrant la mission historique de l’OIE en faveur de la solidarité dans le monde dans le but d’améliorer la sécurité alimentaire.

Le Prix de la Journée Mondiale Vétérinaire 2012 dont le thème était l’antibiorésistance, a été remis à l’Association Vétérinaire de Turquie.

Haut