Organisation Mondiale de la Santé Animale

Taille de la police:

Langue :

Search:

Recherche avancée

Accueil > Pour les médias > Communiqués de presse

Troisième conférence mondiale de l’OIE sur le bien-être animal

« Appliquer les normes de l’OIE en tenant compte des attentes régionales » 

Kuala Lumpur (Malaisie), 8 novembre 2012 – La Conférence a réaffirmé la volonté des Pays Membres de promouvoir les normes internationales de l’OIE sur le bien-être animal adoptées par 178 pays. En raison des différences économiques, culturelles ou sociales caractérisant les pays, et notamment les pays en développement, l’organisation s’est engagée à les soutenir dans l’application des normes de l’OIE.

Les normes sont mises en œuvre à des rythmes différents et l’OIE préconise de ce fait l’adoption de stratégies régionales qui reposent sur des Services vétérinaires nationaux efficaces : ils sont les acteurs clé de l’élaboration de législations appropriées et pérennes et assurent à la fois leur respect et leur mise en œuvre efficace.

Dans sa première intervention en tant qu’ambassadrice de bonne volonté de l’OIE, Son Altesse Royale la Princesse Haya, présidente de la Fédération équestre internationale (FEI) a déclaré : « la démarche de l’OIE tient compte des difficultés inhérentes à la mise en œuvre de ses normes à des rythmes différents, dans des régions et des pays présentant une grande diversité. » Tous les participants ont appuyé cette procédure destinée à appliquer efficacement les normes de bien-être animal dans tous les pays du monde.

L’organisation a pris l’engagement de porter assistance à l’ensemble de ses Membres, notamment par l’intermédiaire du processus PVS et des programmes de renforcement des capacités destinés aux Services vétérinaires, ainsi que la mobilisation de ses représentations régionales. Les débats ont mis en évidence la nécessité de renforcer la recherche sur le bien-être animal et d’accroître la visibilité de cette discipline dans le cursus initial des vétérinaires au niveau mondial.

« Cette troisième conférence est une étape incontournable dans le processus visant à faciliter la mise en œuvre mondiale des normes relatives au bien-être animal » a indiqué le Docteur Bernard Vallat, directeur général de l’OIE. « Le principal défi à relever réside dans les différences de perceptions, de besoins et de capacités de nos Pays Membres » a-t-il ajouté.

Les efforts déployés avec succès par l’OIE pour coordonner la promotion des normes de bien-être animal avec les autorités religieuses ont donné lieu à des débats qui ont constitué l’un des temps forts de la conférence. Celle-ci a mis en évidence la compatibilité des normes de l’OIE avec les exigences de la loi islamique puisque l’abattage des animaux dans des conditions décentes est défendu à la fois dans les principes islamiques et les normes de l’OIE.

Lors de l’ouverture, Datuk Seri Noh Bin Omar, ministre de l’agriculture et de l’industrie agricole de la Malaisie, a déclaré : « en accueillant cet événement, le gouvernement de Malaisie manifeste clairement son soutien à la promotion des pratiques relatives au bien-être animal et au travail de l’OIE en la matière ».

Des représentants de haut rang des Membres de l’OIE, y compris des Délégués nationaux auprès de l’OIE et des points focaux nationaux pour le bien-être animal, des Doyens d’établissements d’éducation vétérinaire, des responsables d’instituts de recherche nationaux sur le bien-être animal, des représentants d’organisations internationales partenaires, des juristes, ainsi que des représentants d’organisations internationales, non-gouvernementales et agricoles ont participé à l’événement.

La Conférence a reçu le soutien de la Commission européenne et des gouvernements de la Malaisie, de l’Australie et de l’Allemagne.

 

Haut